Interruption de grossesse

De l'art des Rituels : échanges, demandes, conseils. Une bibliothèque est également mise à disposition.

Modérateurs : bastet, Hraefn, Huli

Avatar de l’utilisateur
Orémie
Messages : 83
Enregistré le : Dim Fév 01, 2009 20:44 pm

Interruption de grossesse

Messagepar Orémie » Lun Mar 03, 2014 14:14 pm

Bonjour,

J'ai une question un peu bizarre, mais il faut que j'aide une amie. Celle ci s'est retrouvée enceinte et je voulais savoir s'il existait des méthodes "naturelles" ou "ésotériques" pour arrêter cette grossesse?

Merci de vos réponses
Qui que vous soyez, je vous aime.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Re: Interruption de grossesse

Messagepar Jagannath » Lun Mar 03, 2014 15:42 pm

Orémie : "il faut que j'aide une amie"

As-tu pu statuer avec certitude que c'est l'aider de faire ça? Je ne préjuge pas, je pose la question car elle est essentielle.
Je veux dire de façon vraiment certaine? Je ne parle pas de lui faire plaisir par rapport à une situation difficile actuelle : faire plaisir n'est pas aider et éviter un ennui immédiat n'est pas toujours aider, loin de là ; non je veux parler de quelque chose qui est réellement souhaitable de façon certaine pour sa vie entière (pas juste maintenant) une fois considérées les séquelles à vie psychologiques et physiques (sans les exagérer non plus à priori car cela dépend des femmes, cela peut parfois être très sérieux.)

Parce que vraiment avant d'aider quelqu'un à faire ce genre de chose je t'assure qu'il faut avoir pensé à tout et être sûr de son affaire. Il faut penser vite car le temps est compté, mais bien. Pénalement et selon les cas, c'est un délit sérieux y compris pour les complices, médicalement c'est un acte dangereux pouvant exceptionnellement mettre en danger la vie de la femme ou -plus fréquemment- sa fertilité à venir (ne parlons pas de l'aspect médical pour l'embryon qui est tué) et moralement c'est à chacun de décider, je n'ai pas autorité (on ne m'a pas demandé mon avis ni de conseil moral ou spirituel à ce propos donc je ne dis rien), mais je peux dire au moins que si cette décision est prise sans une réflexion vraiment poussée sur la nature de l'acte, c'est de la pure inconscience grave y compris pour les assistants et que se cacher derrière "c'est pour aider" ne saurait constituer une excuse ou protéger des conséquences.

Sans quoi oui il existe des méthodes à base de plantes, de régimes spéciaux, et même plus ou moins magiques. Ils ne seront pas donnés ici en public, nous n'avons pas de médecin capable de renseigner sur les dangers réels de ces pratiques donc ils ne seront pas donnés en privé non plus. Si une personne ici qui en sait plus veut prendre l'initiative et la responsabilité après avoir bien profondément mesuré la portée de la chose, de donner des conseils, des liens etc, elle peut le faire en privé en assumant seule la responsabilité pénale et médicale.

Notes : Si le problème a lieu en France, la loi et les pratiques médicales permettent une interruption jusqu'à 12 semaines, sans nécessité pour les mineures de mettre les parents au courant et aux frais de la sécurité sociale. Sans juger de l'acte lui même, il est évident que sous contrôle médical c'est de beaucoup préférable à la même chose de façon sauvage. Il n'est pas question de se passer du contrôle médical dès lors qu'il est possible d'en bénéficier dans de telles conditions!

Avatar de l’utilisateur
Orémie
Messages : 83
Enregistré le : Dim Fév 01, 2009 20:44 pm

Messagepar Orémie » Lun Mar 03, 2014 17:26 pm

Merci de ta réponse, je voulais juste savoir si c'était possible étant donné qu'une IVG lui fait peur et qu'elle préfère des méthodes plus "naturelles". Je ne prendrai jamais la responsabilité de faire ça, tu as tout à fait raison c'est bien à elle de décider, mais c'est très pertinent de ta part de le souligner et ça rappelle, encore une fois le sérieux avec lequel ce forum est géré. =)

Merci de ta réponse,

Cordialement,

Orémie
Qui que vous soyez, je vous aime.

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Mar Mar 04, 2014 3:26 am

Alors qu'on soit clair, l'IVG médicale est sécurisée (pouvant tout de même porter atteinte à la santé de la femme) alors que l'IVG sauvage ne l'est pas.

Permet moi de te dire : penser qu'une IVG est "naturelle" parce qu'on l'a effectuée avec des plantes c'est une énorme ânerie. Une IVG n'est PAS naturelle, avorter c'est aller volontairement contre la nature et aucune méthode ne peut effacer cette réalité à part dans esprits vraiment tordus.

Personnellement je ne suis pas contre le recours à l'IVG de manière dogmatique mais je suis effaré de la manière dont c'est perçu : sous prétexte que c'est "légal", c'est "normal" et même banal. Totalement effaré et un brin désemparé devant tant d'inconscience et d'inconsistance.

En tout cas sans entrer dans les débats éthiques qui sont trop complexes pour être résumés ici, si elle a accès à l'IVG en milieu médical*, et si elle est absolument certaine que c'est justifié, elle doit avoir recours au planning familial*. Essayer de faire autrement et par soi-même est juste une imbécilité grotesque et il faut le lui dire.

* ou auprès de personnes pleinement conscientes et très expérimentées en nature/magie, je n'exclue pas que de telles personnes existent et puissent s'en occuper, mais j'avertis qu'il y a aussi (et sans doute majoritairement dans ce domaine) des personnes inconscientes et dangereuses.

Avatar de l’utilisateur
Orémie
Messages : 83
Enregistré le : Dim Fév 01, 2009 20:44 pm

Messagepar Orémie » Mar Mar 04, 2014 13:00 pm

Merci de ta réponse, je la comprends tout à fait et je suis plus ou moins d'accord avec toi. Cependant, par "naturelle" j'entends bien sur le sens commun de "non médicalisé" car en effet, si nous considérons comme non-naturel tout ce qui va contre la nature, les rituels ou bien le simple fait de soigner un mal de tête avec un doliprane n'est pas naturel (comme la plupart des actions de l'Homme).
Aussi, je comprends tout à fait ta crainte de banaliser l'IVG mais étant moi même une femme, je pense que cette intervention est une CHANCE pour toutes celles qui peuvent y avoir recours, on n'est JAMAIS à l'abris d'un accident, même pour les plus consciencieuses. Arrêtons de faire peur et de faire culpabiliser et soulignons simplement le fait que cela doit rester un plan d'urgence.

Cordialement
Qui que vous soyez, je vous aime.

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4230
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Messagepar Totem » Mar Mar 04, 2014 13:21 pm

Orémie a écrit :Merci de ta réponse,

Arrêtons de faire peur et de faire culpabiliser et soulignons simplement le fait que cela doit rester un plan d'urgence.

Cordialement


Oui mais le problème ce n'est plus considéré comme un plan d'urgence de plus en plus, j'ai vu ça dans ma propre famille et dans bien d'autres et c'est là que ça devient grave, il y a une sorte de banalisation au point ou même l'avortement est devenu une contraception et même sélectif dans certains pays. La vie à naître n'est plus considérée que comme un objet dont on veut se débarrasser car venant contrecarrer les projets.

http://www.avortementivg.com/article-19257670.html

Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14364
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Messagepar Jagannath » Mar Mar 04, 2014 15:53 pm

Orémie : "je la comprends tout à fait et je suis plus ou moins d'accord avec toi. Cependant, par "naturelle" j'entends bien sur le sens commun de "non médicalisé" car en effet, si nous considérons comme non-naturel tout ce qui va contre la nature, les rituels ou bien le simple fait de soigner un mal de tête avec un doliprane n'est pas naturel"

Non Orémie tu compares l'incomparable, tuer une vie en train de naître est aller contre la nature et s'efforcer de soulager une douleur est tout à fait naturel. Je n'admets pas ta comparaison.

Orémie : "Aussi, je comprends tout à fait ta crainte de banaliser l'IVG mais étant moi même une femme, je pense que cette intervention est une CHANCE"

Ecoute je ne peux pas répondre sur ce point précis, ce lieu n'est pas adapté à un tel débat. Mais moi je ne crois pas en une réponse si catégorique et polyvalente que la tienne.

Orémie : "pour toutes celles qui peuvent y avoir recours, on n'est JAMAIS à l'abri d'un accident, même pour les plus consciencieuses."

La question n'est pas de savoir si un accident est possible mais de savoir quelle est la marche à suivre. Il n'est pas possible d'apporter une réponse dogmatique adaptée à tous comme font certaines religions. Ni dans un sens, ni dans l'autre en appelant cela "chance d'y avoir recours". Je ne peux pas accepter qu'on impose comme un dogme qu'il est normal de pratiquer l'avortement en cas d'accident. C'est absolument une question essentielle et je reste interloqué par le peu de conscience qu'on y met.

Orémie : "Arrêtons de faire peur et de faire culpabiliser et soulignons simplement le fait que cela doit rester un plan d'urgence."

Non, pas un plan d'urgence, mais une question morale et philosophique majeure. Celui qui se comporte avec la vie d'une certaine façon parfois n'aimerait pas que La Vie se comporte avec lui d'une même façon. Celui qui peut accepter de se faire tuer sans broncher, il n'a pas besoin de se poser cette question, mais celui qui ne veut pas qu'on le tue, il doit réfléchir et non pas accepter une réponse toute faite donnée par les médias...

Mais je ne suis pas pour la culpabilisation non plus, ce que je veux c'est qu'on réfléchisse avant, pas qu'on se morfonde après. Je suis interloqué par la légèreté avec laquelle une telle décision est prise, mais si une telle décision est prise en conscience, soit, chacun fait son choix et il ne faut pas y revenir, il faut même aider ceux qui ont fait un choix difficile à aller de l'avant, à ne pas regarder en arrière, à avancer et à être heureux.

Je ne veux pas non plus imposer mes préférences à quelqu'un et je n'essaye pas de le faire : je ne peux pas parler à la place des femmes en difficulté, ce serait aberrant, je n'ai aucune autorité sur elles, j'indique un point absolument essentiel à réfléchir qui est dramatiquement oublié aujourd'hui, mais pour une personne qui a réfléchi et décidé, je suis prêt à aider chacun (chacune donc) à faire ce qu'il a décidé en son âme et conscience et à être heureux ensuite avec ses choix et je suis heureux aussi que cela puisse se faire sous une surveillance médicale qui protège la santé de la femme et protège son anonymat. Il n'y a ensuite pas à revenir sur le passé ni à culpabiliser. C'est seulement AVANT qu'il faut réfléchir très sérieusement, - pas après.

Totem : "La vie à naître n'est plus considérée que comme un objet dont on veut se débarrasser car venant contrecarrer les projets."

En effet, c'est très grave comme évolution, ces gens-là n'aimeraient pas qu'on se comporte avec eux de cette façon, d'ailleurs quand les grandes multinationales ou la haute politique nous considèrent de cette façon comme des objets dont il faut se débarrasser quand il encombrent en nous exterminant par des bombes ou dans des camps de la mort - ou par d'autres moyens plus subtils, nous n'apprécions pas. Ici je ne veux pas à mon tour comparer l'incomparable : je n'accuse pas une femme qui avorte de crimes de guerre ni de rien d'ailleurs, je parle d'une manière de considérer la vie qui nous déplait à nous, et je parle de réfléchir en conséquence à la manière dont nous-mêmes la considérons, de mettre notre comportement en accord avec nos idéaux. Les gens se comportent d'une certaine façon avec la vie et lorsqu'elle fait de même avec eux ensuite, ils ne font pas le lien, ils ne voient pas le rapport, et crient à l'injustice. Pourtant tout cela est lié, nous recevons seulement et uniquement ce que nous semons -individuellement et collectivement. Il faut vraiment réfléchir AVANT. Je suis vraiment très préoccupé par cette évolution vers la banalisation dont tu parles Totem et que j'observe aussi, et j'observe aussi comme elle a été téléguidée de façon particulièrement vicieuse par une opération médiatique au long cours.

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4230
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Messagepar Totem » Mar Mar 04, 2014 17:16 pm

Jagannath a écrit :
Je suis vraiment très préoccupé par cette évolution vers la banalisation dont tu parles Totem et que j'observe aussi, et j'observe aussi comme elle a été téléguidée de façon particulièrement vicieuse par une opération médiatique au long cours.


Il n'y a pas uniquement l'opération médiatique, il y a aussi le côté financier de la chose qui me paraît étonnant. Il y a de plus en plus de déremboursement au niveau de la pilule contraceptive et l'IVG qui n'était pas remboursé intégralement va l'être dorénavant, ce qui prouve que c'est de plus en plus du business et que la vie par elle-même passe au second plan. La France est le pays où il y a le plus d'IVG alors que c'est le pays où la couverture est la plus grande au niveau contraception......Il y a de quoi se poser des questions sur le pourquoi.

Avatar de l’utilisateur
belladone
Messages : 542
Enregistré le : Dim Avr 19, 2009 21:03 pm
Magie pratiquée : Belgique

Messagepar belladone » Mar Mar 04, 2014 21:40 pm

Bonjour,

Ayant fait de nombreuses fausses-couches, ainsi qu'une grossesse extra-utérine à laquelle il a malheureusement fallu mettre fin (si j'avais pu mener cette grossesse en crevant de douleur pendant 9 mois, je l'aurais fait), je voudrais juste donner mon ressenti personnel.

Je pense sincèrement, pour avoir autant souffert de ne pas savoir donner la vie, qu'avoir une vie qui se développe en soi alors qu'on ne l'a pas voulu, doit être quelque chose de profondément insupportable. Je peux donc tout à fait ressentir la douleur, le désarroi, l'impression de mourir à l'intérieur du trou béant en soi.

C'est pourquoi, je pense qu'il faut tout faire pour ne pas tomber enceinte si l'on ne le souhaite pas. Car l'avortement, ce n'est pas la pilule, c'est mettre fin à quelque chose qui existe, et non pas choisir que quelque chose n'existe pas.

Bien entendu, cela arrive malgré tout. Et dans ce cas là, je rejoins Bertrand. "il faut réfléchir avant, pour ne pas se morfondre après". Car la douleur, le désarroi, l'impression de mourir, seront toujours là après. C'est un vide sans fin, dans lequel on peut perdre complètement pieds.

Il y a un très joli livre à lire à ce propos, qui s'appelle "Quel âge aurait-il aujourd'hui" : http://www.psychologies.com/Famille/Etr ... ujourd-hui.

C'est un recueil de témoignages qui montre que, peu importe le contexte de la perte d'un foetus, les mères, et les pères, n'arrêtent jamais de compter, de se souvenir, de chercher leur enfant perdu dans le regard des autres enfants.

Cela explique aussi que, dans ces circonstances là, il n'y a jamais de "moment de deuil" et que c'est cela qui est difficile. Si au moins, on enterrait quelque chose, ou laissait partir un ballon dans le ciel. Mais on n'a rien. Personnellement, tout en étant normalement intelligente (;-)), je me sentais enceinte malgré tout, il m'arrivait de refuser un verre de vin en disant "mais enfin, je suis enceinte, tu le sais bien!"

Je ne cherche pas à culpabiliser, ni à faire peur. Juste à prévenir que c'est un long chemin, douloureux, peut-être sans fin. Donc, là aussi, je rejoins Bertrand. Si ton amie fait le choix d'avorter, la paix sera difficile à trouver. Je n'ai pas dit qu'elle n'était pas possible à trouver mais avorter ne sera en rien un soulagement complet et permanent.

Je pense aussi, si c'est vraiment sa décision, qu'il vaut mieux un avortement médicalisé qu'une méthode naturelle. Je parle plus ou moins d'expérience: j'ai fait des fausses-couches spontanées, qui pour moi se rapprochent d'un avortement médicalisé: c'est "net". Ma grossesse extra ut a été traitée par médicament pendant des mois. On traitait mon foetus comme un cancer, des cellules en prolifération auxquelles il fallait mettre fin. C'était horrible comme violence verbale. Ca a pris du temps. Je m'accrochais à l'espoir malgré tout. J'ai failli en mourir, physiquement et psychologiquement. Je ne souhaite ça à personne.

Si ta copine choisit une méthode naturelle, celle-ci prendra certainement du temps, et je pense qu'il n'y a aucune méthode abortive naturelle qui soit "garantie à 100%". Je ne lui souhaite pas cette "torture" psychologique.

Bon courage
Bella

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4230
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Messagepar Totem » Mer Mar 05, 2014 0:24 am

Bonsoir Bella

C'est vrai que psychologiquement une fausse couche est dure à supporter, je l'ai vécu quand j'ai voulu avoir un enfant et j'ai souffert aussi et je comprend ta souffrance, mais par ailleurs j'ai vécu aussi la grossesse non désirée avant mais il m'était impossible dans mon for intérieur de mettre fin à une vie naissante pour moi c'était impensable et le côté spirituel n'avait rien à voir là dedans puisqu'à l'époque je ne baignais dans aucune eau et j'ai décidé envers et contre tout de laisser cette vie éclore et que je saurais bien au moment venu comment gérer ça et j'ai donné naissance a une adorable petite fille qui a 35 ans aujourd'hui et je ne regrette rien et j'ai appris bien plus encore aujourd'hui sur le côté sacré que possède la vie, intuitivement je le savais à l'époque mais vu le nombre de personnes qui ne comprenait pas ma décision et qui ne voyait que par l'IVG, j'aurais pu me laisser séduire par ce choix.
Tout le monde ne réagit pas pareil mais je reste persuadé qu'il doit y avoir un certain nombre de femmes qui souffrent après une IVG et peut être qu'on en parle moins pour ne pas casser le business.

Bonne nuit.

Avatar de l’utilisateur
Huli
SuperModérateur
Messages : 982
Enregistré le : Ven Aoû 02, 2013 9:30 am

Messagepar Huli » Mer Mar 05, 2014 10:22 am

Merci mesdames pour ces témoignages très touchants.
lei zou sha gui jiang jing

Invité

Messagepar Invité » Dim Mar 09, 2014 20:21 pm

Dans le même esprit, j'ai eu un recours à un IVG.
Je pense sincèrement que j'ai fait une erreur et il arrive d'y penser.
Que l'IVG soit médicale ou naturelle, les douleurs psychologiques seront présentes à vie.
Pour ma part, rien ne garantie que la voie naturelle n'ait pas d'impacts sur d'autres organes.

Si elle est certaine de son choix, elle devrait passer par la voie médicale.

Avatar de l’utilisateur
Jidty
Messages : 614
Enregistré le : Dim Oct 08, 2006 3:27 am

Messagepar Jidty » Lun Mar 10, 2014 16:59 pm

Oauis, épineux comme sujet.

Il n'y a qu'une chose que je pourrais suggérer pour celle qui porte l'enfant,... c'est qu'elle lui parle directement.

Mon premier enfant a décider de me quitter parce qu'il ne voulait pas me nuire financièrement.
J'ai alors entendu sa voie devenir de plus en plus lointaine,... j'ai senti sa présence me quitter.

Ensuite, mon Gabriel. Lui j'ai eu de la pression extérieur pour que j'avorte. Mais même si ma communication avec lui n'était pas aussi fluïde qu'avec le premier, je l'entendais parfois hurler : Maman, je veux vivre, je veux vivre!

Peut-être que si ton amie lui parlait à cet être, lui expliquait la situation, l'enfant pourrait lui souffler ce qu'il veut et la soutenir dans le choix qu'elle a a faire.


Retourner vers « Rituels »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité