Recherche de la félicité : comment appaiser le mental?

Articles et discussions sur La Magie, la spiritualité et la sorcellerie.

Modérateur : Jagannath


Image

ॐ भूर्भुव: स्व: तत्सवितुर्वरेण्यं । भर्गो देवस्य धीमहि धीयो यो न: प्रचोदयात् ।।

Om Bhūr Bhuvah Svaḥ
Tat Savitur Varenyam
Bhargo Devasya Dhīmahi
Dhīyo yo naḥ prachodayāt.


Au cœur de l'expérience de la vie, C'est « Cela »,
La nature essentielle irradiant l'existence, Qui est l'adorable UN.
Puissent tous les êtres percevoir, par un intellect méditatif,
le magnifique éclat de la conscience illuminée.
Avatar de l’utilisateur
choupette
Messages : 134
Enregistré le : Ven Jan 02, 2009 1:57 am

Recherche de la félicité : comment appaiser le mental?

Messagepar choupette » Lun Fév 02, 2009 1:07 am

[la paix du mental, la métaphore du taureau sauvage, hindouisme, kabbale, recherche du Soi]

Maintenant Bertrand, j'aimerais que tu me parles du taureau sauvage... s'il te plaît !

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 7:41 am

Je reprends mon message d'hier :
    Veux-tu que cette félicité (que tu connais déjà, tu nous l'a dit) ne soit plus troublée par des moments de désespoir à chercher la vérité au loin à l'horizon où on ne la trouve jamais? Alors je te raconterai, à toi aussi, la métaphore du taureau sauvage.
    Alors d'où surgissent ces doutes?
Les doutes surgissent du mental. Le mental n'a pas d'existence, c'est seulement une accumulation de pensées. Si tu veux t'en assurer, demande au mental de trouver le mental : il n'y parviendra pas et se calmera tout seul quelques instants.

Le mental est comme la trompe d'un éléphant : il s'agite en tous sens et cause le doute. Lorsqu'on s'identifie à lui, il cause aussi la souffrance.
La trompe d'un éléphant ne tient pas en place plus d'une seconde, à moins qu'on lui donne une chaîne ou un objet à tripoter. Alors elle se concentre sur l'objet et se calme.
Les seuls moments où nous sommes heureux, c'est lorsque le mental, au lieu de passer son temps à s'agiter, vaniteux et conquérant, rentre à la maison, dans la chaleur du Soi, de l'Être. Ce n'est pas très difficile, il suffit de lui donner pour tâche de se concentrer sur l'Amour, sur Dieu, sur l'Être, de lui ordonner de nous accompagner dans un état de prière sur la forme abstraite de la Foi. Bref je te fais confiance pour trouver.

Hélas! Il ne reste pas sage bien longtemps.
Oui : le mental est comme un taureau sauvage. Faites le rentrer à l'étable, il mangera un peu de la bonne herbe verte, alors on se sent heureux, mais il va très vite se distraire à nouveau et partir dans les champs du voisin, retrouvant sa vanité et son penchant pour aller n'importe où sans aucun contrôle.
Soit : il ne faut pas s'en affliger. A chaque fois qu'on s'en aperçoit, et aussi souvent que possible, il faut le ramener devant l'herbe verte de l'étable. Au début il n'acceptera de rester que quelques secondes et s'échappera vers de nouvelles pensées. Avec de la persévérance, il restera plus longtemps et on fait alors l'expérience d'un bonheur plus long et plus stable. Après une pratique assidue, le mental finira par rester à l'étable, ayant appris à préférer l'herbe verte. Il cessera totalement de sortir, l'état de félicité deviendra alors permanent.

Il n'existe aucune forme de contrôle de soi-même sans le contrôle du mental. Il n'y a qu'une pratique longue et assidue qui mène à un mental apaisé, atténué (c'est celui qu'on reconnait chez les sages), et à la félicité permanente. C'est un état de méditation naturel et sans fin, qui n'empêche pas le moins du monde de continuer nos activités avec pertinence, simplement elles continueront sans que le doute vienne à chaque instant menacer notre bonheur.
Chaque pas dans ce sens est une amélioration précieuse, précieuse, précieuse.

NB : Je pense Johanna que tu trouveras facilement comment le ramener à l'étable; mais pour information, ceux qui peinent vraiment à trouver ce chemin peuvent utiliser le contrôle de la respiration du yoga : respiration lente et sereine, au moment où on termine d'expirer, il y a un instant ou le mental cesse son agitation. Au début c'est très fugitif, avec de la pratique ça s'améliore beaucoup.

Avatar de l’utilisateur
choupette
Messages : 134
Enregistré le : Ven Jan 02, 2009 1:57 am

Messagepar choupette » Lun Fév 02, 2009 11:38 am

Que cherche le taureau sauvage, dans l'herbe du voisin ? Entends par là, parfois le mental fuit-il, et apporte doute et douleur ?

Mon mental s'agite tout le temps, il n'y a pas un moment où j'arrête de penser, à droite à gauche, puis je m'ennuie, je m'agace, impossible de me poser, sauf pour dormir, et encore...bien souvent, mon corps dort mais pas ma tête...

Je tenterai de faire ce que tu m'as dit, mais je sais qu'au début je réfléchirai au pourquoi et au comment ! Et le fait est que j'ai déjà commencé, je me demande comment faire, et je me demande qu'est-ce que la félicité permanente, que ressent-on, ne finit-on pas par s'ennuyer d'être trop heureux ?

Ce sont des choses que j'ai beaucoup de mal à comprendre...

Avatar de l’utilisateur
Serval.T
Messages : 825
Enregistré le : Lun Avr 21, 2008 12:55 pm
Contact :

Messagepar Serval.T » Lun Fév 02, 2009 12:13 pm

Tu sais ... Le monde soufre ... La terre soufre ... Les êtres soufrent ... C'est cela que tu ressens ... C'est cela qui te trouble ... Soit ... Alors ... Guerroyons contre ces idées ... Souffle donc dessus ... Et ils partiront comme de la poussière ... Vide ta colère ... Je te comprends si bien l'amie ... Fais le ... Et dit moi combien tu as pleuré? ... Ressens juste l'amour ... Ne colère pas pour la bêtise humaine ... Elle changera ... Fais confiance à Dieu laisse lui ce fardeau qui est bien trop lourd pour nous qui sommes mortels ...
Ce qui est en haut est comme
Ce qui est en bas...

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 13:54 pm

Choupette : "Mon mental s'agite tout le temps, il n'y a pas un moment où j'arrête de penser"
Tu ne peux pas l'empêcher. Tourne ses pensées vers l'intérieur, vers la chaleur du Soi. Donne à la trompe agitée de l'éléphant un truc à mâchouiller qui n'appelle pas le doute, mais la confiance : voici, c'est en le tournant vers l'intérieur, vers l'Être.

Choupette : "Mais je sais qu'au début je réfléchirai au pourquoi et au comment !"
Forcément, Johanna, le mental fait cela sans qu'on s'en aperçoive. Ainsi tu vois que nous ne sommes pas maître de nos pensées. A partir de quoi, puisque nous ne sommes pas maîtres de nos pensées, il est facile de deviner que nous ne sommes maîtres d'absolument rien. A peine a-t-on le dos tourné que le mental en profite. Ne t'afflige pas de cela et ne force pas les choses. La seule chose à faire, c'est à chaque fois que tu t'en aperçois, de le ramener gentiment vers l'intérieur, vers le Soi, vers la Foi, vers la félicité. Au début c'est sans arrêt, il ne faut pas désespérer car petit à petit les progrès se font sentir.

Choupette : "Qu'est-ce que la félicité permanente, que ressent-on, ne finit-on pas par s'ennuyer d'être trop heureux ?"
Voyons Johanna, qui peut avoir envie d'être malheureux?!

Choupette : "Ce sont des choses que j'ai beaucoup de mal à comprendre..."
A quoi bon les comprendre? Tous ces doutes subsisteront tant que le mental s'agite. Il n'existe aucune réponse à ces questions qui font mal, simplement, lorsque le mental est tourné vers l'intérieur, on est heureux, les questions et les doutes disparaissent. Le choix est le suivant : laisse-t-on le mental nous rendre malheureux, ou décidons-nous d'apprendre la tranquillité?

Quant à la réponse de Serval c'est une petite merveille d'intuition et de compassion.

Avatar de l’utilisateur
N-mantic
Messages : 1116
Enregistré le : Mer Mai 14, 2008 19:43 pm

Messagepar N-mantic » Lun Fév 02, 2009 14:39 pm

Merci beaucoup pour ce post Bertrand (et donc merci à Johanna aussi), car il m'est très enrichissant moi aussi ..

Johanna, je serais tenté de te dire que tu me fais énormément penser à moi, mais je ne dois surement (?) pas être le seul dans ce cas ..

Mais je comprends toutes les intérrogations de Johann Bertrand.
=> Ne s'ennuie pas t-on d'être trop heureux ?
Personne n'a vraiment envie d'être malheureux (quoique, c'est à discuter), mais ce malheur nous est utile, car il nous permet de jauger le bonheur. Qu'est ce que le bonheur, sinon l'antagoniste du malheur ? Et si l'un disparait, on perdra le sens de l'autre, sa saveur disparaitra .. c'est comme un plat que l'on trouve délicieux que l'on mangera sans arret : il finira par paraitre fade.
Je n'ai pas dit que l'on necessite d'être malheureux, mais je comprends cette peur de l'ennuie du bonheur. Parce que dans le malheur, il y a une quête perpetuelle du changement, une recherche parfois vaine du reconfort car le mecanisme de la souffrance est souvent en nous-même, et nous à l'extérieur. Mais c'est une quête optimiste, car ça ne "pourrait pas être pire". Et alors lorsqu'on devient heureux, celui en parait dix fois plus beau ..
Lorsqu'on est déjà heureux, la lutte n'est pas si ardue .. mais à la différence on craint de redevenir malheureux, donc on est sans cesse aux aguets du moindre prémice de malheur, et cette situation peut-être lassante. Ou parfois on ramène notre propre malheur par cette crainte .. et on tourne en boucle.

=> réfléchir au pourquoi et au comment
C'est bien la mon dilemme eternel je crois. Je ne saurais me contenter d'accepter des choses toutes faites .. Je cherche toujours à savoir pourquoi, comment, d'où .. mais derrière chaque question s'en cache dix autres .. et alors je ne trouverais sans doute jamais. Mais quelque part, je préfère chercher en vain que me contenter de shéma prédéfinis ..
Biensur, il ne faut pas laisser ces interrigations semer un doute permanent. Et c'est la que la pratique de Bertrand devient interessante ! ça permettrait de savoir s'interroger quand il faut, mais de faire taire deux minutes ces questions sans réponses pour profiter de quelques moments de tranquilité ..
(enfin, la pratique de Bertrand était toujours et de toute façon interessante, ce n'est pas le sens de la phrase)

Mais est-il possible de dompter ce taureau tout en gardant la lucidité des questionnements ?
Necromantic was here...

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 15:47 pm

En fait sur le forum de Pandore, il y en a pour tout le monde : La Dialectique par exemple plait à certains qui ont besoin de méthodes intellectuelles; mais déplait à Bastet (mwahahaha). De même la voie du mental appaisé sera une aide extrêmement précieuse pour certains, et un charabia plein de confusions pour d'autres.

N-mantic : "je préfère chercher en vain que me contenter de schémas prédéfinis"
Je ne parle pas de rentrer dans un schémas prédéfini, mais bien de trouver ce que tu cherches : "Je cherche toujours à savoir pourquoi, comment, d'où"
Tu dis que tu ne trouveras sûrement jamais. En effet si tu cherches à l'extérieur. La source de toute choses est dans le coeur (illustration dans l'histoire ci-dessous). Pour la voir, il faut un mental apaisé.
La découverte de cette source n'est pas l'entrée dans un schémas prédéfini, c'est au contraire la fin de tout les schémas prédéfinis.
    Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.
    Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci « enterrons la divinité de l'homme dans la terre ».
    Mais Brahma répondit : « non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera ».
    Alors les dieux répliquèrent : « dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans ». Mais Brahma répondit à nouveau : « non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface ».
    Alors les dieux mineurs conclurent : « nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour ».
    Alors Brahma dit : « voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher ».
    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.
N-mantic : "je comprends cette peur de l'ennui du bonheur."
Tu sembles penser qu'il y a besoin du malheur pour apprécier le bonheur.
Mais je n'ai pas appelé bonheur, un "bonheur non apprécié" (cet état n'existe pas : le bonheur non apprécié n'est pas du bonheur.) Donc de ton point de vue, la félicité dont je parle tu l'appellerais "être heureux ET apprécier le bonheur en permanence". Pourquoi se compliquer autant la vie avec les mots simples? C'est ce que j'ai simplement appelé "bonheur". Quant à la fin de la souffrance : c'est ce que nous cherchons tous. Lorsqu'elle n'est pas là, on peut philosopher dans le vide! Mais lorsqu'elle est là, on ne souhaite qu'une chose : qu'elle s'arrête. Si tu n'en es pas convaincu maintenant, repenses-y lorsque tu as mal.

N-mantic : "Mais est-il possible de dompter ce taureau tout en gardant la lucidité des questionnements ?"
Non : pour découvrir la Vérité pleine et entière, il faut abandonner les voiles des fausses questions (qui ne sont pas une forme de lucidité mais plutôt d'errance). Si tu préfères avoir le mental désorienté en permanence, rempli de questions auxquelles il est impuissant à répondre, et rester sans aucune maîtrise sur tes pensées, plutôt que trouver la source de toute chose et avoir par là même toutes les réponses, alors laisse tomber la métaphore du taureau : ces techniques ne sont pas pour toi.
Si cela peut te rassurer : tant que ces questions sont importantes pour toi, il n'y a aucun risque que la voie dont je te parle t'en prive : ta liberté est totale et inaliénable.

N-mantic : "[...] la pratique de Bertrand"
Il ne s'agit pas de la pratique de Bertrand, mais de la voie vers la réalisation, tel qu'il est enseigné en Inde par les sages (associé à l'investigation sur le Soi), depuis l'antiquité jusqu'à nos jours. Je n'ai rien inventé ;)

Ceci étant dit, N-mantic, cette voie étant pour moi divine dans sa nature même, je ne souhaite ni l'imposer, ni en débattre. Je l'ai donnée ici de façon brute, décidant qu'il n'était pas utile d'emprunter les voies ésotériques et secrètes qui accompagnent chez nous ce genre d'enseignement, et qui satisfont beaucoup l'adepte à la recherche d'une initiation, mais qui au final enseignent toutes la même chose que je dis là, de façon simplement moins directe.
Le résultat de mon choix, c'est que la voie en question pourrait être totalement incomprise ici. Si c'est le cas, tant pis : je n'ai pas le pouvoir d'en prouver la véracité qui est à mon sens de l'ordre de l'évidence pour ceux que cette voie concerne, et qui restera floue aux autres. Comme dans toute initiation.
La voie du mental apaisé a été présentée ici parce qu'elle pouvait répondre à certaines aspirations de Johanna; pas comme sujet de réflexion intellectuelle. Je n'ai aucune raison d'en faire l'apologie ou d'avoir une attitude prosélyte. Si il y a des choses qui te plaisent, prends-les, et le reste, laisse-le, car les conseils que je donne à Johanna ne sont pas nécessairement applicables pour toi.
Modifié en dernier par Jagannath le Lun Fév 02, 2009 16:59 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
choupette
Messages : 134
Enregistré le : Ven Jan 02, 2009 1:57 am

Messagepar choupette » Lun Fév 02, 2009 16:35 pm

La fin de la souffrance : c'est ce que nous cherchons tous. Lorsqu'elle n'est pas là, on peut philosopher dans le vide! Mais lorsqu'elle est là, on ne souhaite qu'une chose : qu'elle s'arrête. Si tu n'en es pas convaincu maintenant, repenses-y lorsque tu as mal.


Oui, c'est un fait...Je me suis dit la même chose que toi N-mantic, puis j'ai réfléchi, notamment à la conversation que j'ai eu avec meje et Odin, et bien que je comprenais parfaitement l'un ou l'autre, je me suis refusée de les écouter : pourquoi ? parce que je souffrais trop ! Elle me dominait entièrement, elle m'aveuglait...et je ne pouvais répondre que par de la colère : je n'était que colère et souffrance !

Oui, effectivement, la félicité permanente, je ne connais pas, je me suis trop longtemps infligé une punition : celle de souffrir, de m'oublier pour les autres, pour que tout le mal que j'ai fait puisse m'être pardonnée...alors que c'est mon propre pardon que je cherchais !

Si je suis heureuse, je pourrais rendre les gens heureux autour de moi, en leur donnant plus facilement mon amour...
Et ce que dit Bertrand me fait penser, que le seul moment où je suis apaiser, c'est lorsque que je médite, que je sens d'air et la vie entrer en moi, quand je ne fais plus qu'un avec le monde...moi ! moi, qui m'évertuais a affirmer ma différence, ne comprenant pas que je creusais ma propre tombe dans les abysses de la solitude !

Quand on a souffert longtemps, comme j'ai souffert, à cause des autres, et à cause de soi-même, on apprend à tendre la main, mais jamais à la prendre de peur d'être poussé en arrière !

Tu sais ... Le monde soufre ... La terre soufre ... Les êtres soufrent ... C'est cela que tu ressens ... C'est cela qui te trouble ... Soit ... Alors ... Guerroyons contre ces idées ... Souffle donc dessus ... Et ils partiront comme de la poussière ... Vide ta colère ... Je te comprends si bien l'amie ... Fais le ... Et dit moi combien tu as pleuré? ... Ressens juste l'amour ... Ne colère pas pour la bêtise humaine ... Elle changera ... Fais confiance à Dieu laisse lui ce fardeau qui est bien trop lourd pour nous qui sommes mortels ...


Serval, je crois que tu fus le premier à me demander d'être moi, et de ne plus me cacher, je crois que tu as été le premier à comprendre, que je cachais une partie de moi-même : mes peurs, ma douleurs, mes larmes, mes faiblesses...
Je ne pense pas avoir à te dire combien j'ai pleuré, et combien je pleurs encore, je crois que tu le sais !
Et tu m'as toujours comprise, alors que je t'ai souvent laisser loin de moi, parce que trop sage, parce que trop...je ne sais pas...
Alors je te remercie...

Avatar de l’utilisateur
N-mantic
Messages : 1116
Enregistré le : Mer Mai 14, 2008 19:43 pm

Messagepar N-mantic » Lun Fév 02, 2009 18:55 pm

Je ne contredisais pas toute ta métaphore Bertrand, j'aspirais juste à mieux la comprendre .. ta légende hindou est très eclairante.
Peut-être est-ce vrai que mes questionnements tournés vers l'extérieur n'ont aucun sens, et qu'ils devraient se tourner vers Moi-même. Dans ce cas, je devrais méditer ..
Est-ce qu'il m'est difficile d'abandonner ces questions parce que j'ai encore besoin de chercher ?
Ou bien est-ce pour dissimuler d'autres peurs, ou une desillusion .. mon pessimisme inexorable ?

Pour la souffrance, je sais bien que lorsque l'on souffre, on voudrait qu'elle s'arrete. Pourtant, dans beaucoup de cas, on se complait dans cette souffrance .. on feint ou l'on croit ne pas lui trouver de solution et l'on continue à se plaindre, à demander un traitement de faveur .. Mais ce n'est en fait qu'une excuse pour nous defouler sur les autres, où attirer l'attention. Et si l'on décide sincèrement de faire venir la lumière de l'intérieur, et non d'attendre un chimèrique réconfort de l'extérieur, alors tout de suite, il disparait ..
J'en ai un exemple flagrant qui date de ce week-end .. un samedi desastreux m'avait miné le morale de manière pas possible :s quelques malentendus de plsu en soirée .. et me voila parti pour une nuit de mauvais rêves et un dimanche morose, où j'attends égoistement un reconfort qui ne vient pas. Jusqu'au moment où je réflechis, et où je me dis qu'au lieu de resté fixé sur ce qui est passé, et de me baigner dans ces mauvaises energies, et de rejeter la faute sur les autres, autant aller de l'avant, essayer de rayonner un peu pour retablir de bonne energie et renversé mon humeur. Le reste suivrait.
Et c'est exactement ce qui c'est passé .. à partir de cette instant, tout m'a parut plus "beau", la bonne humeur me revenait. Et d'autres éléments parallèles m'ont encore plus touché, et m'ont aidé à me remettre de bonne humeur.

Tu vois ce que je veux dire ? Parfois, même inconsciemment, le malheur devient un de nos outils egoiste ; et se debarasser de lui, c'est apprendre à savoir se voir telle que nous sommes, et assumer nos actes, nos envies, et nos faits directement, sans le mettre sur le compte d'un malaise à illusoire.

Maintenant que j'y pense, peut-être mes questions ont-elles la leur réponses .. elles donnent une raison d'être à mon malaise illusoire ..

très beau post Johanna^^
Necromantic was here...

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Lun Fév 02, 2009 19:31 pm

Mes craintes sont les même que les autres. Tout simplement, j'ai peur de ce que je ne connais pas.
J'ai deux inquiétudes.
N'ayant pas encore chassé l'égo, vais je nécessairement trouvé l'être et non le paraitre ?

Qui en découle.
Ayant des addictions communes, j'ai eu envie d'essayer cette voie. Par peur, je crains de me tourner encore vers une nouvelle addiction. Celle ci serait l'indifférence. Dû à mon égo.

Mais si je comprends bien.
Tu nous donnes un truc pour laisser notre intellect de coté. Chercher ailleurs notre bonheur. Tout simplement, relaxer un petit peu notre conscience qui veut tout comprendre. Tout découper et ranger dans des petites boites.

Ça ne devrait alors pas calmer ma colère ? Ni ma peur ?
Est ce qu'il faudra chercher encore plus loin ?
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 19:40 pm

On reste sur la voie de la réalisation hindouiste? Si ça te convient je continue de te répondre sur ce mode là.

N-Mantic : "Est-ce qu'il m'est difficile d'abandonner ces questions parce que j'ai encore besoin de chercher ?
Ou bien est-ce pour dissimuler d'autres peurs, ou une desillusion .. mon pessimisme inexorable ?"

C'est parce que tu penses être le corps. Tu crois être limité. Bien sûr tu sais que tu es un esprit en théorie, mais dans les faits, tu t'identifies au corps. Si tu élimines cette erreur, tu verras que tu es éternel et tu auras toutes les réponses. Le vrai Soi est Dieu. Cf. la petite histoire.

La suite se trouve ici, elle a déjà été abordée avec Odin :
http://pandore.net/agora/viewtopic.php?t=6399
http://pandore.net/agora/viewtopic.php?t=6405

Meje, je te réponds tout à l'heure.

Avatar de l’utilisateur
choupette
Messages : 134
Enregistré le : Ven Jan 02, 2009 1:57 am

Messagepar choupette » Lun Fév 02, 2009 20:38 pm

J'ai essayé aujourd'hui de suivre ton conseil bertrand, mais en vain...du coup, j'ai cherché une alternative, je m'efforce d'abord de concentrer mon esprit sur une seule chose : mon professeur, les lignes que je lis ou j'écris, et ça j'y arrive, plus ou moins longtemps...une fois que j'arriverai à parfaitement contrôler mon mental sur une chose extérieure, en ne pensant à rien d'autre, je le tournerai sur moi-même...

J'apprends doucement !
Qu'en penses-tu Bertrand ?

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 20:46 pm

Choupette : "Qu'en penses-tu Bertrand ?"
C'est une très bonne méthode. En fait lorsque tu parviens à ne te concentrer que sur une seule chose, elle finit par disparaître elle aussi et il n'y a plus que le soi, le mental se tourne vers l'intérieur *à condition qu'il n'y ait plus de pensées*.
Cela aussi demande du temps et de la pratique ;)

Meje : "Ça ne devrait alors pas calmer ma colère ? Ni ma peur ?"
Mais si : la peur et la colère sont des pensées, ça vient du mental.
Si le mental cesse de s'agiter et se tourne vers l'être, il n'y a plus ni peur ni colère.

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Lun Fév 02, 2009 22:07 pm

Alors n'argumentons pas.
Cette voie n'est pas la mienne. Je n'accepte pas cette simplicité.
Pourquoi mon cœur qui bat de même quand je suis triste ou quand je suis heureux m'amènerais à autre chose ?
Ce n'est pas mon cœur que je vais trouver alors ?
L'éternel.

Je préfère la kabbale. Ça a l'air plus compliqué, et pourtant, je m'y retrouve mieux. Ça occupe mon esprit.
Ça va dans le même sens ^^
On suit tous le même chemin.
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 02, 2009 22:12 pm

Suis ta voie, avec confiance ;)

Avatar de l’utilisateur
Serval.T
Messages : 825
Enregistré le : Lun Avr 21, 2008 12:55 pm
Contact :

Messagepar Serval.T » Mar Fév 03, 2009 10:34 am

Meje je crois que ta jeunesse et ta fougue sont les miennes quand j'étais jeune ... Tu verras qu'à force de volonté et de recherche et puis les galères de la vie ... tu te rendra compte que tout ce que tu as appris ... tu le savais déjà ... ;) car si tu comprends la Kabbale tu sais ce que veut dire ENSOPH ... Hé hé moi aussi j'ai beaucoup parcouru la Kabbale et toute sa superbe symbolique pour me trouver ... Lol mais je n'y étais pas ... J'ai parcouru le Coran et sa beauté ... Je n'y étais pas ... J'ai dévié vers les Derviches et le Soufisme qui viendrait du mot arabe "çuf" qui signifie "LAINE" ... Je n'y étais pas non plus lol ... Mais après toutes ces lectures et j'en passe car je te le dit j'en ai fais le tour ... Je me suis dit ... Mais qui cherche-tu ... Tu cherche Dieu ou bien ton toi ...?... Tu verras tu finira par arriver là ou j'en suis ... Et tu te rapelleras ces mots ... " Qui suis-je? Et pourquoi je me sens unique?" c'est une vrai blague de Dieu ... On cherche on s'agite tout ce temps ... pour entendre la Voie te dire ironiquement : Mais avant de chercher ton Seigneur ton Père ... As tu fais le tour de toi même? Comment compte tu te présenter devant lui sans même avoir fais le tour de ce qu'il t'as offert si généreusement ; La Vie!
Ce qui est en haut est comme

Ce qui est en bas...

Avatar de l’utilisateur
choupette
Messages : 134
Enregistré le : Ven Jan 02, 2009 1:57 am

Messagepar choupette » Mar Fév 03, 2009 11:11 am

" Qui suis-je? Et pourquoi je me sens unique?"


Dis moi Serval, le TOUT existe-t-il pour toi ? ou bien te dis -tu que chaque personne, chaque entité est différente et unique ?

En tout cas, la personnalité est en sans cesse évolution et donc, il esst très difficile de se connaître soi-même, et une fois que l'on se connaît, il faut apprendre à s'accepter, à s'aimer, et c'est aussi très difficile...

Le problème de meje et de d'autres personne, moi compris, c'est qu'ils ne s'aiment pas...alors ils s'approvrissent, et ne peuvent plus donner d'amour...comme m'a dit Jidty, comment aimer les autres sans s'aimer soi-même, alors que l'on est tout le temps avec cette personne...

Soi dit en passant, la technique proposée par Bertrand, et le programme préparé par Jidty, ensemble, me font un bien fou, je me sens ressourcée, et sereine, le temps ne semble plus stagner, et surtout je ne m'ennuie plus, je prend du temps pour moi, sans oublier les autres biensûr, et j'ai toujours du temps pour travailler mes cours, et ma méditation, qui soit dit en passant, plus efficace qu'avant !

En méditant, j'ai pu recadrer mon mental sur moi-même et se fut très très agréable...le reste de la journée, en cours, je me focalise sur les paroles du professeurs, dans les transports en commun, sur les paroles de la musique que j'écoute...
Ce que j'aime le plus, c'est le calme que j'arrive à avoir, la tranquilité dans laquelle je me trouve...je ne me pose plus de question, et pourtant je trouve des réponses !

Je sais qui je suis, je tends à m'accepter avec mes parts d'ombres, et surtout, je fais ce qu'il me plaît : j'ai repris le dessin ! quel bonheur, j'avais oublier que je dessinais si bien (des fleurs pour mon orgueil) et je me suis rappellée que j'avais été acceptée à l'Académie des beaux Arts de Toulouse...puis je me suis souvenue pourquoi j'ai refusé d'y aller...

Bref, si je devais me définir, je dirais que je suis libre comme le vent, et que je suis une grande passionnée, qu'il ne faut surtout pas enfermé, dans des idées pré-conçues...

Je continue à pratiquer tes conseils Bertrand et les tiens Jidty, et je vous remercie pour le bien qu'ils me font, en si peu de temps...

Au faite, Bertrand, peut-être qu'en mon royaume (comme dit Bastet, Choupette et ses dons), j'aimerai bien faire un travail d'investigation, parce que je m'apperçois que sans les doutes matériels, et terre-à-terre qui envahissent l'Homme, l'esprit s'élève plus facilement...

Pour ceux, qui ont besoin de se poser des questions pour se sentir vivant (parce que je pense que c'est bien de ça dont il est question), j'aimerai dire, que quand le taureau sauvage rentre et mange l'herbe verte du Soi, ce n'est pas que la capacité intellectuelle, ou le mental soit endormi, mais qu'il est simplement apaisé, et les questions qui viennent alors (parce que comme vous, je ne peux pas m'en empêcher) n'apportent pas de doutes, ni de douleurs, mais de simples réflexions qui tendent à nous permettre de nous élever...

Peut-être est-ce cela que l'on trouve en Soi, la paix, la félicité, surtout les réponses sans question, l'allègement de l'âme pour qu'elle puisse en se questionnant mieux s'approcher du divin...alors je suis d'accord avec la légende : le divin se trouve en nous, entre l'ombre et la lumière, entre la douceur et la violence...il ne faut surtout pas les supprimer, il faut les laisser s'exprimer de la bonne manière, tel l'artiste qui peint sa peur et sa révolte...c'est ainsi, qu'avec l'accord et l'union parfait de l'être, nous pouvons atteindre le TOUT...sans quoi, nous créons une fissure qui ne cessera de grandir !!

L'épreuve de la douleur est necessaire, pour apprendre à s'apaiser et à être le Bonheur, la Paix...si dans la douleur, nous continuons d'avoir la Foi, alors je pense que nous l'aurons à jamais, alors oui, la douleur sert, mais elle ne doit pas devenir un fardeau, mais bien au contraire, la marche d'un long escalier lumineux...
Une fois que nous avons appris par la douleur, trouvons ensemble la Paix, et la Félicité, pour pouvoir apprendre d'autres choses, et pouvoir les enseigner...

P.S : désolée, pour la longueur du post ;)

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Mar Fév 03, 2009 12:56 pm

Serval : "J'en ai fais le tour ... Je me suis dit ... Mais qui cherche-tu ... Tu cherches Dieu ou bien ton toi ...?"
C'est pour cette raison que toutes les voies reviennent finalement au vichara-marga (investigation du Soi). Seulement il faut passer par là pour que cette investigation soit possible, pour qu'elle ne soit pas "abstraite" mais concrète. Tant qu'elle est confuse, qu'on cherche sans savoir quoi ni pourquoi, il vaut mieux la mettre de côté et suivre une voie traditionnelle.

La Kabbale est une excellente formatrice : elle éduque le mental à se chercher lui-même et à repérer la nature des échos et de la source. Elle mène jusqu'au bout la Voie, incluant l'investigation du Soi par une transition si parfaite qu'on ne s'en apperçoit pas : le mental est déjà éduqué et remis à sa place. Il y a toutes les voies de l'orient ou plutôt de Dieu dans cette seule Kabbale, c'est une perle divine de l'ésotérique d'une indescriptible perfection.

Une question pour Serval où je souhaite mettre mon grain de sel :
Johanna : "le TOUT existe-t-il pour toi ? ou bien te dis -tu que chaque personne, chaque entité est différente et unique ?"
Dans la forme chaque être est unique. Dans la substance, tous sont le Soi qui est unique.

Johanna : "la personnalité est en sans cesse en évolution et donc, il est très difficile de se connaître soi-même"
Mais qui te dis que tu es ta personnalité?
Tu dis ma personnalité. En utilisant "ma", le pronom possessif, tu admets que ta personnalité n'est pas Toi, mais est une chose t'appartenant. Ta personnalité sera détruite d'ici peu de temps, il lui reste vingt mille jour à exister (plus ou moins selon ta durée de vie.) C'est très peu : tu peux compter jusqu'à 20 000 en une demi-journée sans te presser.
Toi tu es immortelle. C'est Toi qu'il faut que tu connaisses, et si tu te connais Toi, tu connaîtras toute ta personnalité et les Dieux et le monde. Ainsi est-il inscrit devant le sanctuaire de Delphes :
<<Connais-toi Toi-même et tu connaîtras l'univers et les Dieux>>

Johanna : "Le problème de meje et de d'autres personnes, moi compris, c'est qu'ils ne s'aiment pas.."
Ce que tu n'aimes pas ce n'est pas Toi, c'est ta personnalité (que tu prends pour toi.) Tu n'as aucune maîtrise sur ses idées, pourquoi prends-tu pour tes propres idées des choses sur lesquelles tu n'as aucun pouvoir et qui surgissent du mental sans ton consentement? Cette personnalité est transitoire, non seulement elle disparaitra dans 20 000 jours, mais en plus elle sera demain différente de ce qu'elle est aujourd'hui et hier etc. Etais-tu là il y a dix ans ou étais-ce une autre personne? Ne t'occupe pas de la partie qui varie et qui d'un jour à l'autre change du tout au tout. Essaye de l'attraper : elle s'évanouit. Trouve d'où elle s'élève!
Cesse de porter comme un boulet ce faux "je" que tu appelles ta personnalité et que tu n'aimes pas. Elle n'a pas besoin que tu la portes, Dieu s'occupe de tout.
<<Reste tranquille et saches que Je suis Dieu.>>

Johanna : "Soi dit en passant, la technique proposée par Bertrand, et le programme préparé par Jidty, ensemble, me font un bien fou, je me sens ressourcée."
Le jour où tu verras avec lucidité qu'une voie est ta Voie, tu ne te posera plus de telles questions. En attendant, tu n'a qu'une possibilité pour juger si un conseil est bon, il ne faut pas regarder sa forme éventuellement innatendue, mais suivre le conseil de Jésus, car on ne juge pas un arbre à son écorce :
<<On juge un arbre à ses fruits.>>

Johanna : "Pour ceux, qui ont besoin de se poser des questions pour se sentir vivant (parce que je pense que c'est bien de ça dont il est question)"
Ils croient cela : ils pensent qu'il leur manque quelque chose pour être le Soi. C'est pour cela qu'ils ne se sentent pas vivants justement, c'est leur mort de penser cela. Qu'ils cessent de se poser des questions, et ils verront qu'ils sont vivants, mieux: qu'ils sont La Vie.

Johanna : "Quand le taureau sauvage rentre et mange l'herbe verte du Soi, ce n'est pas que la capacité intellectuelle, ou le mental soit endormi, mais qu'il est simplement apaisé, et les questions qui viennent alors (parce que comme vous, je ne peux pas m'en empêcher) n'apportent pas de doutes, ni de douleurs, mais de simples réflexions qui tendent à nous permettre de nous élever..."
Je ressens cela aussi. Néanmoins c'est transitoire : les questions "constructives" qui apparaissent mènent tôt ou tard à de nouveaux doutes. Ce que tu décris est une première étape. La seconde c'est que des pensées continuent de s'élever mais dans notre indifférence totale. Puis finalement aucune pensée, c'est cela réellement, l'état de méditation (dhyana).

Johanna : "entre l'ombre et la lumière, entre la douceur et la violence...il ne faut surtout pas les supprimer"
Le voudrait-on qu'on ne le pourrait pas ;)
Modifié en dernier par Jagannath le Mar Fév 03, 2009 18:56 pm, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Mar Fév 03, 2009 16:49 pm

Bertrand a écrit :La Kabbale est une excellente formatrice : elle éduque le mental à se chercher lui-même et à repérer la nature des échos et de la source. Elle mène jusqu'au bout la Voie, incluant l'investigation du Soi par une transition si parfaite qu'on ne s'en aperçoit pas : le mental est déjà éduqué et remis à sa place. Il y a toutes les voies de l'orient ou plutôt de Dieu dans cette seule Kabbale, c'est une perle divine de l'ésotérique d'une indescriptible perfection.


Quelle jolie définition de la Kabbale qui est Lumière ! Je la retiens pour la citer.

Bastet

Avatar de l’utilisateur
meje
Messages : 512
Enregistré le : Jeu Juil 05, 2007 18:23 pm
Magie pratiquée : humaniste

Messagepar meje » Mar Fév 03, 2009 18:11 pm

" Qui suis-je? Et pourquoi je me sens unique? "

C'est marrant, mais je ne me demande pas qui je suis, mais pourquoi je le suis. Et je n'ai pas envie d'être unique mais d'être comme tout le monde.

Il y a quelque chose à approfondir.
Sont ce seulement des déductions personnelles, ou me correspondent elles ?
Celui qui n'a pas été éprouvé que sait il?


Retourner vers « Pandore »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités