La cellule

Ici les petites perles des divagations qu'il faut sauver de la disparition.

Modérateur : Mil

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

La cellule

Messagepar meje » Mer Oct 28, 2009 19:07 pm

J’ouvre les yeux. Ils me font un peu souffrir. Je suis allongé sur un lit. Je vois le plafond blanc, faiblement éclairé par une applique qui se trouve sur le mur derrière moi. Je me redresse, et observe l’endroit où je suis.
La pièce est carrée, d’environ 3 mètres de coté. Mon lit est collé sur un mur. Un autre lit est disposé d’une façon similaire contre le mur adjacent. Sur ce dernier, il y a une fenêtre, et des volets clos. Il doit faire nuit. Le sol de la pièce est jonché de détritus. Des restants de repas, des bouteilles vides, des vieux vêtements. Tout ceci m’appartient, j’en ai l’impression. Mais qu’est ce que je fais ici...
Mes idées sont confuses, embrouillées par je ne sais quoi qui m’empêche de réfléchir calmement. Calmement. Comment pourrais-je être calme. La pièce autour de moi émet des vibrations. Tout semble se déplacer dans un mouvement de va-et-vient assez lent. La chose est fascinante, mais véritablement terrifiante. Je manque de me cogner contre le mur derrière moi, ce qui accentue la frénésie des battements de mon cœur. Ce maudit mur allait me tomber dessus. Heureusement qu’il s’est redressé en même temps que je m’écartais.
Je souffle un instant. Je ferme les yeux, et essaye de trouver la raison de ma présence dans un endroit aussi singulier. Je cherchais quelque chose. J’ai fait beaucoup de chemin pour ça. Ca fait longtemps que je cherche d’ailleurs. Je n’ai qu’à repenser à l’état de la pièce pour m’en convaincre. Mais quoi, je ne me souviens pas.
J’ouvre à nouveau les yeux. En face de moi, il y a une porte. Devant cette porte, quelque chose est accrochée ou se tient droit devant elle. Je ne saurais dire si c’est un manteau ou un vieux drap. La forme est indistincte, car cette chose est soumise à un mouvement similaire. L’objet est blanc maculé de tache d’humidité ou de terre, dans un dégradé plutôt foncé vers le haut et clair vers le bas.

Je réfléchis à nouveau pour trouver une réponse, mais rien ne vient. Je décide de me lever, pour inspecter plus amplement les lieux. Malheureusement, j’en suis bien incapable. Mes muscles sont endoloris, endormis. C’est tout juste si je parviens à rester assis sur mon lit. J’insiste, mais rien ne se passe. J’attends quelques minutes dans cette position inconfortable, face à cette drôle de tenture qui semble tantôt me sourire, tantôt hausser les épaules.
Découragé, je décide de m’allonger à nouveau, et de trouver le sommeil. Peut être à mon réveil, la situation aura évolué.

Je ne sais pas combien de temps a passé, mais je n’ai pas trouvé le sommeil. Ce mouvement de va-et-vient se répercute jusque dans ma tête. Il m’est impossible de le freiner, ni de me calmer. C’est horrible, car je suis très fatigué. Je commence à paniquer. Il fait chaud dans cette pièce. Des gouttes de sueur roulent sur mon front et mon torse.
Je me redresse à nouveau, bien décidé à trouver une solution. Il est toujours là, cet affreux voile qui bloque l’accès à la porte. Il me dévisage maintenant. Il s’approche près de moi, et recule dans un souffle invisible.
C’est maintenant de la colère que je ressens. Je n’aime pas être impuissant. J’essaye à nouveau de bouger, mais rien. Ivre de fatigue, je lance à la forme devant moi.

« -Qu’est ce que je fais là ? Qu’est ce qu’il m’arrive ?
-Tu devrais le savoir. C’est toi qui es venu ici, et ce sont tes actes qui ont fait de toi ce que tu es. »
Je suis stupéfait et terrifié. La forme vient de me répondre. Il me faut quelques instants pour accepter ce qui vient d’arriver. Finalement, je décide de questionner la chose. Si elle peut parler, elle pourra peut être m’aider.
« -Qui es tu ?
-Je suis le gardien du seuil.
- Que fais-tu ici ?
-C’est toi qui m’as mis là. Pour garder le seuil.
J’ai l’impression qu’il me prend pour un con.
-Garder le seuil contre qui ?
-Ceux qui sont au dehors et ceux qui sont au dedans. Les séparer adéquatement, pour permettre l’isolement des deux parties.
Ça ne me mène nulle part. Changeons de tactique.
- Pourquoi suis-je ici ?
-Tu cherchais quelque chose, mais tu ne l’as pas trouvé. Tu as préféré te cacher plutôt que d’affronter ton échec.
-Qu’est ce que je cherche ?
-Un cercle.
Je jette un rapide coup d’œil autour de moi. Rien ne pourrait correspondre à une description aussi vague.
-Quel genre de cercle ?
-Je ne sais pas.
-Il n’y a pas de mal à échouer, quand on cherche une chose aussi vague.
-Ton échec ne concerne pas le cercle. Tu as choisi quelle voie tu souhaitais emprunter, et visiblement tu es incapable de la tenir. Tu as échoué. »
La mémoire me revient doucement, au fil de ces mots. En regardant l’amas de saleté, je me souviens que je devais changer. Je devais retourner la situation, changer ma façon de vivre et d’être. Il a raison, c’est un échec.
« Pourquoi es tu dans cet état ?
-J’ai évolué, en même temps que tes aspirations, et la manière dont tu parvenais à les exprimer. Tout homme qui entrerait ici saurait qui tu es, juste en me voyant.
-Est ce que c’est la fin ?
-Non, le commencement.
- Pourquoi suis-je dans cet état ?
-Tu l’as voulu. Tu l’as longuement espéré. Tu voulais plonger, voir le fond. Tu y es arrivé, à ta manière. »

Oh oui, je l’ai souhaité. Je voulais le moyen de quitter ce monde. Je cherchais à voir au delà. Et j’en suis revenu. Je ne me souviens pas de ce que j’ai vu, mais c’est important, c’est gravé en moi. J’en ai le sentiment. Tout ceci n’a pas été inutile. J’ai vu le bas, et je peux à nouveau recommencer ma recherche. Le cercle.
Il me faut du temps, juste un peu de temps. Tout ceci est passager. Cet état va bientôt cesser.
Je l’ai senti de toute façon. Mes membres reprennent vie. J’ai de nouveau des sensations dans les mains. J’ai des fourmis dans les jambes. Ma délivrance est proche.
J’attends, plus calme que jamais. Mon cœur vibre doucement, attendant l’instant crucial où il devra fournir l’effort nécessaire.
Ça y est. Je me retourne, pose un pied, puis l’autre. Je me lève, chancelant. J’avance doucement vers le voile. J’observe. C’est un drap. Fixé par trois punaises sur la porte.

« Mais que fais tu ?
-Je n’ai plus besoin de toi. Tu vas devoir retourner d’où tu viens.
-Mais qui va garder ta porte, qui va s’assurer de ta sécurité ?
-Tu pourrais garder cette porte, mais cela ne servirait à rien. J’ai bien l’intention de sortir, et de te prouver que je n’ai pas échoué.
-Tu reviendras, je le sais. Qui te protègera de ce qui est dehors ?
-Personne, je n’ai pas besoin qu’on me protège. Je n’ai pas peur de ce qui se trouve dehors. C’est d’ailleurs là d’où je viens, et là où je vais. »

De mes deux mains, j’arrache promptement le drap, et le jette au sol. Une lumière éclatante m’éblouit alors. C’est une porte vitrée, et au dehors, le soleil brille de mille feux. Le drap git sur le sol, tel un cadavre.

« Tu m’as aidé, mais il est temps pour toi de partir. Je n’ai pas échoué, puisque je suis toujours sur le chemin. Le temps nécessaire, je ne le connais pas, mais je n’ai pas abandonné. Merci pour ton aide. »

Le drap ne répond pas. Cela me rassure. Tout est fini. Je peux enfin commencer.


"Le but n'est pas le but, mais le chemin."
[la modération me fera grand plaisir s'ils ajoutent l'auteur de cette citation. ^^]
Lao Tseu ? ;p
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: La cellule

Messagepar Jagannath » Ven Oct 30, 2009 19:11 pm

meje : "[Le but n'est pas le but, mais le chemin.] Lao Tseu ?"

Je ne sais pas, cette expression est un classique universel autant dans le taoisme que dans l'hindouisme* ou même dans la philosophie occidentale (souvent mal interprétée dans ce cas...); il me semble donc difficile de la faire remonter à un sage en particulier.
(* où on le formule de différentes manières dont par exemple celle-ci : "Lorsque le chercheur arrive enfin au but, il s'apperçoit que le but n'était pas en réalité au bout du chemin, mais qu'il était le chemin lui-même.")

Il faut comprendre par là que la poursuite du but (qui n'est qu'une pensée, un conception mentale sans aucune existence) permet de supprimer les pensées égoïstes. Or il n'y a aucun autre but que cela.

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Ven Oct 30, 2009 19:38 pm

Merci Bertrand. ^^
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?

Avatar de l’utilisateur
dantes
Messages : 694
Enregistré le : Mar Déc 16, 2008 6:59 am

Messagepar dantes » Sam Oct 31, 2009 2:49 am

Pour moi, je crois que ces personnes ont dit vrai. De dire à soi-même, "je t'aime", (côté sombre) est une chose très dure à dire. Ici je parle par mes propres expériences.

Tu ne voulais pas faire le rituel, mais tu la fait pareil dans ton rêve. Tu as probablement lu le rituel, mais tu l'a rejeté de ton corps physique. Par contre, tu l'a fait en rêve. Opinion personnelle ici.

Bertrand m'a dit un jour qu'il ne fallait pas oublier les temps où on dort. Quand il me la dit, je commençais à comprendre. Maintenant, je me réveille la nuit (en temps normal, je ne me réveille jamais la nuit petite précision importante) pour m'enseigner moi-même ce que je dois faire en magie. Quoi que je ne suis pas sûr ici si c'est moi qui me parle, ou la Déesse. Je suis toujours en méditation sur ce point.

Par contre, je crois que oui tu as fait ce que tu ne voulais pas faire Zelda.

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Sam Oct 31, 2009 10:51 am

Je suis heureux que ce thème soit toujours apprécié, malgré sa récurrence dans mes textes. C'est une méthode comme une autre pour l'introspection.

Zelda : Et vous qu'en pensez vous?
Je me demande si aujourd'hui, avec le recul, tu ferais ce rituel. Tu l'as fait sans cérémonie, parce que tu n'en as pas besoin (faut dire ce qui est ^^). Mais si un lecteur hasardeux tombait sur ce texte, et avait dans ses mains le rituel, quel conseil lui donnerais tu ?

Dantes : Bertrand m'a dit un jour qu'il ne fallait pas oublier les temps où on dort.
Il avait bien raison. Je vais pas griller tes cartouches, et j'ai hâte de lire tes méditations à ce sujet.
Pour confirmation, je te dirais que j'ai utilisé le sommeil de deux façons. Celle qui permet d'écrire, et celle qui permet de se projeter.
La suite est pour toi Dantes.
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Sam Oct 31, 2009 19:33 pm

Zelda a écrit :J'ai raconté plus tard ce reve, certains m'ont dit que c'était le gardien qui m'avait laisser passer vers la route de la Connaissance.
Bizarre....
Et vous qu'en pensez vous?

La même chose que ce que "certains" t'ont dit ;) Je n'aurais pas su l'exprimer plus clairement.
C'est un rêve au contenu initiatique très fort et sur lequel il fait bon méditer.

Avatar de l’utilisateur
dantes
Messages : 694
Enregistré le : Mar Déc 16, 2008 6:59 am

Messagepar dantes » Dim Nov 01, 2009 0:18 am

Je crois que nos rêves, sont plus que méditation. Il faut les vivres, comme il faut être alerte à ce qu'ils nous disent.

Le rêve de Meje est important je crois. Car, ce que nous compte Zelda, du rêve de Meje, il est important, je crois, de comprendre ceci. Les deux expériences, nous démontrent que ceux-ci, sont le même chemin, mais d'un point de vue différent. Ils sont pareil[le]s, mais dit dans des mots totalement différents.

Le pourquoi, le rêve pour moi, est simplement notre âme qui se libère de notre corps physique pour pouvoir être celle qu'elle a toujours été.

Je pourrais rajouter mes rêves, mais ceci est déjà fait ailleurs :).

Par contre, je remarque ceci. Je donne vraiment l'importance à l'âme. Car, à chaque fois que je rêve de moi (dans un contexte) je n'ai pas mes tatous. Je précise que j'en ai[e] trois et peut-être que bientôt cinq :). Pourtant, mon âme n'a jamais de tatou quand je rêve. Normal ici, vu que je vois mes tatous comme mon passé et pour moi ils sont une façon de ne jamais oublier ce que j'ai fait ou pensé. Donc mon âme m'apparait dans sa forme véridique, Sans tatou.

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Dim Nov 01, 2009 9:09 am

Dantes : Le rêve de Meje est important je crois.

Ce n'est pas un rêve. ;)

Bertrand : C'est un rêve au contenu initiatique très fort et sur lequel il fait bon méditer.

Et je remercie beaucoup Zelda de l'avoir ajouté. Cette expérience personnelle est plus joli que le texte que j'ai pondu. Je suis un vilain plagiaire...

Je vais citer les deux jeunes avec qui j'avais des correspondances régulières.
Le premier a fréquemment des rêves où il combat des entités sombres, mais indéfinies. Il a le soutien d'une femme, qui d'apparence est tout aussi sombre que ces ennemis. Il a pour l'instant le dessus, mais c'est généralement de peu.
Suite à ça, son rêve le plus important l'a amené devant un précipice. Cette femme l'accompagnait, et l'incitait à plonger. Il a eu peur, et il a reculé.
Il ne me parle presque plus de ces visions. J'ai la fâcheuse tendance à le ramener sur terre. Mais je sais que quand il aura fait le grand saut, il m'en parlera, et je vous raconterais (avec son accord bien sûr).

Le second est fécond. Il engrange les entités de toutes sortes. La dernière en date était un démon. Je le cite :
"Il a un besoin de vengeance. Il est très affaibli après avoir perdu un combat, et il veut mon aide. Je l'ai sceller en moi, et a partagé avec moi ces secrets."
Au bout de deux semaines, et un déni systématique de mes propositions concernant son aventure, il est revenu en s'excusant. C'est vraiment pas ce que je voulais. Il m'a dit que ce démon n'était pas en lui, mais en quelqu'un d'autre. Du coup, il se demande d'où viennent les pentacles qu'il a tracé, et qu'est ce qui a provoqué en lui les forces dont il se sentait investi. Pas de commentaire de ma part. Il sait très bien ce que j'en pense. Il lui reste à trouver lui même ce que cela signifie. Et je serais heureux de vous en parler, que je sois dans le vrai ou non. Lui saura certainement ce qui est vrai.

Le dragon du seuil a la forme que lui prête l'opérant. Et si l'affrontement semble une solution, Zelda donne la meilleure solution.
Il n'y a pas grand chose qui résiste à cette affirmation quand c'est le cœur qui s'y colle.
"Je t'aime".
Les deux jeunes que je cite ne peuvent pas encore le faire. Je ne sais pas pourquoi. Peut être qu'avec le temps ça viendra.

Dantes : Je donne vraiment l'importance à l'âme.

Nous aussi ^^
Si le mental ne créait pas toutes ces formes hideuses et méchantes, on ne se fatiguerait pas à les combattre.

-Edit-
J'oubliais de préciser. La découverte de l'ishta devata sur laquelle m'a lancé Bertrand est peut être une des meilleurs choses qui me soient arrivé cette année. Merci.
Avec du calme, c'est meilleur encore.
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?


Retourner vers « Les perles des divagations »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité