Dieu, l'Eglise et la magie.

Articles et discussions sur La Magie, la spiritualité et la sorcellerie.

Modérateur : Jagannath


Image

ॐ भूर्भुव: स्व: तत्सवितुर्वरेण्यं । भर्गो देवस्य धीमहि धीयो यो न: प्रचोदयात् ।।

Om Bhūr Bhuvah Svaḥ
Tat Savitur Varenyam
Bhargo Devasya Dhīmahi
Dhīyo yo naḥ prachodayāt.


Au cœur de l'expérience de la vie, C'est « Cela »,
La nature essentielle irradiant l'existence, Qui est l'adorable UN.
Puissent tous les êtres percevoir, par un intellect méditatif,
le magnifique éclat de la conscience illuminée.
Avatar de l’utilisateur
Malduk
Messages : 85
Enregistré le : Dim Déc 20, 2009 19:51 pm

Dieu, l'Eglise et la magie.

Messagepar Malduk » Jeu Fév 11, 2010 14:33 pm

[eglise, magie, dieu, religion]

Bien le bonjour,

Une question m'est souvent revenu à l'esprit.

Pourquoi l'Église a t-elle condamné les pratiques magiques ?
Ayant bientôt terminé l'acte des apôtres, un verset parle de nombreuses personnes qui, après avoir embrassé la foi du Christ, ont brûlé tous leurs livres de magie.

Alors, erreur d'interprétation ? Avis personnel de l'auteur des actes ? Ou volonté de Dieu ?

Il me semble qu'il y a, et qu'ils y avaient bien des chrétiens "ésotériques", qui usent de la magie mais pour le bien d'autrui. Attention cependant à ne pas confondre la magie, en tant qu'énergie, la vôtre, la nôtre, celle de la nature, et la magie divine, incontrôlable, l'énergie de Dieu.

Merci :)

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Jeu Fév 11, 2010 15:37 pm

Bonjour Malduk, et toutes et tous.

Toujours et encore ce flou artistique entre les magies, ainsi qu'entre la sorcellerie et la magie !
J'avoue que moi-même je surfe un peu sur les mots et leur contenu.

Pourquoi l'Église a t-elle condamné les pratiques magiques ?
Ayant bientôt terminé l'acte des apôtres, un verset parle de nombreuses personnes qui, après avoir embrassé la foi du Christ, ont brûlé tous leurs livres de magie.
Alors, erreur d'interprétation ? Avis personnel de l'auteur des actes ? Ou volonté de Dieu ?

N'étant pas dans les confidences de l'Église catholique, je ne sais pas trop, mais je me doute.
Les pratiques magiques, en dehors de l'encadrement initiatique, peuvent se pervertir.
Et puis, quand on a atteint un stade de foi et de connaissance, les livres ne sont plus du tout nécessaires. Et n'oublions surtout pas que Jésus fut un très grand Mage, peut-être le plus grand de tous.

Il me semble qu'il y a, et qu'ils y avaient bien des chrétiens "ésotériques", qui usent de la magie mais pour le bien d'autrui. Attention cependant à ne pas confondre la magie, en tant qu'énergie, la vôtre, la nôtre, celle de la nature, et la magie divine, incontrôlable, l'énergie de Dieu.

Le Christianisme primitif est ésotérique et aussi magique (cela va de pair), et de cela je n'en démordrais pas.
Ce que tu dis ensuite rejoint mon préliminaire, il y a la magie énergétique physique, mentale (cette sorcellerie de la Nature que j'aime tant) et la magie théosophique, parfois cérémonielle (cette magie spirituelle que j'aime tant aussi).
Les deux courants sont, n'en déplaise aux esprits chagrins, étroitement liés et, complémentaires

Tout est en un, et Un est en tout.

Bastet

Avatar de l’utilisateur
Malduk
Messages : 85
Enregistré le : Dim Déc 20, 2009 19:51 pm

Messagepar Malduk » Jeu Fév 11, 2010 20:26 pm

N'étant pas dans les confidences de l'Église catholique, je ne sais pas trop, mais je me doute.

Le pire c'est que ce n'est pas propre à l'E. Catho, mais aussi Orthodoxe et Protestante.

Merci pour ta réponse, je prends note.

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Jeu Fév 11, 2010 20:42 pm

On n'a peur que de ce qu'on aime.
C'était ma pensée du soir.

Bastet

Avatar de l’utilisateur
Schae
Modérateur
Messages : 2843
Enregistré le : Dim Juin 21, 2009 19:37 pm
Voie spirituelle : Miroir des vérités
Magie pratiquée : Gardien du temple

Messagepar Schae » Jeu Fév 11, 2010 23:27 pm

L'église condamne les pratiques magiques certes, pourtant leurs rituels liturgiques ressemblent à s'y méprendre à un cérémonial magique et tous les outils et incantations qui vont avec. Je vais d'ailleurs vous décrire le déroulement d'une messe ordinaire...

Les gens de l'assemblé en entrant font le signe de croix avec de l'eau bénite qui est disposée à l'entrée de l'église, et ils s'agenouillent vers le tabernacle qui se trouve dans le choeur avant de s'assoir.

Début du culte: un chant d'entrée, pendant que le prêtre fait se propager l'encens, puis il dit des mots de bienvenue suivi du signe de croix que toute l'assemblée s'empresse de faire. Le prêtre y fait un bref résumé du déroulement de la messe et le but qu'il en est fixé.

Kyrie:Demande de pardon pour laver les péchés, et chant de Kyrie qui se limite aux paroles suivantes:
"Seigneur prend pitié,
Oh Christ prend pitié,
Seigneur prend pitié"
Il est tout a fait probable que la langue utilisée soit le latin, mais cela se perd de plus en plus ce qui est bien dommage et donne donc:
"Kyrie eleison
Christe eleison
Kyrie eleison"

Gloria: Gloire à Dieu qui se limite en général à un chant qui peut aussi être en latin.

Lectures: Pendant cette partie de la messe, deux lectures sont récitées par deux responsables de la paroisse, ou bien une personne dans l'assemblée qui se propose de le faire.
La première lecture provient toujours de l'ancien Testament et donc, de la Tora qui est formée des textes sacrée issues des croyances juives. Un chant fait la transition qui est en général la lecture d'un psaume par l'Assemblée, coupé d'une courte phrase chantée entre chaque strophe.
La deuxième lecture peut provenir soit de l'ancien testament, soit du nouveau et ceci est suivi du chant de l'alléluia.
Vient pour finir la lecture d'un évangile des apôtres de Jésus fait par le prêtre lui-même.

Homélie: C'est le moment où le prêtre explique le sens des textes qui ont été récité précédemment, et le message qu'il en découle.

Crédo: "Je crois en Dieu", c'est un texte qui est soit récité ou soit chanté par l'Assemblée et qui lie l'engagement des croyants avec l'église, Jésus et Dieu.

Suppliques: Lecture des intentions sélectionnées par les responsables de la paroisse sur le livre des prières, qui est disposé à l'entrée de l'église et dont tous le monde peut y écrire ses pensées, ses volontés en rapport avec l'église, des demandes de protection etc... Chaque intention est coupée par un chant qui se limite à une phrase du genre "lumière du monde, brille en nos cœurs".

Offertoire: Moment de la quête où les personnes de l'Assemblée peuvent y mettre un peu d'argent, même ne serais-ce qu'un petit centime. Pendant ce temps, l'organiste joue un morceau, il peut cependant arriver qu'un chant y soit inséré, lors d'offices spécifiques comme par exemple la Pâque ou Noël.

Sanctus: Évocation des saints de l'église par le prêtre et qui consiste en fait à une incantation qui est toujours la même, suivi d'un chant de Sanctus "Saint, saint, saint Dieu de l'univers". Le chant pourra être en latin.

Anamnèse: C'est le moment de la consécration de la coupe d'Hosties et de la coupe de vin. Le prêtre va en premier lieur chercher les Hosties dans le tabernacle qui est l'endroit où l'esprit du Christ y réside. Les hosties sont une représentation de son cœur spirituel, il y a toujours une petite lumière rouge qui est allumée. Il va procéder à la bénédiction de celles-ci en murmurant des paroles que lui seul connaît et récite à haute voix en élevant les hosties vers le ciel, les dernières paroles de Jésus Christ à ses apôtres, avant son exécution:
"Prenez et mangez en tous car, ceci est mon corps livré pour vous... vous ferez cela en mémoire de moi".
Un servant de messe agenouillé devant l'autel propage l'encens trois fois.
Puis vient la consécration du sang du Christ (le vin), comme précédemment le prêtre murmure une incantation et dit à haute voix en élevant la coupe de vin vers le ciel:
"Prenez et buvez en tous car, ceci est mon sang livré pour vous et pour la multitude (des Hommes) ... vous ferez cela en mémoire de moi".
Le servant de messe propage à nouveau trois fois l'encens, puis est chanté le chant de l'Anamnèse qui est une complainte des croyants envers la mort du Christ, et amène à sa glorification.

Agnus: Evocation de l'Agneau de Dieu.
En premier lieu, le prêtre en appel aux anges et à tous les saint de par le monde, de purifier les gens de l'Assemblée. Ensuite est récité des noms de défunts dont, certaines familles en ont fait la demande auprès du prêtre. Puis, l'Assemblée récite le "Notre Père" et invoque de ce fait Dieu. Un chant d'Agnus finalise cette section.

Communion ou Eucharistie
Le prêtre présente à l'Assemblée la coupe d'Hostie et tous le monde récite un court texte du nouveau testament, une parole faite par un soldat qui demanda à Jésus de venir guérir l'un de ses camarades:
"Seigneur Jésus, je ne suis pas digne de te recevoir mais, dis seulement une parole et je serais guéri".
On peut dire que c'est une sorte de supplication envers le Christ Jésus, pour pouvoir recevoir l'eucharistie qui est donc représentée en l'Hostie.
Le prêtre donne l'hostie et la coupe de vin aux servants de messe qui ont déjà célébrer leur "première" communion, ainsi qu'à la personne qui va l'aider à distribuer les hosties à l'Assemblée. Puis est entamer un morceau d'orgue en attendant que tous le monde ait bénéficier de l'Eucharistie, puis de suite vient un chant en rapport avec la communion.

Sortie: L'officiant souhaite ses meilleurs vœux pour la semaine et récite la prière finale. Tous font le signe de croix et voici la fin de messe qui est clôturée par un morceau d'orgue.

...

Voilà, je vous ai très brièvement décrit le déroulement d'un office catholique, et ma foi même si l'ésotérisme fut totalement rejeté de leurs dogmes et rituels, il n'en subsiste pas moins un exotérisme renforcé, qui n'est pas loin d'être empli d'une magie certaine.

Cordialement,
Schaemann

Avatar de l’utilisateur
Camilla n'ha Marcella
Messages : 224
Enregistré le : Mer Oct 14, 2009 14:51 pm

Messagepar Camilla n'ha Marcella » Ven Fév 12, 2010 4:38 am

Bonsoir à tous et mes meilleurs vœux ! Même si c'est un peu tard.
Juste de passage, je tenais cependant à répondre à ce message.

Je ne conseillerais pas la pratique de la Magie à une personne affiliée à l'un des monothéismes issus du Moyen-Orient. Ni même en général au pratiquant d'un quelconque monothéisme stricto sensu.

Le sentiment de responsabilité, dans un tel cadre, peut devenir écrasant, au point que la personne ne peut parfois que se réfugier dans la "folie", alors que pour le tenant d'un polythéisme, la responsabilité individuelle est "diluée" ou déléguée. Le risque de "fracture" dans la psyché me semble alors bien moindre.

A mon avis, les Croyants qui ont édicté ces interdits avaient cette préoccupation en tête. Et d'autres peut-être moins honorables, mais là n'est pas mon propos.

Que l'Etoile brille sur le Monde !

Camilla n'ha Marcella

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 15, 2010 10:18 am

bastet : "Et n'oublions surtout pas que Jésus fut un très grand Mage, peut-être le plus grand de tous."

Etant Dieu fait chair, il est plus que mage, il est omnipotent.
Enfin je sais que cette version est critiquée de nos jours par ceux qui ne peuvent pas la croire après des siècles de rationalisme forcené, mais cela reste la version non seulement des nombreuses églises chrétiennes qui sont en parfait accord sur ce point, cela reste la version de tous ceux qui l'ont suivi dans sa mission, ses apôtres et les témoins de son époque, et cela reste même la version d'autres grandes religions du monde, bouddhistes, hindouistes etc.

Notez qu'Il a, Lui aussi, averti contre l'usage de la magie.

bastet : "Le Christianisme primitif est ésotérique et aussi magique (cela va de pair), et de cela je n'en démordrais pas."

Oui mais le principe opératif est uniquement la foi, et les rites n'ont pour but que de la fixer vers Dieu à son paroxysme.
C'est la foi qui déplace des montagnes, pas le rite lui-même. Croire que c'est le rite ou l'opérateur est effectivement péché. Beaucoup de religions avertissent contre ce phénomène, Krishna, longtemps avant Jésus, avait aussi abordé ce sujet. Mais parmi toutes ces religions qui ont une analyse parallèle et similaire du problème, certaines ont décidé d'interdire les pratiques associées. Si à partir d'un raisonnement identique on arrive à une décision différente, c'est uniquement parce que le contexte est différent.

Vous ne laisserez pas jouer votre enfant de douze mois avec les prises électriques n'est-ce pas? Mais lorsqu'il aura 9 ans, qu'il sera bien conscient du danger et devenu prudent, vous le laisserez les utiliser pour brancher des appareils en toute confiance.
Il en va de même pour les grands maîtres fondateurs de religion du passé. A un peuple capable, ils peuvent laisser faire les rites librement. A un peuple non qualifié, ils peuvent dans une optique bienveillante les leur interdire. Si l'interdiction ne sert plus à rien parce que le peuple n'est même plus capable d'en comprendre le sens bienveillant, alors ils peuvent l'autoriser à nouveau. (Mais je parle des Maîtres fondateurs authentiques, pas des autoproclamés "dépositaires", style pape et autres, qui sont impuissants à prendre les décisions adéquates).

CnM : "Je ne conseillerais pas la pratique de la Magie à une personne affiliée à l'un des monothéismes"

Effectivement, c'est la position du site Pandore, de déconseiller aux pratiquants stricts d'une religion monothéiste, d'utiliser la sorcellerie ou des cérémonies magiques en dehors de leur culte selon ses règles clairement établies.
Nous rappelons à ces pratiquants que leur religion est une voie parfaite et entière, capable de les mener au but suprême d'union au divin, et que c'est en l'observant strictement que cette voie sera pleinement efficace.
Ils n'ont donc aucun besoin de faire appel à des rites magiques et doivent suivre leur voie sans aucun doute et aucune inquiétude. Quelle que soit la voie que nous suivons, les doutes sont de nature à nous égarer.

Malduk : "Ayant bientôt terminé l'acte des apôtres, un verset parle de nombreuses personnes qui, après avoir embrassé la foi du Christ, ont brûlé tous leurs livres de magie."

Lorsqu'on a réalisé clairement l'omnipotence et la bienveillance Divine, quel besoin peut-il subsister d'avoir recours à quelque magie que ce soit?
Tant qu'on n'en a pas fait l'expérience, il est difficile de croire que Dieu est omnipotent et absolument bienveillant envers chacun de ses enfants. On a donc recours à diverses techniques pour obtenir ce que l'on souhaite. Mais lorsqu'en présence d'un Maître parfait, incarnation de Dieu sur terre, les disciples ont fait intérieurement l'expérience de Dieu, de sa nature bienveillante et omnipotente, ils peuvent s'abandonner totalement à lui et renoncer à tous les rites, sans le moindre regret.

Malduk : "Alors, erreur d'interprétation?"

Certainement pas!

Malduk : "Avis personnel de l'auteur des actes?"

Non plus : c'est aussi l'avis de tous les véritables renonçants du monde, qui, après avoir fait l'expérience intime de la bienveillante omnipotence divine, ont renoncé à toute initiative pour des buts personnels.

Malduk : "Il me semble qu'il y a, et qu'ils y avaient bien des chrétiens "ésotériques", qui usent de la magie mais pour le bien d'autrui."

Certainement : un prêtre exorciste, par exemple, est initié à des rites très anciens et très précis. Mais le but reste de dépasser cette optique : Jésus comme les saints véritables, n'a besoin d'aucun rituel pour exorciser : sa volonté et celle de Dieu ne sont qu'une, il n'est donc aucun besoin de rite pour qu'advienne ce qui doit.
Une fois le but ultime atteint, il n'est plus nécessaire de faire appel à quelque rite que ce soit, néanmoins, il est permis de continuer à les pratiquer pour montrer le bon exemple à ceux qui n'en sont pas encore là.
Ainsi, nous voyons des saints authentiques déjà établis dans la béatitude éternelle, continuer à faire tous les jours chaque prière et à suivre toutes les pratiques spirituelles, alors qu'ils n'en ont plus aucun besoin, cela seulement pour montrer un excellent exemple aux adeptes qui sont à la recherche de la perfection.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Fév 15, 2010 11:21 am

Il est vrai que rien ne me permet d'imposer ce point de vue à autrui, mais il m'est tout de même permis de dire mon intime conviction à ce sujet : pour moi l'omnipotence véritable des maîtres tels que le Christ, en plus d'avoir été attestée par les sages de son temps et de tous les temps (mais la parole des autres peut toujours être mise en doute), est une conséquence, un corolaire simple et naturel des lois spirituelles que chacun peut expérimenter lui-même s'il s'en donne la peine (et une expérience intime ne peut au contraire pas être mise en doute : elle EST).

En effet, pour les maîtres hindous, le Christ est un avatar, au même titre que Rama, que Krishna, que le Bouddha et d'autres encore, qui en différentes époques ont été des immenses sources de lumière pour une partie de l'humanité.


Retourner vers « Pandore »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités