Chassez le naturel - une loi spirituelle expliquée

Articles et discussions sur La Magie, la spiritualité et la sorcellerie.

Modérateur : Jagannath


Image

ॐ भूर्भुव: स्व: तत्सवितुर्वरेण्यं । भर्गो देवस्य धीमहि धीयो यो न: प्रचोदयात् ।।

Om Bhūr Bhuvah Svaḥ
Tat Savitur Varenyam
Bhargo Devasya Dhīmahi
Dhīyo yo naḥ prachodayāt.


Au cœur de l'expérience de la vie, C'est « Cela »,
La nature essentielle irradiant l'existence, Qui est l'adorable UN.
Puissent tous les êtres percevoir, par un intellect méditatif,
le magnifique éclat de la conscience illuminée.
Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Jeu Fév 18, 2010 15:33 pm

[action, reaction, connaissance, dialectique]

"Chasser le naturel et il revient au galop"
Ca signifie que.. ?



Ca signifie que si tu chasses par la force un penchant que tu as, il reviendra tout seul par la force lui aussi.

Conséquence d'un rejet à l'échelle de l'individu.

C'est, comme tous les principes qui régissent notre monde, un cas particulier de la loi de l'action et de la réaction.

Si par exemple tu te forces à arrêter de fumer (imaginons qu'intellectuellement tu crois que c'est mauvais pour toi, et tu as envie de prouver à tes amis que tu peux le faire, mais tu n'as pas l'expérience intérieure de ce dont il s'agit vraiment...)

Tu vas tenir quelques heures ou plusieurs mois, mais tu vas rechuter. Si vraiment tu es très décidé, tu parviendras à arrêter de fumer, mais tu contracteras en échange une autre mauvaise habitude (tu sais combien de gens se plaignent de grossir dans ce cas, ou encore de devenir agressif ou possessif envers leurs proches etc.)
Freud en son temps a étudié le phénomène, et c'est sur la base de ce constat qu'il a proposé une nouvelle méthode (je ne sais si sa méthode est meilleure, mais son analyse du problème est pertinente, l'idée est de parvenir à sortir d'un phénomène de compensation, pour parvenir à un phénomène de sublimation. Exemple : canaliser la pulsion sexuelle vers une activité artistique etc.).

Bref, une observation attentive nous montre que la force brute est vouée à l'échec. Ce qui fonctionne vraiment bien, c'est l'investigation intérieure (méthode directe), ou la canalisation (pour ceux qui peinent avec la méthode directe).
Se forcer peut parfois marcher car cela aide à l'investigation chez les personnes qui ont confiance en elles et possèdent le sens de l'observation. Mais lorsque se forcer marche, c'est à cause de notre sens de l'observation, pas à cause de l'effort à aller contre soi-même. Se forcer constitue donc une méthode encore plus indirecte qu'on ne doit pas repousser à 100%, mais avec laquelle il faut être très vigilant.

Quelqu'un se force à arrêter de fumer et y parviens : c'est parce qu'il a été capable d'observer l'évolution de son être intérieur. Une fois qu'il a identifié clairement, non pas intellectuellement, mais par son être même, que lorsqu'il fume il est agité et malheureux, alors il devient naturel pour lui d'arrêter. Mais ce n'est pas le cas général : la majorité rechute ou compense et leur état général ne change pas du tout, car ils n'ont rien appris de leurs mésaventures; seuls changent les manifestations de leur état, ce qui contribue même à les perdre encore d'avantage, comprenant de plus en plus mal les causes de leurs soucis... Se forcer peut donc aussi être très contreproductif.


On retrouve ici le même structure que dans le choix entre les voies de libération spirituelle : Connaissance, Dévotion, Action, Contrôle (de la plus directe à la plus indirecte, jñana, bhakti, karma, yoga). Ce qui est employé pour une amélioration de notre condition, cependant ne constituera pas une progrès spirituel comme dans les voies spirituelles mentionnées ici, mais cela sera au moins un entraînement, ce qui n'est pas négligeable - et pourra nous être très utile dans notre éventuel pèlerinage.
La proposition de Freud de déplacer vers une activité qui sublime correspond à karma-marga (voie de l'action) ou à bhakti-marga (lorsque la passion s'en mêle) alors que se forcer correspond au contrôle par le souffle (yoga-marga). Cette dernière voie peut nous égarer et s'avérer contreproductive, autant comme voie spirituelle que dans la vie quotidienne, car à moins d'avoir une solide connaissance des lois spirituelles et une excellente intuition, elle nous renvoie à ce principe "chassez le naturel et il revient au galop" (et notre vision est encore moins claire qu'avant).

Conséquence d'un rejet à l'échelle de globale.

Revenons à notre principe spirituel : un autre cas où il est très manifeste, c'est dans notre relation avec la nature. Voyons comment cette loi se traduit aussi au niveau collectif ou global :
Les caprices de la nature ont souvent mené les hommes qui ignorent les lois fondamentales, à chercher à s'en protéger systématiquement. Il y a des animaux féroces dans la forêt? Coupons les arbres, installons des barrières, faisons notre nourriture nous-mêmes pour ne plus avoir besoin de sortir.
En 6000 ans d'histoire, cela conduit à aller de plus en plus avant dans une politique d'auto-confinement, car on est toujours insatisfait par les protections acquises. Qu'observe-t-on alors? Que la sauvagerie que nous imposait la nature est toujours là, présente, à l'intérieur même des murs de nos cités. Les hommes n'ont pas voulu l'accepter comme extérieure à eux? Elle est entrée dans leur intimité. Ils s'enferment toujours plus loin de la nature, mais ce faisant, plus le temps passe, plus ils deviennent des bêtes féroces les uns pour les autres. Si ils font appel à une police puissante pour faire cesser les crimes, cette police sera corrompue à son tour. Il n'est même pas question de se demander comment l'éviter : elle le sera, la seule question est : "quand?" - en général, dès le début.

Chez les hindous, on raconte ceci : Du très ancien temps de Rama, les démons étaient dans la forêt. De l'ancien temps de Krishna, ils étaient dans notre propre famille. Aujourd'hui ils sont à l'intérieur même de notre mental.
Nous avons essayé de chasser une chose naturelle, et nous avons échoué. Mais nous continuons toutefois à pratiquer la même méthode inefficace...

Ces deux faits : tentative de supprimer une insatisfaction, et le fait de la retrouver sous une autre forme, sont absolument corrélés : c'est une loi incontournable de la nature, un principe spirituel. La plupart des gens ne le croient pas, et il est extrêmement difficile de les en convaincre, cependant l'investigation mène à découvrir que ce principe est incontournable, aussi mécanique que la chute des objets qu'on lâche dans le champ de gravité terrestre.

Il faut du temps pour l'identifier vraiment, pour que connaître cette loi soit une connaissance vrai, spontanée, et non juste une idée à laquelle on adhère plus ou moins. Lorsque des lois naturelles deviennent ainsi partie intégrante de notre être, il s'ensuit le détachement de tout ce qui ne dépend pas de nous, et un énorme progrès spirituel. C'est la voie de la connaissance, la gnose, la sapience, la dialectique, jñana etc...
Modifié en dernier par Jagannath le Mar Fév 23, 2010 13:32 pm, modifié 6 fois.

Aurélia
Messages : 73
Enregistré le : Dim Mai 02, 2010 17:32 pm
Magie pratiquée : savoie

Messagepar Aurélia » Lun Mai 03, 2010 20:38 pm

Suite à ce message, je comprends le fait de devoir "accepter" des images perçues et venant d'autres vies non pas par la force...mais en les laissant mourir d'inanition.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14365
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Lun Mai 03, 2010 21:51 pm

Oui, tu as trouvé un autre versant par où aborder ce problèmes des images perçues en méditant. Les différentes voies d'approche convergent vers les mêmes conclusions :)


Retourner vers « Pandore »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités