Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Articles et discussions sur La Magie, la spiritualité et la sorcellerie.

Modérateur : Jagannath


Image

ॐ भूर्भुव: स्व: तत्सवितुर्वरेण्यं । भर्गो देवस्य धीमहि धीयो यो न: प्रचोदयात् ।।

Om Bhūr Bhuvah Svaḥ
Tat Savitur Varenyam
Bhargo Devasya Dhīmahi
Dhīyo yo naḥ prachodayāt.


Au cœur de l'expérience de la vie, C'est « Cela »,
La nature essentielle irradiant l'existence, Qui est l'adorable UN.
Puissent tous les êtres percevoir, par un intellect méditatif,
le magnifique éclat de la conscience illuminée.
Avatar de l’utilisateur
belladone
Messages : 542
Enregistré le : Dim Avr 19, 2009 21:03 pm
Magie pratiquée : Belgique

Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Messagepar belladone » Ven Nov 25, 2016 12:38 pm

[split depuis les ateliers d'Héliopolis par la modération]

Jagannath a écrit :Notre état de foetus dans le ventre de sa mère est considéré comme passé si on croit que notre mère biologique est notre mère et si on croit qu'on a un libre arbitre - que ce n'est plus de notre mère que vient la nourriture et les besoins vitaux mais de nous-mêmes. Ces deux croyances peuvent être supprimées par la réflexion rigoureuse. Certains d'entre-vous ont-il déjà eu des réminiscences de leur période prénatale? En étant presque rien (un foetus impuissant) on ne fait qu'un avec tout l'univers (la puissance absolue).


Je trouve qu'il y a de ça quand on fait des apanasanas (? je ne sais pas comment ça s'écrit) au yoga. Il y a une sorte de bercement "primaire" qui permet inconsciemment de retrouver cet état et de se détacher de tout.

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4219
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Re: 1 - [Cosmogonie Égyptienne] L'Ennéade d'Heliopolis

Messagepar Totem » Ven Nov 25, 2016 13:34 pm

Jagannath a écrit :Certains d'entre-vous ont-il déjà eu des réminiscences de leur période prénatale? En étant presque rien (un foetus impuissant) on ne fait qu'un avec tout l'univers (la puissance absolue).


J'ai vécu ça mais je n'ai pas fait le rapprochement avec la période prénatale, j'aurais plutôt pensé à bien avant celle-ci où l'on à la sensation d'être juste quelque chose d'infiniment petit faisant partie du tout, genre un atome parmi d'autres.
Enfin c'est difficile à exprimer.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: 1 - [Cosmogonie Égyptienne] L'Ennéade d'Heliopolis

Messagepar Jagannath » Ven Nov 25, 2016 21:07 pm

La régression au prénatal n'est qu'une des multiples approches vers cette expérience il n'est nul part dit qu'il y a un rapprochement à faire, à part dans le fait que lorsque nous acceptons d'être RIEN alors nous devenons TOUT. Be a zero and you'll be a hero.
Après lors de cette expérience par cette voie ou par une autre voie, il y a les mêmes effets que racontait Bella à propos de l'orgasme etc.

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4219
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Re: 1 - [Cosmogonie Égyptienne] L'Ennéade d'Heliopolis

Messagepar Totem » Sam Nov 26, 2016 0:48 am

Jagannath a écrit :Après lors de cette expérience par cette voie ou par une autre voie, il y a les mêmes effets que racontait Bella à propos de l'orgasme etc.


Oui justement à propos d'orgasme celui qui est vécu dans cette expérience est bien plus puissant qu'un orgasme habituel qui est bien pâle à côté...

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: 1 - [Cosmogonie Égyptienne] L'Ennéade d'Heliopolis

Messagepar Jagannath » Sam Nov 26, 2016 3:56 am

Des différents stades des orgasmes des transes et de la réalisation : comprendre le processus en trois phases : phase de constitution, phase d'impact et phase de décantation.

1. Les difficultés d'expression et l'impossible comparaison.

En fait il y a toute une échelle dans la capacité à rester conscient de soi-même durant l'orgasme. C'est ce qui fait qu'on retire de chaque orgasme un souvenir différent et qu'on le décrit comme une expérience différente. Le mâle en sueur qui s'agite dans un vagin pour oublier ses malheurs (en pleine distraction donc) en se forçant à imaginer des trucs pornos pour arriver à éjaculer bien qu'il ne soit pas amoureux de la prostituée qu'il a payée pour subir ça, aura le même orgasme que celui que je raconte dans la régression au stade foetal, ou que tu racontes dans ton expérience, ou que Bella raconte dans sa nouvelle qu'elle a postée l'autre jour, ou que le toxicomane raconte avec son injection d'héroïne. Mais notre distraction est différente. L'homme bestial est dans l'oubli de lui-même, sa distraction est maximale. Son orgasme après coup sera décrit comme un simple instant d'oubli de ses malheurs, un soulagement passager mais qui le laisse fatigué, lessivé, il veut dormir. Bella, à cause de sa conscience aiguë (Vénus) d'identification au corps (mais sur une vibration subtile, la conscience est divinisée parce que Vénus est exaltée et fonctionnelle bénéfique) a au contraire une conscience aiguë d'elle-même et du processus de destructuration de l'ego. Donc de cette expérience de non-être, elle ramène un sentiment exaltant, un souvenir impérissable et mystique, elle a poussé son identification au corps par-delà ses limites au travers de la beauté qu'elle vit en direct. Elle ramène du même orgasme (qui n'est jamais qu'une destructuration-disparition de l'ego qui se fond un instant dans sa source) des conclusions bien différentes, et au lieu d'être vidée et lessivée, elle est remplie, débordante d'une énergie infinie. Là je peux dire la même chose en terme des effets qui dominent après l'expérience foetale : le sommeil a totalement disparu, toute fatigue ou douleur a disparu, tout l'univers semble bercé d'un silence mystique merveilleux etc. Donc il est très difficile de parler de nos expériences en les comparant, parce que le souvenir que moi j'associe à la régression est peut-être un orgasme "avancé" (dans ma perception) non pas qu'il soit différent mais que je l'ai vécu dans un état de conscience aiguë qui dans mon cas n'a rien à voir avec l'état du "bercement primal" qui n'est même pas un orgasme (dans mon expérience et si elle n'en dit pas plus je suis incapable de déterminer ce que ça représente pour Bella). Par contre on peut évaluer l'état qui suit et certains critères objectifs comme la suppression totale et durable du sommeil, de la fatigue et de la douleur, le niveau d'énergie. Ceci dit pour parvenir à discuter de façon rigoureuse de la transe elle-même, les tibétains ont développé une observation précise des transes et des signes spécifiques à chaque transe, permettant de parler plus ou moins de la même chose. Sans quoi celui qui a une expérience plus avancée verra bien, il est vrai, quels sont les stades que décrivent les personnes moins expérimentées en les écoutant parler, mais il sera bien en peine de leur expliquer ce qu'ils manquent parce que les stades supérieurs ne sont jamais appréhensibles. Le résultat c'est que c'est dit dans les textes tibétains de façon symbolique sous la forme : "le méditant verra le reflet de la lune sur un lac, elle aura telle couleur et il y aura de faibles nuages devant" etc. Tout ce vocable est compréhensible seulement à ceux qui ont suivi cette voie ou à ceux qui ont vraiment assez de discernement par une longue expérience du sujet pour inférer l'expérience réelle dans son expression symbolique (symbolique ne veut pas dire irréelle). Je suis d'avis de ne pas se perdre dans ces "signes" (bien qu'ils soient réels et importants si on veut conseiller de façon individuelle un étudiant) mais qu'on se contente de considérer que quel que soit notre niveau, et l'étendue de nos expériences éphémères de samadhi ou de simple contemplation, qu'il nous reste beaucoup de travail à faire et que c'est notre enthousiasme à effectuer ce travail concret d'entrainement spirituel qui est le vrai seul et unique signe de la grâce et de notre "niveau" tant qu'on continue de penser en termes de "niveaux".

2. Les trois phases de l'expérience : phase de constitution, phase d'impact et phase de décantation.

Il y a dans l'expérience spirituelle trois phases : le processus lui-même de dissolution de l'ego, celui de l'expérience (impact) et le processus de tirer les conclusions pertinentes de manière concrète dans notre vie (concrète = pas intellectuelle mais dans notre être même). Dans le macrocosme ou le microcosme, c'est le même leitmotiv qui se reproduit. On a vu que si l'amant est extrêmement attentif durant la phase de travail, il sera aussi pleinement lucide durant la phase d'impact (l'orgasme) et par conséquent il y verra une expérience mystique et une source de paix pendant la phase de décantation. Qu'on parle de l'orgasme au terme de la concentration dans la passion sexuelle ou dans l'expérience de la vacuité au terme d'années de pratiques spirituelles, il y a toujours la phase de concentration, la phase d'impact et ensuite la phase de décantation. Même pour une personne (ce qui est déjà rare) qui parvient à l'expérience claire du Soi (réalisation) il est très difficile de faire correctement la décantation. C'est pour cela que je répète à quiconque de poursuivre le travail. Tant que le travail de décantation n'est pas terminé, le pèlerin même ayant obtenu l'expérience incontestable et sublime du "je suis" reste une personne très ordinaire avec les mêmes vasanas (tendances mentales) et son jñana reste souvent instable et faible. Il y a un long travail pour que le jñana devienne fort et stable en même temps et c'est seulement lors de la disparition des dernières vasanas, tendances mentales, qu'il apparaît clairement au monde comme un jñani, n'ayant plus aucun comportement d'ignorant en aucune occasion. Ces êtres-là sont très rares. Déjà que ceux qui parviennent à la conscience du courant "je" ne sont pas légion...

3. Comment s'y retrouver, les symptômes de la réalisation.

Pour t'aider à t'y retrouver disons que c'est la question qui est mal formulée dans nos préoccupations. En fait le jñana est toujours là. Chacun est déjà le Soi. Mais parfois il n'y a aucune conscience (ignorance, état ordinaire) et parfois il y a un début de conscience dans le calme intérieur (samadhi) qui peut aller pour les personnes prédisposées jusqu'à l'expérience de vacuité (Turiya) qui est comparable à un silence tonitruant qui pénètre soudainement tout l'univers jusque dans chaque atome, chaque mouvement et ce jusqu'aux confins de l'infini. A ce stade il n'y a plus d'obstacle à la réalisation du Soi, pourtant il n'y a aucune garantie que la réalisation ait lieu. Il n'y a pas de pratique ici pour parvenir à la réalisation lorsque ce silence immanent, omniprésent, tout-pénétrant et d'une infinie éloquence est "entendu". Il n'y a plus qu'un phénomène de grâce qui peut intervenir et rendre claire l'expérience qui n'a rien de nouveau, qui est juste toujours là, qui n'a jamais été absente... de la conscience d'exister. Avant cela la conscience d'exister n'est connue que par inférence ou interpolation - bref par le raisonnement. Lorsqu'en plus de la vacuité (Turiya), la pure conscience est par quelque grâce mystérieuse reconnue de façon directe (lors de cette explosion de silence immanent, vacuité ou Turiya qui pénètre tout l'univers), alors on parle de réalisation du Soi. La réalisation du Soi n'est pas une expérience différente de la vacuité, en réalité ce n'est pas une expérience du tout. Si l'expérience de la vacuité n'est pas perçue comme une modification mais est juste elle-même telle qu'elle est sans attribut, alors il y a des chances que la réalisation ait lieu. Si elle a lieu, le premier symptôme évident est que le pèlerin ne ressentira plus jamais l'effort de la même façon. Avant la réalisation, le pèlerin considère l'effort comme l'espace à remplir qui le sépare de la divinité. L'effort est donc souffrance parce qu'il est séparation. Après la réalisation du Soi, cette erreur de perspective est dissoute, et l'effort n'est plus que la félicité du Soi. Si le pèlerin manque de maturité, même cela peut être perdu par la force des vasanas (prédispositions mentales) et il faudra de nouveau méditer etc. Mais ce sera moins difficile au fil du temps s'il n'abandonne pas la voie spirituelle. Ensuite le jñana n'est plus interrompu et ne nécessite plus d'effort douloureux. L'effort qui est la source du jñana est aussi le résultat et les trois ne font plus qu'un. Mais le jñana reste faible ou ne se renforce qu'épisodiquement. Il reste tout le travail de décantation à effectuer. Seul celui qui a extirpé totalement toutes les vasanas (prédispositions mentales) aura supprimé les vestiges de l'ignorance et pourra représenter le modèle d'un parfait jñani pour le monde. Mais c'est très rare, la dernière transformation alchimique est extrêmement longue. Il y a bien quelques bouddhas (Gautama, Siddhartha), purnavatars (Krishna, Jésus), mahatmas authentiques (R. Maharshi, Socrate) et sages remarquables dans l'histoire . Et aussi d'autres que l'histoire n'a pas enregistrés comme tels mais qui l'étaient tout de même. Mais ça ne fait pas légion. Dans certaines périodes de l'humanité il pouvait n'y en avoir aucun sur la surface de la terre pendant des décennies ou des siècles. Malheureusement la plupart des "maîtres" autoproclamés qui ont réellement un jñana aujourd'hui sont tellement débutants dans la phase de décantation et tellement mal orientés par leurs précédents maîtres etc qu'ils n'ont même pas assez de réceptivité pour percevoir qu'il y a une phase de décantation à effectuer. Ainsi ils s'imaginent être des bouddhas et enseignent comme si c'était ainsi, confondant tout. Malheureusement la phase de décantation se bloque tant que cette attitude est adoptée et eux-mêmes ne peuvent mener leurs disciples qu'au stade où ils sont eux-mêmes parvenus (hm, dans le meilleur des cas). Si les disciples sont moins prétentieux ils pourront heureusement les dépasser. Le gros de la littérature moderne sur la spiritualité se trouve issu de ces enseignants faibles ou intermédiaires. C'est mieux que rien.

Après avoir parlé du premier symptôme, la disparition de l'effort dans l'effort (le sujet, l'effort vers le but et le but ayant tout trois fusionné) qui permet par exemple que le pèlerin récite son mantra en permanence ou bien qu'il maintienne en permanence son attention sur la source de la respiration ou sur son troisième oeil etc, on peut citer divers effets secondaires tels que généralement un visage rajeuni, une aura de lumière (mais ce n'est pas un signe rigoureux car elle peut apparaître lors d'austérités même avant la réalisation), aussi il ne perçoit plus lui-même de discontinuité d'aucune sorte entre le rêve le sommeil profond et la veille. Mais il n'est pas encore pleinement lucide durant tout le sommeil profond comme le jñani plus stable. Plus tout un tas d'autres manifestations. Ajoutons que bien qu'en apparence doté d'un ego ordinaire, cet ego est impossible à attraper. Quoi qu'on dise de lui, il n'est plus identifié aux attributs qu'on lui prête, donc il ne se sent pas remis en question et même s'il peut continuer de réagir de façon ordinaire (ses vasanas ne sont pas encore déracinées) quand on l'attrape il nous échappe parce que lui-même malgré les apparences ne pense pas par exemple "je suis accusé de tel péché", mais il pense seulement à Dieu avec en bruit de fond la possibilité de répondre sur les accusations, libre de répondre ou de se taire, il n'est ni forcé de se taire ni d'avoir l'air sage, mais il n'est jamais enfermé dans un rôle comme celui de répondre, de se taire on n'importe quel rôle. Aussi n'étant plus prisonnier de ses états mentaux, il pourra abandonner instantanément la tristesse au profit de la joie en fonction des circonstances, tandis qu'une personne ordinaire lorsqu'elle est malheureuse n'arrive pas facilement à s'ouvrir à la joie etc. Voilà quelques signes de la réalisation du Soi. Mais il est indiqué que de toutes façons, celui qui n'a pas réalisé ne peut pas reconnaître de façon claire même en étudiant les signes -lui est prisonnier des faux-semblants et de ses aprioris-. Seuls ceux qui sont parvenus à la réalisation eux-mêmes reconnaissent les autres, et ne sont plus du tout dupes des faux-semblants.

4. Conclusion et travail patient au jour le jour.

Donc même si l'expérience de Turiya est la même pour tout le monde, de même que lors de l'orgasme, certains n'en retireront rien, d'autres de la fierté et d'autres une paix réelle et plus durable ou au moins un sentiment d'urgence de mettre fin à l'ignorance. Et certains la réalisation, mais avec quand même des vestiges considérables d'ignorance. Etc. L'orgasme ou la transe ne sont pas ensuite connus par ce qu'ils sont (connaître l'orgasme ce n'est pas un souvenir intellectuel, c'est seulement le vivre, de même la réalisation ou la transe n'est jamais connue par le mental, connaître la réalisation ou la transe c'est la vivre) mais par ce qu'ils laissent, et ce qu'ils laissent est déterminé par nos prédispositions et par le travail de conscience que nous effectuons par ailleurs patiemment au jour le jour.

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Re: Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Messagepar Margotland » Sam Nov 26, 2016 18:35 pm

A un moment donné je crois que on ne peut pas stopper le développement spirituel.
Je m'explique en essayant de retranscrire au mieux ces sensations..
Une fois réalisé un état intérieur de grâce, un bonheur et une paix incroyablement bonne même si cette état prend fin dans la notion d'orgasme, une porte, un voile bref quelque chose est différent dans sa perception dans son attitude, et cela ne peut pas prendre fin puisque cela n est pas commander, ni même désiré... Je ne vois pas alors comment faire un retour en arrière... au pire on stagne de long mois dans un jeu du mental si tu n'as pas une aide pour débloquer.
Sans notion de bien ou de mal c'est un peu obligé par une force forte et inconnu....
Même si tu bois à être ivre , mange de la viande, etc... Trop tard parce que la vie va t envoyer des leçons aussi promptement qu' elle t'envois ces dons...... À part vouloir souffrir h24, il n y a pas de retour possible
amor vincit omnia

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Messagepar Jagannath » Sam Nov 26, 2016 21:34 pm

C'est pas vrai car c'est comparable à une lourd bateau. Quand tu es à pleine vitesse, si effectivement tu essayes de faire machine arrière, toute la vie te rappelle par les claques, les échecs et la frustration à quel point tu étais mieux avec le mental unipointé et les pratiques très régulières. Mais si tu continues malgré les avertissements de ralentir, peu à peu les choses reviennent à l'ordinaire, la pensée redevient ordinaire etc. Et alors il devient encore plus difficile de redémarrer. Parce que la première fois quand on s'engage dans la sadhana, on a une motivation spéciale de la découverte. Mais si on arrête la sadhana, il devient beaucoup plus difficile de la reprendre et de la faire repartir à pleine vitesse. La recommandation à ce sujet c'est de ne jamais ralentir la sadhana tant que la vérité du soi ne s'est pas révélée pleinement au coeur de l'expérience de vacuité.

Lorsque le Soi a été réalisé, et l'expérience (la non-expérience) renforcée correctement, il est moins grave de diminuer les pratiques parce que tout devient une pratique. En toute situation on ne voit plus que le but et l'amour. Cependant si à ce stade on prend un rôle de maître spirituel donnant les initiation etc, alors typiquement on stagne.

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Re: Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Messagepar Margotland » Sam Nov 26, 2016 21:45 pm

Effrayant... Je ne le souhaite a personne...
Que Dieu me garde, Que La mère ne cesse pas son allaitement... Et Que le fils me rappel en son pied..
amor vincit omnia

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Les signes des niveaux d'orgasmes ou de transes ou de réalisation

Messagepar Jagannath » Sam Nov 26, 2016 22:08 pm

Oui malgré tout celui qui a entrepris une sadhana avec sérieux et sincérité au moins une fois, il restera toujours un bénéfice.


Retourner vers « Pandore »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité