Méditation et schizophrénie

Ce forum est ouvert à ceux qui veulent apprendre et poser des questions de débutants.

Modérateurs : Totem, naturellement

Avatar de l’utilisateur
Dgeymi
Messages : 318
Enregistré le : Dim Sep 25, 2016 16:37 pm

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Dgeymi » Ven Oct 28, 2016 10:50 am

Ah d'accord, je vois que c'est pas toujours ça pour la méditation (soupir gêné d'avoir échoué là où pleins d'autres réussissent). Vous savez pas à quel point c'est rafraichissant de poser des questions et d'avoir des réponses de gens qui s'y connaissent. Personne dans mon entourage n'est vraiment intéressé par les pratiques spirituelles. Je suis contente de voir qu'on me réponde sérieusement. Pardon d'avoir douté de vous tous.
Modifié en dernier par Dgeymi le Sam Oct 29, 2016 12:33 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Padawan
Modérateur orthographique
Messages : 604
Enregistré le : Ven Aoû 28, 2015 18:10 pm

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Padawan » Ven Oct 28, 2016 18:59 pm

Dgeymi a écrit :(soupir gêné d'avoir échoué là où pleins d'autres réussissent).


L'échec fait partie de l'apprentissage, comme dans tout domaine, seule la persévérance permet de vraiment progresser.

Dgeymi a écrit : Pardon d'avoir douté de vous tous.


Mais non, tu poses des questions c'est normal et constructif.

Avatar de l’utilisateur
Huli
SuperModérateur
Messages : 986
Enregistré le : Ven Aoû 02, 2013 9:30 am

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Huli » Ven Oct 28, 2016 21:23 pm

Il n'y a pas vraiment d'échec dans le travail de l'esprit. Même dans une session bien moisie, où l'on pense à la liste des commissions, aux impôts et à l'épisode d'NCIS Pontault-Combault de ce soir, on entre tout de même en intimité avec son esprit. Surtout au départ, il s'agit de prendre conscience du joyeux bazard qui règne dans notre tête. L'attente d'un résultat est en elle-même une distraction et le jugement de ce résultat une source de production mentale.
lei zou sha gui jiang jing

Avatar de l’utilisateur
Padawan
Modérateur orthographique
Messages : 604
Enregistré le : Ven Aoû 28, 2015 18:10 pm

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Padawan » Ven Oct 28, 2016 21:40 pm

Oui, c'est tout a fait vrai, une session "moisie" n'est pas vraiment un échec, mais plutôt une étape nécessaire avant des sessions plus réussies.

Avatar de l’utilisateur
Shou
Messages : 571
Enregistré le : Sam Oct 15, 2016 2:12 am

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Shou » Ven Oct 28, 2016 21:40 pm

C'est tout à fait normal au début d'avoir le cerveau en ébullition. On compare l'esprit d'un méditant novice à un seau rempli de boue. C'est le bazar, on y voit rien. Alors que si on laisse les choses se faire, doucement, le limon se dépose. Ne reste que l'eau claire.
Le but n'est pas de se forcer à ne plus penser. Le but est de se familiariser à elles. De s'y habituer. De ramener l'esprit en lui même. La pensée apparaît puis disparaît. Ni plus ni moins. Comme les vagues qui composent l'océan.
Au début tu regarde la vague... ensuite tu plongera dans l'océan.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Jagannath » Lun Oct 31, 2016 1:02 am

Il est normal que durant la méditation des pensées enfouies surgissent ainsi que des impressions enfouies. L'histoire de se tirer une balle n'est qu'une pensée, et être enfermée n'est qu'une impression. Dans la méditation on accepte que tout cela remonte (ça ne pourrait pas sortir sans ça) mais on s'en détache et on revient à l'objet de la méditation. Dès qu'on voit que le mental s'éloigne dans des idées, impressions ou toute forme de considération autre que l'objet, on le ramène à la fois tranquillement et fermement sur l'objet et lui seul.

Je remets ce qu'Huli a dit plus haut tellement c'est juste et bien dit :
"L'attente d'un résultat est en elle-même une distraction et le jugement de ce résultat une source de production mentale."
Je l'aurais formulé de façon encore plus radicale :
"L'attente d'un résultat n'est rien d'autre qu'une distraction et le jugement de ce résultat rien de plus qu'un production mentale creuse."

La grâce en effet ne se reconnaît pas dans la réussite des pratiques spirituelles ou dans les résultats sous forme d'expériences fussent-elles transcendantales, mais dans le fait même de les mener -- avec un sincère effort et de l'enthousiasme.

Dg : "gêné d'avoir échoué là où pleins d'autres réussissent"

Personne ne réussit. On se contente juste d'accepter les échecs et de continuer avec enthousiasme. Si certains disent qu'ils réussissent, ma foi ils mentent. Ou au mieux, ils ont une "réussite" provisoire et ils appellent cela "réussite" parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'est la méditation.

Edit :
Ceci dit c'est tout de même bien d'avoir des objectifs, comme de parvenir à la pleine lumière de méditation qui est le premier stade de la félicité, mais ce n'est pas le but réel de la méditation - seulement une béatitude passagère. On dit généralement qu'elle intervient lorsqu'on réussit à rester pleinement conscient et tout à fait concentré sur l'objet de la méditation, à savoir sans distraction, pendant 30 minutes. C'est une approximation, mais elle est souvent exacte même si certains jours, on n'y parvient tout simplement pas. Encore une fois y parvenir n'est pas le but réel, mais de toute évidence ça constitue un encouragement pour ceux qui y parviennent, parce que s'ils maintiennent (il faut rester concentré aussi pendant mais c'est soudain beaucoup plus facile et naturel) cet état encore 30 minutes, ils diminueront leur besoin de sommeil et surtout ils auront un souvenir assez merveilleux qui leur donnera envie de rester fidèle à leur pratique de méditation quotidienne. On peine tellement à se discipliner, que lorsque des récompenses arrivent sur le chemin, même si cette perspective est un peu erronée, ça nous aide à ne pas nous décourager.

max75011
Messages : 262
Enregistré le : Lun Fév 15, 2016 18:57 pm

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar max75011 » Mer Jan 11, 2017 0:57 am

Bonsoir,
Je vous écris car j'ai expérimenté des états divers fortement déplaisants à cause de mauvaises actions de ma part (c'était plus de la bêtise ignorante que de la "méchanceté" même si la conséquence de ces actes restent la création de souffrances inutiles).

En réalité je suis, pardonnez-moi ces termes (je manque de subtilité), une victime qui est devenue bourreau, le problème de la souffrance qu'on ingère en soi (en réalité on ne prends rien) devient un fardeau si elle entrave le courant naturel de notre être dans son entier, comme ce peut être le cas par exemple lorsque nous prenons les problèmes des autres pour ne pas voir les siens.

La meilleure façon d'aider les autres, c'est tout simplement d'être soi-même. Le reste, c'est des formes, et les formes... sont le piège.

Bref pour reprendre mon cas, mes problèmes auraient pu être évités étant jeune si l'on m'avait hélas, ou heureusement je ne sais pas, laissé pratiquer les sports de combats. Car la vie étant énergie, et cela peut paraitre être une vue simpliste de l'extérieur, mais cela est pourtant vrai, on ne peut contrer autrui dans son prolongement naturel, comme l'homme qui tape son chien lorsqu'il aboie car il mange trop peu et s'étonne que ce dernier finisse par le mordre. J'ai pris du temps à bien vouloir accepter, que certains hommes causaient certains maux pour certaines raisons qui ne leur était pas dues. (Non je n'ai mordu personne.)

Je me demande vraiment si nous sommes responsables de tout à 100%, et même si c'est le cas, et cela semble l'être, le jugement ne sert strictement à rien. Je parle ainsi car j'ai moi-même désormais peur de la conséquence de mes actes qui pourtant ne sont vraiment pas "graves" mais pourtant j'en ai peur et je vois sur moi-même du coup la déformation de l'intelligence, et aussi le(s) mouvement(s) que cela entraine. Et je peux vous le dire sincèrement : n'interdisons jamais aux autres d'être ce qu'ils sont.

J'aimerais écrire encore des heures et des heures (au passage merci à vous tous parce que vous lire procure un certain sentiment de joie je dois l'avouer ^^!!vous êtes vraiment sages ^^..) enfin bref, voilà ce que je voulais vous dire:

En m'interdisant la pratique d'aspiration profonde, l'énergie s'est retournée contre moi-même, et je suis en quelque sorte passé du Soi au moi, libre à vous de me croire ou non d'ailleurs je ne dis pas ça pour me faire plaisir ni à moi même ni à vous, je ne savais pas qu'il était possible de perdre cet état de grâce et d'atterrir dans de la peur, et je dois l'avouer, c'est put1 de badass comme on dit (<personne dit ça.)

J'ai écris ça égoïstement car déjà ça fait du bien d'en parler, même sur un forum, car c'est pas quelque chose dont on peut parler "avec tout l'monde", et aussi parce que, vous parlez du karma mais, moi je me suis rendormi volontairement car ce monde m'inquiétait trop et je ne savais pas vraiment quoi y faire étant donné que la clairvoyance montre ce qui se passe "clairement" et aussi parce que du coup comme dit précédemment je me suis mangé des gros "stop" quand à ce que je souhaitais "être" et faire et pratiquer, donc je peux pas accepter de dire que je suis pleinement responsable même si paradoxalement ce serait mentir que de dire que je ne le suis pas .. Complexe oui je sais ><"

Enfin bref, toujours est-il que je disais aussi ça car la majorité des jeunes ne se font pas tirer vers le haut, et agissent ensuite à partir du bas dans lequel on les met, et ensuite il devrait en + de ça avoir à payer pour un soi-disant "karma" qui semble pourtant bien être réel,... je trouve que l'univers et la vie sont vraiment bêtes et injustes si cela est vrai et lorsque l'on sait - Vraiment. - comme l'univers agit à la perfection, c'est dur à croire, ou plutôt c'est dur à réaliser. J'avais l'image utopique et peut-être un peu rosâtre d'une cité gouvernée par des sages et des hommes de Dieu, je ne pense pas que dans une telle cité le "karma" aurait le même impact ni la même ampleur étant donné que, et c'est encore une fois peut-être un peu trop subjectif comme avis, mais j'ai tout de même l'impression que le karma est entretenu de manière inconsciente par la majorité des gens.

J'ai regardé à de nombreuses reprises le parcours d'hommes ayant côtoyé la criminalité, les excès de certains désirs malsains, et aussi la vie de certains psychopathes, célèbres ou non, et, il serait faux de ne pas admettre que pour là plupart peu leur sont donné avant qu'ils ne commettent, je ne dis pas que ce qu'ils font bien ou mal, mais je ne peux plus les juger, tant pis si ça choque.
Les victimes d'aujourd'hui forment les bourreaux de demain, et lorsque la sagesse qu'offre l'amour n'est plus effective. Il n'y a qu'à observer ce qui se passe chez un bébé lorsqu'il ne reçoit pas d'amour pour comprendre que le karma ne tient qu'à un fil (un fil de compréhension et d'actions.)

Namasté
Lify / Max75011

Avatar de l’utilisateur
Odin
Messages : 7341
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Magie
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Odin » Mer Jan 11, 2017 3:39 am

Les problèmes viennent du décalage entre l'acte et la conséquence. Le karma met souvent du temps à arriver, ça peut être quelques instants après ou dans la vie suivante...
Mais à un niveau plus concret, c'est facile à comprendre. Par exemple : un jour tu regardes un film à l'eau de rose (le producteur McKey voulait faire un docu à but humanitaire mais il a finalement fait un film commercial car il avait peur de ne pas gagner beaucoup d'argent). Puis un autre, et encore un autre. Tu es tellement touché par les personnages que tu vas commencer à désirer vivre une histoire d'amour comme dans l'un de ces films. Ah, si seulement je pouvais rencontrer ce beau mec brun avec des fossettes quand il sourit, et si seulement je pouvais moi aussi vivre une telle complicité, me promener la nuit avec quelqu'un que j'aime et me rouler dans l'herbe etc.
Pendant plusieurs années tu recherches ce model jusqu'à que ça arrive, au final tu vis plusieurs histoires d'amour, tu vieillis, et, au bout de la relation la plus longue, disons 13 ans, le dernier mec te quitte.
Au bout de 13 ans et + tu ne te souviendras même pas comment tout ça a commencé, tu ne sauras plus d'où te vient ce désir irrépressible d'être en couple, avec cette sensation que ce n'est jamais parfait parce que ça ne colle pas au modèle du film.
Dans cette histoire il y a plusieurs niveaux. Il y a le niveau basique ou le désir semble venir des films que tu as vu il y a plusieurs années.
A une échelle plus subtile, il y a le choix que tu as fait de continuer à regarder des films qui te faisaient souffrir (car tu le savais, secrètement, mais il y a extrêmement longtemps tu as fait le choix de ne jamais écouter ton propre Soi) au lieu de faire quelque chose qui soit réellement positif.
Ensuite viendrait la responsabilité du producteur McKey, qui avait fait un choix égoïste en produisant ce film.
Puis vient le poids du choix collectif que l'humanité a fait en choisissant d'acheter des télés dans tous les foyers pour s'auto-abrutir.
Et puis il y a aussi ce type qui a inventé la télévision sans réfléchir à l'usage néfaste qui pouvait en être fait.

Quand on y pense, ça consomme de l'électricité pour rien. Electricité produite par une centrale nucléaire dont les déchets vont polluer la terre pendant des milliers d'années.

Un beau jour tu meurs, parce que tu chutes sur ta tondeuse à gazon à cause d'une grand-mère qui a perdu son dentier bas de gamme dans ta pelouse (pour faire des économie). Tu te réincarnes à Fukushima, où il n'y a plus d'électricité ni de télé, mal-formée, et condamnée à vivre avec une aide soignante qui te raconte ses histoires d'amour déçues (et l'accident qui lui a fait perdre ses belles dents quand elle avait 18 ans). De quoi constituer une bonne cure de désintoxication.
Je raconte n'importe quoi il est tard. :-)
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Jagannath » Mer Jan 11, 2017 13:27 pm

Lify : "Bonsoir, je vous écris car j'ai expérimenté des états divers fortement déplaisants à cause de mauvaises actions de ma part (c'était plus de la bêtise ignorante que de la "méchanceté" même si la conséquence de ces actes restent la création de souffrances inutiles). [...] En m'interdisant la pratique d'aspiration profonde, l'énergie s'est retournée contre moi-même, et je suis en quelque sorte passé du Soi au moi, libre à vous de me croire ou non d'ailleurs je ne dis pas ça pour me faire plaisir ni à moi-même ni à vous, je ne savais pas qu'il était possible de perdre cet état de grâce et d'atterrir dans de la peur, et je dois l'avouer, c'est put1 de badass comme on dit (<personne dit ça.)"

Partout où il y a des certitudes, ces certitudes doivent être détruites. La première fois qu'on prend conscience du courant "Je" lors de la claire lumière d'exemple ultime, il en résulte un état de grâce durable (pour la première fois). Lors de la claire lumière d'exemple initiale cela dure quelques jours, mais après la claire lumière d'exemple ultime on a la source en vue et on ne la lâche plus parce qu'elle est présente à la racine de toutes les autres pensées. Néanmoins l'ego existe toujours et associe cette nouvelle expérience à des certitudes. Ces certitudes dépendent de l'individu et de ses prédispositions, mais classiquement l'individu pense par exemple qu'il ne fera plus jamais de mauvaises actions. Pour chacune des certitudes de ce genre il faudra un processus pour la détruire. Et toujours classiquement il est courant que lorsque ce processus s'active il y ait un sentiment de chuter parce qu'on avait trop associé la conscience du courant "Je" à ces qualités et en les perdant on croit le perdre.

Dans ce cas il faut rechercher l'état de grâce par le travail acharné, jusqu'à parvenir à la claire lumière d'exemple ultime et ensuite à chaque "rechute" jusqu'à ce que le félicité soit stable. Le processus de destruction des certitudes reprendra, mais peu à peu le pèlerin s'y habitue et il ne se sent plus séparé du processus de destruction des certitudes, il l'admet comme faisant partie de lui et non comme un signe extérieur de séparation. Le processus de destruction peut alors continuer sans le sentiment de retomber dans l'ignorance et le monde des choses ordinaires.

Il faut bien identifier que c'est directement la puissance des certitudes qui va ébranler la paix : tant qu'il y a des certitudes il y aura aussi le doute car toujours par deux ils vont, comme l'homme et son ombre. Une fois qu'on a bien observé ceci, on devient moins enclin à s'attacher à des certitudes.

Lify : "En réalité je suis, pardonnez-moi ces termes, je manque de subtilité, une victime qui est devenu bourreau"

On s'en fout. Ne cherche pas de raisons ou d'excuses, contente toi de travailler pour retrouver l'état de grâce. Ne pense à rien d'autre.

Lify : "Et je peux vous le dire sincèrement : n'interdisons jamais aux autres d'être ce qu'ils sont."

Même ceux qui battent leur chien donc? Et même si le chien c'est nous? Et même si eux interdisent aux autres d'être ce qu'ils sont?

Lify : "Enfin bref, toujours est-il que je disais aussi ça car la majorité des jeunes ne se font pas tirer vers le haut, et agissent ensuite à partir du bas dans lequel on les met, et ensuite ils devraient en + de ça avoir à payé pour un soi-disant "karma" qui semble pourtant bien être réel... je trouve que l'univers et la vie sont vraiment bêtes et injustes si cela est vrai et lorsque l'on sait - Vraiment . - comme l'univers agit à la perfection, c'est dur à croire, ou plutôt c'est dur à réaliser."

Parce que tu vois la douleur comme une punition mais si tu vois que c'est le processus même d'illumination...

Lify : "J'avais l'image utopique et peut-être un peu rosâtre d'une cité gouvernée par des sages et des hommes de Dieu, je ne pense pas que dans une telle cité le "karma" aurait le même impact ni la même ampleur"

On a exactement la cité et le gouvernement qu'on mérite, ni plus ni moins. Celle dont on a besoin en réalité - c'est synonyme.

Lify : "mais je ne peux plus les juger, tant pis si ça choque."

Le problème est qu'il est facile de ne pas les juger quand la victime est un autre mais quand on est soi-même la victime? Tes certitudes devront être mises à l'épreuve de la vie réelle. Les certitudes ne protègent pas contre le fait de juger autrui. C'est seulement lorsqu'on reconnaîtra sans restriction que l'autre est soi-même qu'on cessera de juger.

Lify : "Les victimes d'aujourd'hui forment les bourreaux de demain, et lorsque la sagesse qu'offre l'amour n'est plus effective. Il n'y a qu'à observer ce qui se passe chez un bébé lorsqu'il ne reçoit pas d'amour pour comprendre que le karma ne tient qu'à un fil."

Pour le bébé aussi le monde est la projection de son propre mental.

max75011
Messages : 262
Enregistré le : Lun Fév 15, 2016 18:57 pm

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar max75011 » Mer Jan 11, 2017 14:14 pm

Merci,

" Le problème est qu'il est facile de ne pas les juger quand la victime est un autre mais quand on est soi-même la victime? Tes certitudes devront être mises à l'épreuve de la vie réelle. Les certitudes ne protègent pas contre le fait de juger autrui. C'est seulement lorsqu'on reconnaîtra sans restriction que l'autre est soi-même qu'on cessera de juger. "

non en effet ce n'est pas simple du tout.

" Même ceux qui battent leur chien donc? Et même si le chien c'est nous? Et même ceux qui interdisent aux autres d'être ce qu'ils sont? "

Interdire à un homme de battre son chien ne nous fera pas comprendre la cause du pourquoi il le bat et tant que la cause n'est pas comprise alors la violence va ressortir à un autre endroit mais sur le moment T si on voit un acte de la sorte avoir lieu je ne dis pas qu'il ne faut rien faire et se contenter de dire qu'il ne faut pas juger.

" On a exactement la cité et le gouvernement qu'on mérite, ni plus ni moins. Celle dont on a besoin en réalité - c'est synonyme. "

merci de le rappeler

Merci odin ^^ belle histoire
Lify / Max75011

Avatar de l’utilisateur
Shou
Messages : 571
Enregistré le : Sam Oct 15, 2016 2:12 am

Re: Méditation et schizophrénie

Messagepar Shou » Mer Jan 25, 2017 14:23 pm

Ce qu'il faut bien comprendre avant de méditer c'est que le but premier n'est en aucun cas de ne plus rien ressentir ou de ne plus penser.
Méditer c'est simplement s'habituer à reconnaître l'action de ton esprit.
C'est quand tu aura avancé sur ce chemin que tu réalisera que ces pensées que tu as en permanence ne sont justement rien de plus que des pensées. Sans substance, éphémères et illusoires.
On se recentre sur soi. Sur les phénomènes en nous. Et on comprend ensuite qu'ils ne sont qu'illusion.
Mais ne fais pas l'erreur de chercher à voir tout de suite l'illusion.
Vis là. Expérimente là. Elle se lèvera d'elle même.


Retourner vers « Débutants »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités