Introduction à la sagesse de la Terre

La Terre, les plantes, la guérison, l'alimentation, l'écologie et la nature en général.

Modérateurs : Odin, Huli


Image
"L’homme n’a pas tissé la toile de la vie. Nous n’en constituons qu’un fil. Tout ce que nous faisons à la toile, c’est à nous que nous le faisons." Chef Seattle.
Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Introduction à la sagesse de la Terre

Messagepar Odin » Ven Mar 21, 2014 1:23 am

INTRODUCTION A LA SAGESSE DE LA TERRE :

She-Flourishes-Gaia-Orion-1-800x800.jpg



« Que ta nourriture soit ton premier médicament. »
Hippocrate.

« Autrefois il y avait les pays du Sud et les pays du Nord. Aujourd'hui les pays sont tous au Sud, et les multinationales au Nord. Maintenant nous devons voir ce que nous pouvons apprendre des pays du Sud.»

Vandana Shiva.


Notre étude portera sur l'enseignement de la Déesse manifestée par la Nature, à travers la connaissance agricole. La première partie consistera à comprendre quelles menaces pèsent sur la biodiversité. Nous démontrerons la différence entre un modèle conventionnel qui tue, créant une illusion d'abondance. Et un modèle d'abondance qui crée réellement, qui laisse la vie s'exprimer. Les enjeux sont aussi, liés à l'appauvrissement des sols et des ressources, l'influence sur le climat, le gaspillage de l'eau... mettant en périls des communautés entières, des modes de vie, des cultures...


Pour bien comprendre cela, il faut présenter la situation actuelle dans un monde globalisé :

De grandes multinationales ont réussi à faire breveter le vivant, grâce à des moyens illégaux et criminels. Je parle ici des graines. Un agriculteur n'a plus le droit de ressemer ses propres graines (car il doit les acheter obligatoirement : elles sont brevetées). Parfois, cela donne même des plantes qui ne germeront qu'une fois (OGM), empêchant toute récolte de graines futures.

Voici les chiffres d'affaires, en millions de dollars, des 10 plus grandes multinationales de la semence au monde en 2006:

1. Monsanto (US) $4,028
2. Dupont (US) $2,781
3. Syngenta (Switzerland) $1,743
4. Groupe Limagrain (France) $1,035
5. Land O' Lakes (US) $756
6. KWS AG (Germany) $615
7. Bayer Crop Science (Germany) $430
8. Delta & Pine Land (US) (acquisition en cours par Monsanto ) $418
9. Sakata (Japan) $401
10. DLF-Trifolium (Denmark) $352


Selon les chiffres d'affaires de l'année 2006, les 10 plus grandes multinationales de la semence contrôlent 55 % du marché de la semence planétaire. La valeur du marché des semences sous brevet fut, en 2006, de 19 600 millions de dollars, à savoir 86 % du marché global des semences.

(voir ce lien pour plus de détails : http://www.liberterre.fr/agriculture/se ... ences.html)


Cela rend dépendant les agriculteurs. Car qui contrôle les graines contrôle la nourriture. Il s'agit de biopiraterie. Par le dépôt de brevets sur les graines, elles contrôlent finalement les banques de semences mondiales, imposant leur dictate. Les méthodes de ces multinationales sont de plus en plus agressives (lobbying, corruption, violences, lois injustes dans les traités de « libre échange » qui ne servent que les intérêts des multinationales...).
Il y a un autre aspect dramatique : l'utilisation de produits chimiques. On vend des pesticides qui détruisent la faune et la flore qui rendaient les sols productifs (on tue les insectes mais tout le reste avec!), résultat, on se retrouve dépendant des fertilisants pour faire pousser les récoltes. Ensuite, on aura de plus en plus besoin de pesticides, car les insectes deviendront résistants...
Puis on va finir par vendre des OGM (organismes génétiquement modifiés), car ils résistent aux pesticides, aux insectes, aux maladies, etc. C'est ce qu'on a joyeusement nommé la Révolution Verte, qui porte très mal son nom. Une illusion d'abondance menant à la mort, là où il y a CREATION quand on écoute la Nature avec sagesse...
Pour en revenir aux OGM : ils résistent, oui, du moins... dans un premier temps. C'est sans compter les maladies que cela peut générer sur l'homme, les animaux... la modification de notre propre génome... la contamination des plantes voisines... irrémédiable.
Ces mêmes multinationales possèdent les laboratoires qui vous vendront les maladies qu'elles vous auront causé.
Pour finir, le sol deviendra aride et impropre à la production.
Le banquier viendra saisir la terre de l'agriculteur qui finira par se pendre.
Résultat de cette politique : un pays sans agriculteurs, un pays qui n'a plus aucune sécurité alimentaire, totalement dépendant de l'extérieur.

Pour en revenir aux pesticides, il faut savoir qu'ils empoisonnent littéralement les agriculteurs et leurs familles (d'ailleurs certains se suicident en les respirant!). Un exemple dramatique, celui de l'argentin Fabian Tomasi. Je vous épargne les images choquantes, je vous laisse chercher.


Ces pesticides se retrouvent dans nos assiettes ! (Je vous conseille le documentaire "Notre poison quotidien" de Marie-Monique Robin pour bien comprendre de quelle façon les institutions censées nous protéger sont tout simplement à la merci des industriels véreux de l'agro-chimie.)

Mais heureusement, il existe des moyens de se préserver de ce modèle assassin, comme nous l'indique la militante indienne Vandana Shiva :

« - De quels moyens de pression sur le gouvernement une association comme Navdanya dispose-t-elle ?
Nous avons trois moyens de pression. Le premier, comme je l’ai mentionné, est la Satyagraha, le combat non-violent des lois néfastes.
Ensuite, nous avons les tribunaux et la possibilité d’intenter des procès, de nous défendre lorsqu’une loi existante est violée pour ouvrir la voie aux entreprises. J’ai par exemple déposé une plainte lors de la première incursion de Monsanto dans notre pays. Le procès a repoussé l’introduction du coton Bt en Inde à 2002, sans quoi il aurait été présent dès 1998, à l’échelle commerciale. De 1998 à 2002, ils n’ont pas été en mesure de dépasser le stade du procès.
Le troisième moyen est l’élaboration d’alternatives. Parce que je crois personnellement que rien n’est plus parlant qu’une alternative fonctionnant mieux que la propagande des entreprises. 
[…]

- Êtes-vous optimiste quant aux nouvelles générations, en Europe par exemple ?
Très optimiste ! Beaucoup d’entre vous se rendent compte que nous n’en sommes pas à la fin du monde et que ce système existant est dénué de sens. Beaucoup mettent en place de nouvelles options. Il ne faut jamais douter de la capacité d’un petit groupe de personnes à changer les choses, il s’agit d’un principe très important. Et il y a suffisamment de petits groupes dans la jeunesse… »

Source de l'extrait de l'interview : Entretien mené par Jean Amoris, www.agora.fr, 2009.


« La beauté d'une graine est qu'avec qu'une seule vous pouvez en avoir des millions. La beauté de la pollinisation est de transformer cette unique graine en millions d'autres. C'est une économie de l'abondance. C'est une économie du partage. C'est pour moi une réelle économie de la croissance. Car la vie est croissance ». V.S

Je l'ai aussi entendu dire que la force d'une graine réside dans sa petitesse. On est en plein cœur de l'enseignement de la Déesse-Nature.

Pour continuer dans cette explication qui n'est pas toujours très simple à comprendre, je vous indique une autre interview de Vandana, qui explique mieux que moi la situation :


« Vandana Shiva : Les entreprises du Nord colonisent la biodiversité du Sud :

SERIE : QUEL AVENIR POUR LA BIODIVERSITE ? 5/5 Vandana Shiva défend bec et ongles les plantes et les savoirs ancestraux de son pays. La philosophe et activiste indienne accuse l’industrie pharmaceutique occidentale de biopiraterie. Avec ses banques de graines et ses universités de grand-mère, elle refuse la vision purement économique de la nature.

Si une entreprise pharmaceutique déposait le brevet de la tisane artisanale de votre grand-mère auvergnate et vous empêchait de l’utiliser à votre bon plaisir, cela vous ferait sourire ? En Inde et dans d’autres pays du Sud, ce scénario devient réalité pour nombre de plantes, de remèdes et de savoirs ancestraux. L’activiste indienne Vandana Shiva dénonce cette biopiraterie qui, selon elle, est à la fois une nouvelle forme de colonisation et un processus orchestré de destruction de la biodiversité. Rencontre à New Delhi dans les locaux de Navdanya, l’association qu’elle a fondée pour lutter contre la « monoculture de l’esprit ».
Que pensez-vous de cette année consacrée à la biodiversité ? Participe-t-elle à sa conservation ?
Cela correspond à la mission des Nations unies et s’inscrit dans le cadre du Sommet de la Terre. Je m’en réjouis, car cela signifie que l’on prend conscience qu’il existe une monoculture de l’esprit qui doit absolument être combattue. L’esprit est fait pour être curieux du monde, il doit être ouvert à la diversité, et de fait, à la biodiversité et aux points de vue pluriculturels. Malheureusement, notre monde est dirigé par des philosophies mécaniques et des sciences réductionnistes.
Qu’entendez-vous par « monoculture de l’esprit » et « sciences réductionnistes » ?
Nous voyons le monde à travers la seule approche du marché. Quand nous pensons forêt, nous pensons bois, meubles ou papier. Une forêt n’a-t-elle pas d’innombrables autres atouts ? N’est-elle pas avant tout une source d’oxygène, un vivier pour un écosystème dont nous faisons partie ? Chaque apport de la nature doit-il être mercantile, commercialisable, profitable au sens économique ? La science invite à cette application utilitaire. Cette façon de penser nous rend aveugles au monde, car elle nous contraint à regarder notre environnement à travers ce que nous voulons en faire. C’est pourquoi tous les systèmes culturels dominants, sans exception, ont détruit la biodiversité. En 1994, 80% de la destruction de la biodiversité était imputable aux modèles agricoles dominants.
C’est pour cela que vous avez lancé « Bija Swaraj », une campagne pour protéger la biodiversité en Inde.
En 1987, je me suis rendu compte que pour répondre à une demande de renouveau du consommateur occidental, les grandes multinationales étrangères commençaient à s’intéresser aux graines indiennes et cherchaient à s’introduire dans le pays pour pouvoir les commercialiser. Avec mon association Navdanya, nous avons monté la campagne « Bija Swaraj » qu’on peut traduire par « liberté de la graine », au sens d’autogestion. Chaque élément, chaque plante, chaque être devrait avoir le droit de suivre sa propre évolution, de se développer, non pas dans une optique de rentabilité, mais d’auto-adaptation et de régénération. Une machine est déterminée de l’extérieur pour accomplir certaines fonctions, sur un temps donné. Une plante est déterminée de l’intérieur. Elle a donc une fonction propre, s’adapte, évolue. La biodiversité, c’est avant tout la liberté de la nature, et par extension de la vie. Lancer « Bija Swaraj », c’était aussi refuser que les fermiers soient réduits à l’état de serfs par des entreprises telles que Monsanto. Les agriculteurs du Sud sont devenus des drogués, dépendants de leurs doses livrées par Monsanto et leurs amis, comme des accros à l’héroïne ou au crack. L’addiction aux pesticides est double : elle concerne la terre et la mentalité des cultivateurs qui n’arrivent plus à concevoir de travailler sans eux. Petit à petit, l’agriculture qui repose sur la biodiversité s’est perdue en Inde. Au sein de Navdanya, nous tentons de « sevrer » ces fermiers. Il nous faut leur rappeler que d’autres façons de cultiver existent. En les formant, nous leurs apportons de nouvelles compétences et la possibilité de penser différemment. Nous construisons une alternative.

Mais vos actions ne se limitent pas aux champs : vous agissez aussi devant les tribunaux.
C’est vrai, j’aime traîner les criminels devant la justice ! Nous avons déjà gagné plusieurs batailles. Par exemple face à ceux qui souhaitaient breveter le margousier, le curcuma ou le riz basmati. Ces plantes sont si étroitement liées à la culture des Indiens que personne chez nous n’avait pensé à déposer de brevets !

Vous êtes en guerre contre la biopiraterie. Comment la définir ?
C’est tout simplement une nouvelle forme de colonialisme du Nord sur le Sud. Les gens doivent saisir l’importance de cet enjeu politique. Il existe aujourd’hui des lois contre ce phénomène. L’Organisation mondiale du commerce, elle-même, a statué sur la biopiraterie en 1999. Mais on attend toujours que les règles s’appliquent. Les multinationales pharmaceutiques ont compris le potentiel de certains savoirs, des graines et des plantes utilisées par les habitants du Sud. En brevetant ces éléments – qui ne sont pourtant pas des créations mécaniques ou génétiques puisqu’ils existent depuis des millénaires –, ces entreprises décrètent avoir fait une découverte et s’autoproclament propriétaires ! Elles imposent alors l’utilisation de ces « découvertes » au reste du monde. C’est bien un schéma de colonisation. Sur le dos de notre biodiversité, cette fois.
Comment la biopiraterie affecte-t-elle les populations du Sud ?
Rien qu’en Inde, nous avons recensé environ 9 000 tentatives de biopiraterie. Cela revient à « labelliser » les savoirs collectifs indigènes. Pour contrer cela, nous avons monté des « universités de grand-mère » où nous réapprenons à utiliser les savoir-faire ancestraux, les trucs et astuces de nos anciens. Car la menace la plus grave est l’oubli. Le transfert de savoirs sur la biodiversité doit se faire gratuitement, sans logique monopolistique, afin qu’il profite au plus grand nombre.
Comment protéger juridiquement les savoirs indigènes ?
Sans doute en passant par l’Unesco. La sauvegarde des savoirs indigènes s’inscrit dans le cadre de la protection du patrimoine immatériel. Cela va nous demander beaucoup de travail, mais il faut le faire. En 2012 se tiendra la première université du savoir traditionnel en Toscane. J’espère que l’événement marquera un tournant.
En Inde, la relation entre l’homme et la Terre est particulière.
Oui, nos textes sacrés, les Védas, peuvent être interprétés comme les premiers textes écologistes indiens. Ils évoquent très bien l’interconnectivité entre l’homme et la nature (les dieux védiques sont souvent liés aux éléments cosmiques et terrestres, l’eau, le feu, l’air, le ciel, la terre, etc., ndlr). Aujourd’hui, nous vivons dans la surconsommation et l’avidité extrême, engendrées en grande partie par le système de pensée occidental. Dans ce système, la nature est au service de l’homme, un concept plutôt judéo-chrétien. A mes yeux, le premier destructeur de la biodiversité fut en effet Christophe Colomb ! Pour faire connaître les valeurs indiennes sur la biodiversité, nous organisons avec Navdanya des stages auprès d’Occidentaux. Nous savons qu’ensuite, ils font part de nos idées chez eux.
Vous avez lancé des programmes où les femmes reprennent leur place dans le monde agricole. Pourquoi ?
Je ne crois pas à la sauvegarde de la biodiversité sans l’apport de la femme. Elle est synonyme de biodiversité. Elle crée, comme la Terre, et, comme elle, elle préserve au lieu de détruire. Je crois que l’homme est culturellement avide. Mais la femme peut rééquilibrer cela. Elle nourrit son enfant, elle nourrit la terre. Elle appartient à une économie d’empathie et de sauvegarde, tandis que l’homme vit dans une économie de profit et de domination. Aujourd’hui, avec le sujet des mères porteuses notamment, le ventre des femmes même n’est plus à l’abri de cette économie. Je crois sincèrement que les femmes sont plus à même de protéger la diversité des cultures et des sols et de transférer leur savoir afin d’établir un partage équitable des ressources et de la nourriture. Et puis, j’ai très vite remarqué que le public auquel nous nous adressons, qu’il s’agisse de fermiers ou d’ONG, est essentiellement féminin, même chez nous (1) ! —
(1) L’organisation Navdanya est composée à 90 % de femmes.

NAVDANYA, DE LA FERME À LA BANQUE
Créée en 1991, l’ONG Navdanya – ou « Neuf graines » – a lancé une ferme biologique éponyme près de Dehradun dans le nord du pays, sur des terres anciennement asséchées par la culture intensive et exclusive de l’eucalyptus. En choisissant ce lieu, désormais luxuriant, pour promouvoir la biodiversité et la pluriculture, Vandana Shiva a voulu montrer aux fermiers comment revenir vers une agriculture originelle et saine. Devenue « banque de graines », la ferme conserve des milliers de graines et de céréales indigènes, dont environ 2 000 variétés de riz. Navdanya a permis de mettre en place 54 banques de graines à travers le pays et a formé plus de 500 000 paysans à l’agriculture biologique. C’est aussi le réseau de commerce équitable le plus connu dans le pays. L’association est gérée par trois femmes, dont Vandana Shiva, et une dizaine de personnes travaillent dans les bureaux de New Delhi. Dans les principales métropoles indiennes, les boutiques et les cafés Navdanya proposent des produits bio. »

Source de l'interview : http://www.terraeco.net/Vandana-Shiva-L ... 12380.html




Ce problème touche tous les pays, et de façon encore plus accrue ceux où le culte de la Déesse-Terre est encore vivace (Inde, Mexique). Ce n'est pas un hasard.

Prenons l'exemple du Mexique, aujourd'hui menacé par l'invasion OGM :

« Et pourtant, le Mexique est le pays d’origine et de diversité du maïs. C’est là que cette plante fut domestiquée pour la première fois il y a 10 000 ans.
Aujourd’hui, cultivateurs et commerçants de semences se servent des variétés de maïs mexicain indigènes pour créer de nouvelles variétés. Le pays est l’un des centres d’origine et de diversification de la plante, le monde entier bénéficiant de la diversité génétique nécessaire pour maintenir sa production face aux nouveaux fléaux et défis climatiques.
Le Mexique est comme un gigantesque entrepôt génétique du maïs. Si une variété de maïs actuellement plantée à grande échelle dans le monde entier était touchée par une maladie, il est crucial d’être en mesure de revenir au pays d’origine pour trouver une variété résistante à cette maladie. Il y va de notre sécurité alimentaire.
Si la plantation de maïs transgénique se généralise au Mexique, les risques de contamination OGM des variétés originelles sont élevés. Réduisant la diversité existante de maïs. Limitant alors nos possibilités d’adapter les semences.
Des recommandations pour protéger le maïs du Mexique sont venues de toutes parts. Après une visite officielle au Mexique, Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, a recommandé dans un rapport daté de janvier 2012 au président mexicain de rétablir le moratoire sur le maïs génétiquement modifié. En raison des impacts des OGM sur la biodiversité et sur les droits des agriculteurs.
Le gouvernement mexicain a ignoré cette recommandation. »
Source de l'extrait sur le Mexique : http://agriculture.greenpeace.fr/devons-nous-laisser-les-geants-des-biotechnologies-detruire-le-mais-mexicain

Voici une belle du fameux maïs arc-en-ciel (tapez dans google image et admirez la bête!) :

kit-mais-arc-en-ciel.jpg
kit-mais-arc-en-ciel.jpg (89.13 Kio) Vu 146 fois




Pour terminer cette présentation, je vous propose de regarder cette vidéo qui vous permettra de bien saisir les enjeux :




Et puis aller, voici une belle invitation à trouver un autre chemin :





Conclusion :

« Ce qu’il faut maintenant, c’est une nouvelle convergence mondiale, de tous les combats. Et un déchaînement de notre imagination : il n’y a pas de limites à ce que nous pouvons construire. »
Vandana Shiva.

Brûlent nos terres, 
Brûlent nos rêves 
Versez de l’acide sur nos chants 
Couvrez de sciure 
Le sang du peuple massacré 
Etouffez de technique 
Les cris de tout ce qui est libre, 
sauvage ou indigène. 
Détruisez 
Détruisez 
L’herbe et le sol, 
Rasez jusqu’à la terre 
Toute ferme, tout village 
Qu’ont construit nos ancêtres 
Tout arbre, toute maison 
Tout livre, toute loi 
Et toute justice, toute harmonie. 
Aplatissez de bombes 
Toutes les vallées ; 
Effacez de vos édits 
Notre passé, 
Notre littérature, notre image. 
Dénudez les forèts 
Et la terre, 
Qu’aucun insecte 
Aucun oiseau 
Aucune parole 
Ne trouve à se cacher. 
Allez-y et faites davantage. 
Je ne crains pas votre tyrannie. 
Je ne désespère jamais 
Car je garde une graine 
Une petite graine vivante 
Que je conserverai 
Et planterai à nouveau."

Poème palestinien issu du livre : Éthique et agro-industrie - Main basse sur la vie, 1996

Image Image


Dans le prochain post, nous parlerons des alternatives, car c'est là que se situent les enseignements les plus profonds : par le rapport à la nature à travers tous les règnes du vivant, le calendrier etc.
On pourra aussi citer quelques exemples édifiants à travers des personnes qui ont créé des projets étonnants...;)


Image
Modifié en dernier par Odin le Mar Avr 01, 2014 23:43 pm, modifié 3 fois.
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Ven Mar 21, 2014 3:06 am

Je suis de tout cœur avec ton action, mon cher Odin.

Mais au quotidien, pas facile non plus, quand il faut aller chercher les ingrédients dans les commerces de proximité ou les super-marchés.
Il faudrait peut-être dire que chacun, dans les villes, font ce qu'ils peuvent et avec les moyens du bord payables par carte-bleue.

Alors au quotidien, que chacun garde une conscience sans non plus développer un sentiment de culpabilité, sinon nous allons arrêter d'acheter pour offrir de bons petits plats à ceux que nous aimons. On ne peut pas offrir que du quinoa bio et, ma foi, quand je reçois mes amis je fais avec les produits que je peux prendre en respectant chacun, et en respectant en cuisine les produits, bio ou pas, que je cuisine en remerciant les ingrédients que je mets en œuvre (animaux et végétaux).

C'est vrai que je suis un mauvais exemple, étant omnivore (raisonnable) et épicurienne.
Et je ne changerai pas, mea culpa.
Ce qui n'implique pas que je soutienne pas ces actions. Mon exemple n'est pas forcément à suivre.

Oui pour le respect des cultures et l'indispensable graine.
Non au terrorisme intellectuel, de quel bord il soit.

Oui à la pensée amérindienne :
Je cite :
Qu'est-ce la vie?
C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit.
C'est le souffle d'un bison en hiver.
C'est la petite ombre qui court dans l'herbe
et se perd au coucher du soleil.
[Crowfoot, chef blackfeet (1821-1890)]

Comprenne qui veut.

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Ven Mar 21, 2014 12:07 pm

Oui, je compte y venir dans la suite du post, pour le moment ça reste une introduction pour montrer la situation actuelle dans le monde (partiellement). Après la critique, le but sera de montrer les solutions. Et surtout, l'aspect spirituel et ésotérique que l'on retrouve dans l'observation intelligente de la nature.

Le bio que tu évoques est du bio marketing (je n'aime pas le terme bio, ça enlève le caractère naturel à ce qui l'est), mais ici nous ne parlerons pas de ça mais du vrai commerce de proximité qui est moins cher que la nourriture de supermarché grâce au regroupement de ces agriculteurs.
Même dans les villes comme Paris, Lyon, où même à St-Etienne où j'habitais, on peut trouver des paniers de producteurs locaux.

Dans un autre post on parlera de ces alternatives et on créera un fil de discussion destiné à créer une entre-aide au niveau local en partageant nos tuyaux et nos infos.

Le reste des sujets seront plus dans l'action et le partage mais il fallait en passer par là pour établir un socle de compréhension commune.

J'y pense : on ne parlera pas de végétarisme. On pourra même évoquer les systèmes agricoles avec des élevages.

En tout cas on veillera à ne pas tomber dans l'intégrisme intellectuel et bien sûr chacun est invité à apporter sa contribution.

bastet a écrit :C'est vrai que je suis un mauvais exemple, étant omnivore (raisonnable) et épicurienne.


Au contraire tu es un très bon exemple ! :)
(Je souligne juste que les végétariens aussi, sont épicuriens ! :p)
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Ven Mar 21, 2014 21:10 pm

Un point important que je n'ai pas encore développé : la transmission orale. C'est le point central du projet. La connaissance de ces choses ne peut se transmettre qu'oralement. Nous verrons pourquoi la disparition de certaines formes de sociétés mettent en danger cette transmission...

C'est pourquoi j'utiliserai souvent des vidéos pour accompagner certains exemples car voir faire les choses est plus parlant que de longs textes.
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Ven Mar 21, 2014 21:24 pm

Je sens que j'ai très envie de suivre de près ta chronique.
J'y mettrai ma fleur de sel avec grand plaisir.

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Messagepar Margotland » Ven Mar 21, 2014 21:42 pm

Et mon cœur d'artichaut est très touché devant cette fillette contaminée.
On en parle Odin, de plus en plus, entre mamans, entre cuisinières et responsables, d'une certaine manière, de la santé de nos enfants.
Je transmettrai ton message..

Tu es la bonne graine, tout en jeunesse.

Avatar de l’utilisateur
Abi
Animateur
Messages : 802
Enregistré le : Sam Mai 19, 2012 8:27 am

Messagepar Abi » Ven Mar 21, 2014 23:49 pm

LA CIGALE ET LA FOURMI

La Cigale, ayant chanté
Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.

Jean de la Fontaine.


L'agriculture responsable, c'est être une fourmi joyeuse (si possible)

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Sam Mar 22, 2014 0:00 am

C'est un façon de voir la chose, je respecte.
Mais j'ai une affection aussi pour la cigale.
Normal, je suis une méditerranéenne.

L'agriculture responsable, c'est être une fourmi joyeuse, dit Abi.
L'agriculture responsable, c'est être une cigale sérieuse, dis-je moi-même.

Faudra bien faire entre le yin et le yang, sinon on ne va pas s'en sortir.

Oui à cigale et la fourmi réunies, pour arrêter de se prendre la tête, et de tomber dans la dualité mal comprise.

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Messagepar Margotland » Sam Mar 22, 2014 0:10 am

Et oui, avec ta cigale et fourmi on a l'harmonie d'une jolie fable..

Bisous
Analogie
Ta vérité, ma vérité forme notre vérité..

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Messagepar Margotland » Sam Mar 22, 2014 16:51 pm

Aujourd'hui, j'ai fais des recherches sur la ville, pour savoir où acheter sain, bio et qui rentre dans mon budget.
Bon, avoir un régime bio peut entraîner des dépenses, mais normalement, on rééquilibre le budget, en supprimant tout ce qui est gras, chips nutella ect..

Une phrase d'un article ma beaucoup touché:

"Un jour on ne diras plus, bon appétit, mais bonne chance!"

Avatar de l’utilisateur
Huli
SuperModérateur
Messages : 967
Enregistré le : Ven Aoû 02, 2013 9:30 am

Messagepar Huli » Sam Mar 22, 2014 17:27 pm

Margotland a écrit :Bon, avoir un régime bio peut entraîner des dépenses, mais normalement, on rééquilibre le budget, en supprimant tout ce qui est gras, chips nutella ect.."


Là, tu touches une chose importante...
Ce qui coûte le plus cher au final (tant en termes d'argent que de santé d'ailleurs), ce sont les produits transformés.
lei zou sha gui jiang jing

Avatar de l’utilisateur
Proxydore des Rivières
Animateur
Messages : 284
Enregistré le : Sam Juil 14, 2012 20:57 pm

Messagepar Proxydore des Rivières » Sam Mar 22, 2014 17:38 pm

Bon, avoir un régime bio peut entraîner des dépenses, mais normalement, on rééquilibre le budget, en supprimant tout ce qui est gras, chips nutella ect.."


On évite aussi les maladies dues à une piètre alimentation, et ainsi les frais de médecine !
"Saint Socrate, priez pour nous !" - Erasme

Avatar de l’utilisateur
Totem
SuperModérateur
Messages : 4152
Enregistré le : Mar Juin 25, 2013 19:19 pm

Messagepar Totem » Sam Mar 22, 2014 18:21 pm

Proxydore des Rivières a écrit :

On évite aussi les maladies dues à une piètre alimentation, et ainsi les frais de médecine !



Et les désordres psychologiques dues à de multiples frustrations.... qui les soigne.:))

Avatar de l’utilisateur
Margotland
Messages : 1588
Enregistré le : Dim Aoû 25, 2013 20:57 pm

Messagepar Margotland » Sam Mar 22, 2014 18:40 pm

Bravo Totem, j'ai aussi lu à propos de cette réaction de frustration et pire encore, chez les revenus moyens, voire plus que moyens, un petit paquet de bonbons est le palier quand on ne peut pas acheter un jeu ou autres récompenses à nos enfants.

Ce qui est proposé ici, nous démontre que tout est dans la manière de présenter les choses.
Une bonne tartine de miel, un gâteau fait maison...
De toute manière la réelle éducation, c'est qu'il faut manger pour vivre et non vivre pour manger...

La fleur boit l'eau dont elle a besoin et pas plus, ma jolie fleur Totem...

Mais tout vient petit à petit, l'essentiel c'est d'aimer notre Terre, et que chacun agisse en sa conscience.

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Sam Mar 22, 2014 20:23 pm

Hé oui, le fait d'avoir une alimentation saine est devenue synonyme de frustration.
Voilà le problème majeur, ce n'est pas un problème d'argent : c'est un problème de rééducation à une alimentation saine.
On pourra parler plus tard des conséquences d'une telle alimentation non seulement sur la santé, mais sur l'environnement, et sur nos frères humains ; par exemple des villages n'ont plus accès à l'eau à cause des entreprises telles que Coca Cola qui monopolise des sources d'eau pour créer avec plusieurs litres d'eau un seul litre de Coca Cola : savez-vous que ce dernier consomme 10 000 litres d'eau par seconde ?

=> allez donc voir ce site : http://www.planetoscope.com/boisson/245 ... ssons.html

Voilà pourquoi il faudrait bien réfléchir à nos actes... (je ne vois pas où est la frustration quand on sait qu'on ne participe plus à de telles choses abominables).


Anecdote :

Cette eau est puisée dans une nappe phréatique à San Cristobal, dans le Chiaps au Mexique.

Coca-Cola paie pour pouvoir prélever 750 000 litres d’eau de la nappe phréatique par jour, ce qui entraîne une raréfaction de l’eau et parfois des coupures.
Les locaux, souvent des Indiens, boivent alors autre chose : de l’eau de pluie quand c’est possible et le plus souvent finissent par se désaltérer (!) en buvant… du Coca Cola. Absurde.
Conséquence: les Mexicains dans leur ensemble sont devenus les plus gros consommateurs de Coca-Cola du monde (225 litres par an et par personne) et on prévoit que bientôt 100% des Mexicains pourront devenir obèses !


Voilà le sort qu'on réserve aux amérindiens de nos jours...
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Schae
Modérateur
Messages : 2597
Enregistré le : Dim Juin 21, 2009 19:37 pm
Magie pratiquée : Gardien du temple

Messagepar Schae » Sam Mar 22, 2014 20:42 pm

Odin a écrit :Voilà le sort qu'on réserve aux amérindiens de nos jours...


La Terre de nos frères Indiens pleure mais, elle n'a même plus assez d'eau pour verser une seule larme... Ce n'est pas faute d'avoir prévenu l'Occident, il suffit de voir les catastrophes naturelles qui s'y produisent, n'est-ce pas un message qu'aucun homme blanc ne veut tenter de comprendre, et continuer à faire l'autruche sans aucun scrupule?

Avatar de l’utilisateur
bastet
Administrateur
Messages : 8208
Enregistré le : Jeu Juin 22, 2006 11:14 am
Magie pratiquée : La voie du Coeur

Messagepar bastet » Dim Mar 23, 2014 14:42 pm

Quelle que soit la couleur de l'homme, nous sommes tous les enfants de Gaïa.
Apprenons à nous comprendre et apprenons à respecter notre Grande Mère Nature.

Si le triste sort de la grande spiritualité orale amérindienne pouvait nous faire réfléchir, ce serait bien... mais pour moi (et beaucoup d'entre nous) elle reste vivante.

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Mar Avr 01, 2014 23:07 pm

Un supplément car je trouvais pas ce début assez complet :





Un résumé de la situation, très simple, facile à comprendre.

Aperçu :

"S'ils ont leurs propres des semences, les fermiers ne s'endettent pas, parce qu'ils n'ont ni semences, ni pesticides à acheter. Nous avons donc créé des banques de semences, et nous avons aidé les fermiers à renouer avec l'agriculture biologique, à trouver des débouchés équitables pour leur coton. La combinaison de ces trois éléments : les semences, l'agriculture biologique, et le commerce équitable, permettent aux fermiers de gagner 10 fois plus que ceux qui cultivent du coton BT."

[...]

"La société actuelle a été construite sur l'idée que la nature est morte. D'où cette profonde crise de survie. Mais la nature n'est pas morte ! Elle est bien vivante ! dans toute sa diversité... Prenez une poignée de terre : elle contient des millions et des milliards d'organismes qui travaillent à rendre le sol fertile. Un sol vivant, voilà ce qui nous donne de la nourriture."

Elle évoque aussi ce lien entre les fermiers et la terre qu'ils considèrent comme une mère... Elle évoque aussi la Démocratie de la terre.

Pour retrouver un lien à la terre mère il faudra donc en passer par l'agro-écologie.

"L'agroécologie paysanne est avant tout un corpus de pratiques vivantes et de mouvements sociaux avec un objectif politique commun : une agriculture sociale et écologique ancrée dans les territoires. Elle s'inclut dans un mouvement de transformation sociétale global qui touche tous les secteurs d'activité (énergie, transformation, commerce, transport, habitat, éducation, santé, etc). Nous critiquons l'idéologie productiviste, le modèle agro-industriel et même le concept de développement agricole. Le terme de développement est assimilé à la notion de croissance économique illimitée. Cette notion est antinomique avec le vivant dont le développement n’est pas fait que de croissance, mais est contenu par des équilibres dynamiques complexes à tous les niveaux d'organisation. Appliqué à l'agriculture, le développement est un mirage entretenu par les intrants pétrochimiques et les subventions. "

Source : http://www.bede-asso.org/lang/fr/notes_ ... nv2014.pdf



C'est important, car les variétés anciennes et locales sont plus adaptées aux enjeux climatiques, et plus nourrissantes. En voici quelques raisons :

-On signal l'appauvrissement des variétés (à comparaison des sélections naturelles). Il y avait 70 000 variétés de riz en Inde. Cette diversité s'est perdue avec la monoculture.
Un paysan dit qu'« on peut resemer le riz local jusqu'à 5 fois de suite », et qu'il est beaucoup plus nourrissant (rassasie mieux).
-Il existe des "semences d'inondation" résistantes à cet aléa.
-Il existe aussi des semences résistantes à la sécheresse.


Mais actuellement les normes réglementaires s'orientent vers une stérilisation chimique de toutes les semences, au détriment des abeilles, des oiseaux, de la vie microbienne des sols...
Hors la conservation et la sécurisation des semences doit se faire aussi en plein champ : complément indispensable pour assurer l'adaptation constante aux évolutions climatiques, etc.


En guise de conclusion je termine avec la DECLARATION POUR LA LIBERTE DES SEMENCES :
(Par V.S)

1. Les Semences sont à la source de la vie, elles sont l'aspiration profonde de la vie à s'exprimer, à se renouveler, à se multiplier, à évoluer en perpétuelle liberté.

2. Les Semences sont l'incarnation de la diversité bio-culturelle. Elles contiennent des millions d'années d'évolution biologique et culturelle, et le potentiel de millénaires de développement.

3. La Liberté des Semences est le droit d'exister de chaque forme de vie, et la base de la protection de la biodiversité.

4. La Liberté des Semences est le droit d'exister de chaque agriculteur et de chaque producteur. La liberté des agriculteurs de conserver, d'échanger, de faire évoluer, de cultiver, de vendre leur graines est au cœur de la liberté des semences. Quand cette liberté leur est ôtée, les cultivateurs se retrouvent piégés dans une spirale de l'endettement qui, dans certains cas extrêmes, les mènent au suicide.

5. La Liberté des Semences est la base de la liberté de l'alimentation, étant donné qu'elle est le premier maillon de la chaîne de l'alimentation.

6. La Liberté des Semences est menacée par les brevets qui génèrent des monopoles sur les graines et rend illégal l'échange et la conservation de celles-ci par les agriculteurs. Les brevets sur les semences sont moralement et écologiquement injustifiés car les brevets sont des droits exclusifs sur les innovations. Une graine n'est pas une invention, la vie n'est pas une invention.

7. La Liberté des Semences de cultures diverses est menacée par la biopiraterie et le dépôt sous brevets du savoir indigène et de la biodiversité. La biopiraterie n'est pas une innovation, c'est du vol.

8. La Liberté des Semences est menacée par l'ingénierie génétique de graines qui contaminent nos fermes, mettant ainsi fin à la possibilité d'une alimentation non génétiquement modifiée pour tous.

9. La Liberté des Semences est menacée par la transformation délibérée des graines, faisant d'une ressource auto-génératrice un produit breveté. Le cas le plus extrême de graine non renouvelable étant la technologie dite Terminator Technology développée dans le but de créer des graines stériles.

10. Nous nous engageons à défendre la Liberté des Semences ainsi que la liberté d'évoluer pour différentes espèces ; et la liberté pour les communautés humaines de revendiquer que les graines libres de droits soient bien commun.


A cette fin, nous conserverons des graines, nous créerons des banques de graines communautaires, nous ne reconnaîtrons aucune loi qui fasse illégitimement d'une graine la propriété d'une société. Nous ferons cesser les brevets sur les semences.
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Mer Avr 02, 2014 8:36 am

Il y a quelques jours, je suis tombé sur une émission radiophonique assez terrible ! L'intervenant, dont je ne me souviens plus le nom, expliquait, entre autre, que le problème n'était pas les pesticides et autres OGM mais l'inactivité des gens. Selon lui, il n'y aurait aucun soucis à consommer des pesticides si nous avions une activité sportive adaptée ! Quand nous faisons du sport, nous transpirons et par cette sueur nous éliminons tout ce qui est néfaste pour le corps. Pour preuve, selon lui, notre sueur pue, c'est donc bien qu'elle élimine tout !!

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Mer Avr 02, 2014 10:33 am

OMG il existe vraiment des gens qui pensent ça ! ôô
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Valentin
Messages : 1833
Enregistré le : Lun Jan 21, 2008 17:26 pm

Messagepar Valentin » Mer Avr 02, 2014 10:37 am

OGM Odin pas OMG :D
Faudrait peut-être lui dire que ses gosses seront contaminés dès leur conception pour qu'il comprenne :)

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Messagepar Odin » Mer Avr 02, 2014 11:12 am

LOL !
Ça me fait penser à une amie qui me disait "ça a commencé avant ta naissance mon chou".

La suite sera plus joyeuse. :) Enfin, je trouve que c'est déjà joyeux, quand on voit tout ce que la terre donne, mais ça peut paraître un peu effrayant de prendre connaissance de tout ça. J'espère que je ne vous ai pas trop déprimé. :p
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Hraefn
Modérateur
Messages : 1535
Enregistré le : Mer Aoû 11, 2010 12:24 pm
Contact :

Messagepar Hraefn » Mer Avr 02, 2014 11:14 am

Je doute qu'il pense lui-même ce qu'il raconte ! C'était un scientifique me semble t-il, sûrement mandaté par quelque lobbie pour rassurer les masses ...
En tout cas, ce qui m'a fait "marrer" c'est son argument choc indémontable : la preuve, la sueur pue, c'est que ça marche !
Le pire, c'est que je suis convaincu que certains le croieront sur parole, c'est un scientifique, il ne peut pas dire de bêtises !

Avatar de l’utilisateur
Odin
SuperModérateur
Messages : 7143
Enregistré le : Dim Juil 13, 2008 21:50 pm
Voie spirituelle : Jñāna Yoga et Yoga du son
Magie pratiquée : Magie naturelle de l'ancienne religion

Re: Introduction à la sagesse de la Terre

Messagepar Odin » Mar Jan 22, 2019 21:13 pm

Brève présentation de Vandana Shiva parle média Brut :



Aujourd'hui, en partie grâce à elle, un État de l'Inde, le Sikkim a vu son agriculture devenir 100% "bio" :



Tout est possible quand on le fait collectivement...
Fais de l'Amour ta magie

Avatar de l’utilisateur
Alex
Technicien
Messages : 2038
Enregistré le : Mar Déc 29, 2009 7:09 am

Re: Introduction à la sagesse de la Terre

Messagepar Alex » Jeu Jan 24, 2019 1:31 am

Merveilleuse nouvelle! Merci beaucoup Odin. :)


Retourner vers « Temple de Gaïa »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité