Petites réflexions sur la source du mental

On aborde les sujets personnels autour de la magie. C'est ici qu'on parle de ses expériences personnelles, qu'on demande des conseils.

Modérateur : Totem

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Petites réflexions sur la source du mental

Messagepar Hraefn » Mar Juil 24, 2012 11:27 am

[source du mental, je, ego]

Cette nuit (sûrement suite aux discussions avec Bertrand) je me suis réveillé avec cette subite idée : comment trouver cette fameuse source du "je" ?! Grâce aux différents ateliers, j'ai appris à observer, suivre, laisser couler les pensées, voir même parfois à les faire taire... mais jamais je n'ai réussit à en remonter le flux jusqu'à leur source, il y a toujours une pensée avant une autre... l'histoire de l'oeuf ou la poule.
De là s'en suit une réflexion sur les pensées mêmes. Elles peuvent être de plusieurs types comme nous l'avons souvent souligné : grossières, subtiles, discursives par exemple, mais ont-elles toutes la même source ? Si tout est Divin, pourquoi pas l'ego lui aussi ? Et comment reconnaître les ruses du mental ? Comment reconnaître et différencier les différentes pensées ? Si certaines pensées peuvent en observer d'autres, c'est bien quelles sont différentes ? Mais peuvent-elles être différentes et issues de la même source, égotique par exemple pour cette réflexion ci ?
Ce qui impliquerait que ma recherche de la source du "je" serait vouée à l'échec puisque l'ego serait à la fois le chercheur et le cherché ! User de la pensée discursive est donc vain dans cette quête. J'ai donc opté pour une autre façon de faire : faire taire ces pensées. Et là je me suis rendu compte qu'il n'y a plus de recherche du tout puisque l'on baillonne le chercheur ! Et finalement, quel est l'intérêt de chercher cette source du "je" ? Qui s'en soucis sinon "je" lui même ? En effet, lorsque l'on fait taire le mental cette question disparait elle aussi !

Avatar de l’utilisateur
Damabiah
Animateur
Messages : 869
Enregistré le : Sam Jan 20, 2007 21:11 pm

Messagepar Damabiah » Mar Juil 24, 2012 11:32 am

En faisant taire ces pensées dans ta tête, tu as laché prise, et ce "je" (ton ego) s'est tu aussi.
Ouvres tes chakkras et que la force soit avec toi

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Mar Juil 24, 2012 11:52 am

Je sais, mais là n'était pas le but de cet exercice, je cherchais autre chose. :-)

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Mar Juil 24, 2012 15:49 pm

Quand on s'acharne à chercher quelques chose, il est presque certain que l'on ne pourra pas trouver.
C'est dans le lâcher prise que les brumes commencent à se diluer. Je te souhaite de trouver dans l’ascèse du silence l'apaisement et donc la bonne réceptivité.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Petites réflexions nocturnes

Messagepar Jagannath » Mar Juil 24, 2012 18:05 pm

Hraefn : "mais ont-elles toutes la même source ?"

On ne te demande pas de préjuger de ce que tu vas trouver, mais de chercher jusqu'à avoir trouvé. Tu noteras bien la différence entre les deux... Tout le temps qu'on passe à se demander ce qu'on va trouver on ne le passe pas à chercher, et ainsi, le temps qu'on devrait passer à chercher vraiment et qui devrait constituer environ 100% du temps de la journée, est réduit à.. à quoi exactement? A ZERO. Au lieu de chercher on se demande ce qu'on va pouvoir dire d'intéressant... Puis on repasse à des sujets plus terre à terre : que va-t-on manger ce midi? Si je changeais de téléphone portable?

Hraefn : "Si tout est Divin, pourquoi pas l'ego lui aussi ?"

Bon et le fait de changer l'étiquette que tu mettais sur l'ego, ça t'avance? Le mental sans le sens de la séparation est le Soi ou Dieu, et le mental accompagné du sens de la séparation est l'ego ou le diable. Tout est évidemment l'oeuvre de Dieu, mais l'affirmer intellectuellement n'apporte apparemment qu'encore plus de confusion...

Il n'a jamais été demandé de chercher la source des pensées et d'en papoter ensuite dans les salons, Hraefn! Il est demandé de chercher la source des pensées à la place de papoter dans les salons!
C'est comme dans cette vieille blague éculée du gars qui demande à son docteur comment éviter d'attraper des maladies vénériennes. Le docteur lui dit de faire le poirier. Le gars demande : "donc je fais le poirier puis ensuite je peux avoir toutes les relations sexuelles que je veux sans risque?" Le médecin répond : "non monsieur, vous faites le poirier à la place d'avoir des relations sexuelles"

Hraefn : "Et comment reconnaître les ruses du mental ?"

Seulement dans le parfait silence le mental cesse ses ruses. Tout ce qui apparait devant ce silence doit être considéré comme une ruse et révoqué sans autre forme de procès.

Hraefn : "Comment reconnaître et différencier les différentes pensées ? Si certaines pensées peuvent en observer d'autres, c'est bien quelles sont différentes ?"

Il faut observer plus attentivement. Lorsque tu penses : "tiens, j'ai pensé à un chien" tu ne penses plus à chien, tu penses à ce que tu pensais. En réalité il n'y a toujours qu'une pensée à la fois. Tant que cette pensée est considérée comme le lien entre un sujet limité et un objet séparé (le sujet pense à l'objet), c'est l'ego ; lorsque le sujet, la pensée et l'objet ne font plus qu'un, c'est la félicité... et lorsque le sens de la séparation a été définitivement déraciné, c'est la réalisation.

Hraefn : "Mais peuvent-elles être différentes et issues de la même source"

Sont-elles réellement différentes? Tant qu'il y a le sens de la séparation (l'ego) des différences sont perçues. Et la réalité est considérée comme perdue. C'est comme la dame qui cherche partout son collier, elle demande à tout son voisinage si quelqu'un a vu son collier et s'inquiète à n'en plus finir d'avoir perdu son collier, jusqu'à ce qu'une amie lui prenne la main et la porte à son cou où est le collier. La Dame s'aperçoit alors qu'elle n'avait jamais perdu son collier, qu'il a toujours été autour de son cou. Si on lui demande, elle dira : "je l'ai retrouvé, il était autour de mon cou!" pourtant elle sait maintenant qu'elle ne l'a jamais perdu, et elle s'amuse d'avoir cru que le collier était perdu et de s'être tant inquiétée. De la même façon, lorsque le sens de la séparation est détruit, il apparait simplement qu'il n'y avait jamais eu de séparation d'aucune sorte et on se demande où a bien pu disparaître celui qui était si malheureux car il n'a pas laissé la moindre trace, comme s'il n'avait simplement jamais existé.
Cette histoire du collier perdu est profonde : le sens de la séparation, la source même de l'ignorance, sera seulement détruit lorsque l'Ami viendra prendre notre main pour la porter à notre cou (notre mental pour le porter à sa source), tant que cela ne se produit pas, l'inquiétude et l'angoisse règnent et tous les efforts doivent être déployés pour y mettre fin.

Hraefn : "Ce qui impliquerait que ma recherche de la source du "je" serait vouée à l'échec puisque l'ego serait à la fois le chercheur et le cherché !"

Il est évident que c'est impossible, cependant certaines personnes innocentes ne savent pas que c'est impossible, grâce à quoi elle y parviennent. Il est exact que le mental ne peut pas réaliser le Soi. C'est seulement toi qui croit que le mental doit réaliser le Soi, alors on te donne la méthode pour que cette ignorance cesse et que tu sois heureux, mais personne ne peut la pratiquer à ta place.

Hraefn : "User de la pensée discursive est donc vain dans cette quête."

Bonne observation, mais qui reste elle-même toutefois une pensée discursive :)

Hraefn : "J'ai donc opté pour une autre façon de faire : faire taire ces pensées. Et là je me suis rendu compte qu'il n'y a plus de recherche du tout puisque l'on baillonne le chercheur !"

Il est impossible de faire taire les pensées, ou pas longtemps, la preuve, tu as essayé et elles reviennent sous forme de jugement (pensée discursive) à propos de la méthode. C'est comme d'essayer d'enfoncer une bouée gonflée sous l'eau : elle remontera d'autant plus fort qu'on l'a enfoncée profondément. Le mental ne se taira que lorsqu'il se sera fondu dans sa propre source, il n'y a qu'en réalisant le pouvoir de son créateur que le mental sera en paix. De plus qui veut faire taire le mental? C'est comme si un voleur apprenait dans les journaux qu'un cambriolage qu'il a fait a eu lieu. Outré par cet acte vil, il enfile un costume de policier et part à la recherche du voleur... Il ne trouvera évidemment personne à arrêter.

Hraefn : "En effet, lorsque l'on fait taire le mental cette question disparait elle aussi !"

Tant qu'il y a quelqu'un qui a fait taire le mental, même s'il ne vagabonde plus, il y a toujours la pensée racine (pensée "je"), qui est la mère subtile de toutes les autres. A ce stade , il n'est pas possible de dire que le mental est en paix, il est au mieux un peu abruti.
Modifié en dernier par Jagannath le Mar Juil 24, 2012 23:35 pm, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Mar Juil 24, 2012 23:09 pm

Pffff, j'en ai marre de me prendre continuellement la tête avec tout ça ! Ça me bloque plus que ça ne me fait avancer et j'ai juste l'impression d'être un âne (pour le coup c'est moi qui le dit là !) J'étais tout content d'avoir l'impression d'avoir fait un pas en avant cette nuit alors que je n'ai fait que renforcer d'avantage mon ego :(

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Mar Juil 24, 2012 23:25 pm

Justement, le mieux est de ne pas se prendre la tête et ne pas se focaliser sur son pas en avant ou en arrière.
Laisse faire les choses naturellement.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Mar Juil 24, 2012 23:28 pm

Oui nous prenons comme positif ce qui est négatif et inversement. Il faut une longue observation pour imprimer ce point. Intellectuellement, c'est facile mais en pratique, lorsque c'est réalisé, le pèlerin est réellement au comble de la joie lorsque les difficultés apparaissent, il n'y voit que l'intervention divine pour l'aider à faire chuter son ego. A ce stade il ne recherche même plus la réalisation car il trouve son bonheur en toute chose, satisfait des insultes comme des compliments, de l'attention des autres comme de leur indifférence, de la maladie comme de la bonne santé etc.
En attendant la grâce de trouver une telle équanimité, je maintiens que la pratique doit remplacer l'agitation mentale et non devenir un nouveau prétexte à agitation mentale. Dès que l'on s'aperçoit que le mental saisit à nouveau les expériences, on devrait immédiatement réaliser qu'on perd notre temps à comprendre l'objet alors qu'on ignore toujours le sujet, et on devrait repartir sur le champ en quête du sujet et rien d'autre.

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Mer Juil 25, 2012 8:09 am

C'est ce que j'essayais de faire...

Avatar de l’utilisateur
Zora*
Messages : 799
Enregistré le : Dim Nov 01, 2009 11:42 am
Contact :

Messagepar Zora* » Mer Juil 25, 2012 19:46 pm

Je suis, donc je pense ... cela me dit vaguement quelque chose !
Mais je rajouterais je suis, je pense, et donc mon coeur invente de belles couleurs ! Mais être ou ne pas être.....................;
Bon allez je file, c'est que je ne suis pas couchée moi !

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Jeu Juil 26, 2012 22:16 pm

Quand même dans cette discussion il y a deux interventions de Bastet qui je trouve n'ont pas été entendues à leur juste valeur (peut-être plus que deux mais ces deux là me sautent aux yeux, d'autant que c'est rare que Bastet se répète contrairement à moi).

Bastet : "Quand on s'acharne à chercher quelques chose, il est presque certain que l'on ne pourra pas trouver."
Bastet : "Justement, le mieux est de ne pas se prendre la tête [...] Laisse faire les choses naturellement."

Habituellement je ne suis pas adepte de ces formulations. Le problème est que nous naviguons entre deux précipices, l'un qui consiste à croire que ce sont les pratiques qui mènent à la réalisation, que la réalisation est le fruit d'une pratique (ce problème tant qu'il n'est pas résolu est un obstacle rédhibitoire car il empêche strictement l'émergence du détachement) l'autre qui consiste à croire que comme la réalisation n'est pas le fruit d'une pratique, il ne faut rien faire et surtout faire aucun effort.

Tous les efforts sont nécessaires, nous devons même nous engager dans un effort ininterrompu. Néanmoins nous devons comprendre que nous ne recherchons pas les fruits de cet effort. L'effort consiste à repousser l'ignorance, mais la Connaissance n'est pas le fruit de l'effort, ELLE EST.

Je disais qu'habituellement je ne suis pas adepte de telles formulations ("lassons faire les choses" etc.), parce que j'estime qu'elles risquent de nous faire chuter dans le second précipice ce qui est une des pires choses possibles et que c'est devenu le sport national des faux gurus qui pullulent dans les séminaires et dont les ouvrages ont envahi le rayon spiritualité de nos bibliothèques... mais Bastet ne fait pas partie de ces gens qui crient sur tous les toits que l'accomplissement spirituel consiste à rester les bras croisés, et lorsqu'elle dit avec des mots différents la même chose que ce que je rappelle souvent (que l'accomplissement qu'on recherche n'est pas le fruit des efforts, qu'il faut lâcher cette prise-là) elle le dit en connaissance du contexte et de la personne. Il faut, lorsqu'on s'est engagé dans une voie spirituelle traditionnelle et authentique, savoir s'en remettre à cette voie avec le plus grand espoir et une totale confiance sacrée - ce que je nomme en d'autres occasions "déposer son fardeau". Ceux qui ont la chance que les portes d'une initiation authentique s'ouvre à eux (combien de vies à chercher à tâtons dans le noir avant qu'une telle chance se présente?) devraient considérer tous les moyens pour parvenir effectivement à déposer leur fardeau pour pouvoir profiter pleinement de cette grâce.

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Jeu Juil 26, 2012 22:32 pm

J'ai bien vu ces réponses... Mais c'est un peu comme si on répondait à un boulimique qui demanderait comment arrêter de manger : c'est simple, il suffit d'arrêter de manger... facile à dire lorsque l'on est pas boulimique... Et bien là, je suis ce boulimique, je fais totalement confiance à Bastet et m'efforce de suivre ses précieux conseils mais échoue souvent. Et lorsqu'à chaque fois que j'échoue je m'entend dire ce genre de phrases, je me sens vraiment stupide car à vous entendre ça à l'air si simple !! Alors je me prends encore d'avantage la tête pour comprendre cette simplicité que je ne saisis pas. "Laisse faire les choses naturellement", et bien pour moi me prendre la tête, analyser, décortiquer... est naturel
Modifié en dernier par Hraefn le Ven Juil 27, 2012 12:48 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Jeu Juil 26, 2012 23:31 pm

Hraefn : "et bien pour moi me prendre la tête, analyser, décortiquer... est naturel :("

Ce n'est pas naturel, le bonheur apparait lorsque le mental est en paix ; et le bonheur est recherché parce que c'est notre état naturel. L'habitude de décortiquer n'est pas naturelle mais acquise au fil de nombreuses vies.

Hraefn : "Et c'est ce que j'essaie de faire, mal apparemment. Je considère ces moyens et les mets en pratique (cf l'austérité par exemple) mais systématiquement il semblerait que je me plante et suis à côté de la plaque..."

Lorsqu'on reprend un petit enfant pour lui apprendre à bien parler, ou à se comporter poliment, il ne dit pas "oh je suis toujours à côté de la plaque!", pourquoi imagines-tu que tu es à côté de la plaque? Pour apprendre il faut l'enthousiasme d'un enfant qui est sans cesse heureux de partir à la découverte des terres nouvelles qui s'offrent à lui. Que tu dises "je suis à côté de la plaque" ou pas, cela n'y changera rien, on ne t'épargnera pas sous prétexte que tu prends un air de chien battu (avec les oreilles toutes penaudes et innocentes!), et dans tous les cas, tu finis quand même pas consentir les efforts. Donc à tout prendre, autant accepter cette curieuse situation avec joie :)

Tous les efforts consentis avec un bon esprit seront récompensés, cependant, ne néglige pas les conseils pour diriger ces efforts dans le bon esprit, s'ils sont bien entendus et appliqués dans leur véritable sens bienveillant, ils permettront de faire en quelques instants et peu d'efforts, des choses qui prennent sans cela des centaines d'années avec sueur et larmes.

Tu dis que tu veux déposer ton fardeau? Pourquoi t'inquiètes-tu alors d'avoir fait bien ou mal lorsque tu reçois un conseil bienveillant? Tu peux tout aussi bien supposer que la personne à qui tu as accordé ta confiance te donne exactement la remarque dont tu as besoin, qu'il ne te juge pas du tout mais se contente de donner la clé qu'il faut au moment où il faut. Pourquoi ne pas simplement lui faire confiance et abandonner les craintes et tout le fardeau? On dit à un homme, à l'entrée d'un train, qu'il peut poser ses valises, que le train les mènera à destination, qu'il n'est pas nécessaire de les porter. Là l'homme répond : "oui j'essaye de les poser" tout en les serrant encore plus fort contre lui, comme si on lui reprochait de ne pas les tenir assez fort! Voilà ce que m'inspire ta réponse...
Personne ne te demande de changer, de prendre sur toi la responsabilité de tes actes d'hier, de demain, de tout de suite et d'en justifier, il est dit ici au contraire que tu n'as plus du tout à t'en faire pour tout cela, que tu peux déposer le fardeau sans plus t'en inquiéter.
Une mère apprend à son enfant à marcher. L'enfant demande-t-il pardon en expliquant "maman tu sais je suis trop petit, je n'ai qu'un an et demi, et puis mes pieds sont trop courts et ma couche pas très pratique"? Il prend simplement la main de sa mère avec confiance, il ne cherche pas d'excuse quand il trébuche et elle le rattrape à chaque fois sans jamais lui reprocher sa touchante maladresse. Après quelques jours, il devient agile, et après quelques semaines, il peut marcher tout seul. Cela aurait-il amélioré les choses s'ils s'était sans cesse inquiété? Voilà ce que veut dire déposer le fardeau, tel un enfant qui s'abandonne à sa mère pour apprendre à marcher, le pèlerin prend la main tendue en toute confiance et accepte avec joie tout ce qui se présente pour le mener à l'émancipation intérieure, en abandonnant toute inquiétude.
Modifié en dernier par Jagannath le Jeu Juil 26, 2012 23:56 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Ven Juil 27, 2012 8:39 am

Il est inutile de continuer cette argumentation.


Retourner vers « Discussions générales sur la magie et la spiritualité »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités