Du rêve lucide à la nature de la conscience et du savoir et aux miracles des Mahatma

Articles et discussions sur La Magie, la spiritualité et la sorcellerie.

Modérateur : Jagannath


Image

ॐ भूर्भुव: स्व: तत्सवितुर्वरेण्यं । भर्गो देवस्य धीमहि धीयो यो न: प्रचोदयात् ।।

Om Bhūr Bhuvah Svaḥ
Tat Savitur Varenyam
Bhargo Devasya Dhīmahi
Dhīyo yo naḥ prachodayāt.


Au cœur de l'expérience de la vie, C'est « Cela »,
La nature essentielle irradiant l'existence, Qui est l'adorable UN.
Puissent tous les êtres percevoir, par un intellect méditatif,
le magnifique éclat de la conscience illuminée.
Avatar de l’utilisateur
Jagannath
Fondateur
Messages : 14254
Enregistré le : Mer Juin 21, 2006 16:42 pm
Contact :

Du rêve lucide à la nature de la conscience et du savoir et aux miracles des Mahatma

Messagepar Jagannath » Mar Nov 28, 2017 11:43 am

Sey : "même si c'était un rêve lucide, ça aurait pu tout aussi bien être une projection astrale"

C'est toi qui induis par projection des différences entre les deux. Il n'y en a pas. Si tu t'inquiètes de faire du voyage astral sache que tu passes par l'astral chaque fois que tu t'endors, avant de tomber en rêve, il n'y a pas de frontières entre les deux, c'est basiquement la même chose. L'astral est juste un rêve qui "reste coincé" proche du monde physique. Il n'a aucun avantage et je soupçonne que la plupart des gens qui courent après le voyage astral courent après ce qui leur semble des prodiges. C'est pourquoi je répète que ce n'est en rien prodigieux, c'est un état normal que nous traversons tous lors de l'endormissement, et qu'on peut identifier très clairement et facilement si on est attentif, si on s'endort consciemment. Ce n'est en rien un endroit mystérieux auquel seuls une élite d'initiés accède! Non! C'est un passage tout a fait naturel que tout le monde fréquente abondamment. C'est important de comprendre ça et d'abandonner cette ivresse des prodiges qui nous font courir après des ombres. Cherchons à comprendre ce qui nous attire là-dedans et cherchons à aller directement à la fontaine pour apaiser notre soif plutôt que de chercher de l'eau dans des mirages. Pour cela il faut vraiment parvenir à identifier ce qui nous attire tant dans le V.A.

Une fois cela dit il n'est pas faux que le VA peut être utilisé par certaines personnes habiles pour faire des choses positives. Dans une certaine mesure (très limitée en fait). Je ne veux pas dénigrer le voyage astral, je veux juste qu'on le comprenne pour ce qu'il est, afin de ne pas passer notre vie à courir après des chimères. C'est vraiment le risque avec l'occulte. Je me permets d'insister parce que je perçois bien combien on peut s'égarer des vies entières dans ce piège de mondes illusoires.

Sey : "Pour moi, nous ne sommes que des âmes, nous ne sommes pas notre corps comme tu le dis, et nous ne sommes pas non plus le corps astral. Tout ce que tu me dis là, j'en ai parfaitement conscience."

Oui mais non car tu n'en tires pas correctement toutes les conséquences. "Avoir conscience de quelque chose" c'est se conduire en tout points en tirant correctement les conséquences de cette chose. Avoir conscience c'est quand la chose est intégrée pleinement dans notre comportement. Tandis que "Savoir quelque chose" c'est simplement avoir l'information. Nous confondons les deux (par trouble sémantique* on confond les mots et la chose, on confond dire et savoir).

Prenons exemple du chrétien moyen qui va a l'église, il sait pour l'entendre tous les dimanches qu'il faut aimer son frère. Pourtant dès qu'il est sorti de l'église il se comporte avec méchanceté envers ceux qu'il désapprouve. En revanche le saint qui offre toute la bonté possible y compris à ceux qui le critiquent ou lui font du mal, ce saint non seulement sait qu'il faut aimer son frère mais il a pleinement conscience de ce fait et de ce que cela implique, c'est à dire que c'est pleinement intégré dans sa vie. Avec le savoir, l'homme est séparé en trois : ce qu'il dit, ce qu'il pense, et ce qu'il fait sont trois choses totalement différenciées, parfois même indépendantes. Mais avec la conscience l'homme se réunit et se recentre : ce qu'il dit, ce qu'il fait et ce qu'il pense sont une seule et même chose qui ont lieu en même temps.
Ainsi le chrétien ordinaire, lorsqu'il parle d'aider son prochain, en parle au mieux pour influencer positivement le monde au pire pour qu'on le prenne pour un philanthrope, il pense "je peux les faire changer" ou bien "je peux bénéficier de ce que je raconte". Mais le saint quand il parle d'aider son prochain, il le fait pour aider son prochain, parce qu'il sait qu'il aide celui qui l'écoute. Il n'y a pas chez lui de différenciation entre ce qu'il dit, ce qu'il fait véritablement en le disant et ce qu'il pense. Aucune forme de distanciation.

La dialectique consiste a abandonner la satisfaction trompeuse de "savoir", le savoir seul étant un traître qui nous fait nous complaire dans l'orgueil de ce qu'on sait sans pour autant être capable de mettre en pratique les conséquences évidentes. Et de développer la conscience véritable. C'est le fondement d'une spiritualité saine et rigoureuse. Tant qu'on se base seulement sur le savoir informatif, on aura beau prétendre "oui j'ai conscience de tout ça", on restera dans une spiritualité faite de vent, de poudre aux yeux, de façades en carton sans rien derrière.

Donc Sey, mon travail est de pousser doucement mais avec zèle et application, de la simple connaissance ordinaire (information) vers la pleine conscience. Je sais distinguer les deux, et il faut parvenir à ne pas se complaire dans le savoir superficiel. Essayer d'intégrer plus profondément les enseignements spirituels. Autrement on sera comme Brice de Nice qui sait nager, mais... pas dans l'eau.

Réfléchissons bien. Un homme a vécu toute sa vie les yeux bandés, il n'a jamais fait l'expérience des couleurs, mais il a appris par une encyclopédie audio, absolument tout sur les couleurs, du bleu, couleur froide, du rouge, couleur chaude, et a toutes les informations sur la longueur d'onde de la lumière bleu indigo, sur celle du vert citron, et a une connaissance avancée du fonctionnement de l'oeil, des 3 sortes de capteurs (photorécepteurs) de la couleur (cônes) humains, des lois optiques de la diffraction, et même de l'effet Doppler. Un jour on enlève à cet homme son bandeau, et on le met devant le ciel. On lui demande : regarde en face de toi, de quelle couleur s'agit-il? Et notre homme reste là, incapable de répondre parce qu'il n'a aucune expérience réelle des couleurs, uniquement une connaissance livresque. On lui dit : ben tu ne vois pas? C'est le ciel et il est bleu! Et notre homme de répondre indigné : "mais ne me prenez pas pour un con, je sais bien que le ciel est bleu!!!" (Ce problème est le propre de l'age adulte. Les enfants acceptent d'apprendre. Seuls les adultes répondent "je sais" quand ils n'ont de "savoir" qu'une information intellectuelle.)

On est vraiment pareils à cet homme. Jusqu'au moment de la réalisation, nous parlons de spiritualité en croyant que nous comprenons ce que nous disons, mais nous nous contentons d'utiliser des concepts dont nous n'avons pas l'expérience directe intégrée, on les emploie sans savoir ce qu'ils désignent réellement. C'est seulement lorsque la grâce enlèvera le bandeau de l'ignorance que nous réaliserons vraiment ce dont nous avons parlé tout ce temps, on comprendra alors que nous n'avions jamais rien "compris" car il n'y avait rien à comprendre pour l'intellect. Que ce qu'on appelait "comprendre" n'est en réalité qu'une épaisse ignorance. Donc d'ici là, on prétend parler du Soi, de Dieu ou de la Réalisation, mais nous ne savons pas ce que c'est. Nous n'en avons en réalité aucune idée, on se contente de confondre ce mot avec les conséquences de son existence, ses corollaires visibles indirects (par exemple les miracles, la félicité, l'amour inconditionnel etc) donc quand on ressent une félicité on prétend alors "c'est le Soi" mais ce n'est en réalité que du verbiage. Et cela ne peut pas échapper à une personne éclairée qui voit immédiatement quand une personne parle d'un mot qu'elle a entendu et qu'elle se représente mentalement par ouï-dire au lieu de parler d'une expérience directe. C'est proprement évident, c'est déjà évident pour les choses ordinaires, mais pour le Soi ou Dieu ou la Réalisation, qui sont réellement impossibles à se représenter, c'est d'une évidence totalement flagrante tant toutes les représentations qui seront utilisées pour situer ce mot dans un contexte discursif seront par essence toutes imaginaires. Et pourtant l'ignorant continue de clamer le mérite : "je sais!" A cette attitude absurde Socrate montrait l'exemple en répondant pour lui-même : "tout ce que je sais c'est que je ne sais rien". Mais cela aussi l'ignorant prétend "le savoir" et emploie la formule à tour de bras sans aucune idée de ce qu'elle exprime véritablement! Croyez-moi, l'homme sage ne peut pas du tout être dupé par le discours. La séparation en trois (action/pensée/discours) est immédiatement visible pour celui qui a réunit les trois. Elle se voit plus clairement qu'un phare en plein dans les yeux, elle s'entend plus clairement qu'un klaxon en plein dans les oreilles. Il n'y a pas de honte à être ignorant, si on veut corriger ça, il faut même exposer son ignorance, sans la dissimuler (mais sans fierté non plus). Donc je ne blâme pas cette attitude, je me contente de faire mon travail, on attend de moi que j'éclaire un peu toute cette histoire de spiritualité et de magie. La seule façon d'éclairer réellement ces domaines, ce n'est pas de partager des tonnes d"informations creuses et non intégrées sous forme de rituels ou de copier-coller recuisinés et autres resucées de copies de copies de sagesses originelles ayant l'air sages et traditionnelles. La seule façon d'éclairer un peu, c'est de peu à peu atténuer la force de l'ignorance en corrigeant les troubles sémantiques qui plombent la connaissance sacrée. Ce travail s'il est mené correctement et patiemment, mène réellement au seuil de la Connaissance suprême. Ensuite il ne reste plus qu'à faire le grand plongeon de l'abandon de soi dans la réalité absolue.

Donc abandonnons cet attachement orgueilleux à notre savoir superficiel. Il n'est qu'une tortueuse illusion de l'esprit. Nous avons besoin d'aide pour éclaircir notre vision. L'aide de la grâce divine elle-même qui nous apparaît extérieurement et intérieurement, sous la forme de lectures de la vérité enseignée par les saints, et de transmissions (initiations) par le maître, et de notre réflexion personnelle, notre étude sincère et sans complaisance, la correction de notre propre méthode . Elle seule peut soulever le voile de notre ignorance et nous donner l'expérience directe de la spiritualité. C'est seulement cela qu'on peut appeler "Connaissance" de manière authentique. C'est cela qu'on appelle "Conscience".

Sey : "Pour moi, nous ne sommes que des âmes, nous ne sommes pas notre corps comme tu le dis, et nous ne sommes pas non plus le corps astral. Tout ce que tu me dis là, j'en ai parfaitement conscience."

Lorsque tu en auras parfaitement conscience comme tu dis, tu sauras que tu es immortel, tu ne connaîtras plus la peur et tu seras heureux car sans attachement aux choses éphémères du monde.

Sey : "C'est vrai que c'est une erreur de ma part d’employer ce mot-là, c'est devenu une mauvaise habitude, à force de fréquenter d'autre forum où il parle de niveau en parlant de rêve semi-lucide, j'ai fini par prendre cette habitude."

Il y a des rêves dans lesquels on a "failli" être lucide, je ne le conteste pas, tant que le but des discussions est de pratiquer le rêve lucide, ce vocable utilisé sur les forums peut être adéquat pour eux, ce n'est qu'un outil. Mais quand on veut apprendre à y voir clair entre les différents états du mental (veille/jagrat, sommeil-profond/shushupti et rêve/svapna) pour affiner notre compréhension spirituelle, il faut effectivement adopter une plus grande rigueur de langage. Je ne veux pas dénigrer ces forums, juste donner une habitude plus rigoureuse à ceux qui cherchent dans le rêve lucide une compréhension spirituelle plus avancée et non pas simplement un passe-temps amusant.

Les mots ne sont que des outils, il n'y aurait pas de problème si le trouble sémantique* ne sévissait pas partout, malheureusement comme les hommes confondent les mots et ce qu'ils désignent, les prennent pour une réalité à part entière, tout manque de rigueur dans l'usage des mots mène à une compréhension erronée des choses.
* Voir les différents articles sur la dialectique et le trouble sémantique : recherche sur le forum


Sey : "Cela veut dire que quand on rêve, c'est l'inconscient qui crée les décors, les personnages et qui met en place les scénarios, ce n'est pas toi qui décides de quoi tu vas rêver"

Donc j'ai bien fait de corriger car dans le monde de veille aussi l'inconscient est omnipotent. Pas seulement en rêve. Donc cette différenciation est imaginaire. Tu sembles croire que durant la veille, ton inconscient est comme endormi et qu'il s'éveille durant le rêve, or il a été démontré largement par Freud et toute la science psychologique qu'au contraire l'inconscient est le roi absolu aussi pendant la veille, qu'en fait l'inconscient décide de toutes nos réactions avec une autorité absolue. Quant aux décors et scénarios, dans le rêve tu dis qu'ils sont issus de l'inconscient. Mais dans l'état de veille, d'où viennent-ils? De l'inconscient aussi. Nous n'acceptons pas cette idée parce que nous croyons que nos actions sont pleinement conscientes durant la veille mais c'est faux, il s'agit d'une rationalisation secondaire (voir expériences de Freud encore) et parce que le monde de la veille semble plus cohérent que celui des rêves, mais ce n'est que relatif, en fait la différence est que le monde de l'état de veille est issu de l'inconscient UNIVERSEL tandis que le monde du rêve est issu de l'inconscient INDIVIDUEL. Mais même cette différence est in fine illusoire et trompeuse.

Sey : "même si tu peux influencer ton rêve par la lecture par exemple, comme j'ai pu le constater en lisant des journaux d'internautes qui pratiquent le rêve lucide"

Et tu peux aussi influencer le monde dit "réel" celui de la veille, par la lecture. Ou par les prières. Ou par la conscience. C'est ce qu'on appelle magie ou pouvoir occulte. C'est exactement la même chose que l'influence des rêves par des techniques diverses et variées. C'est un peu plus difficile parce que la modification de l'inconscient UNIVERSEL est moins aisée, mais cette différence n'est pas qualitative, c'est intrinsèquement la même chose. L'inconscient individuel et l'inconscient universel sont en fait une seule et même chose une fois que l'ego (sentiment artificiel de séparation) est dissous. C'est pourquoi pour le Mahatma, il est aussi facile de changer le cours de la réalité qu'il est facile de changer celui des rêves pour un rêveur lucide. C'est ce dont ont été témoins des milliers de gens avec les grands Eveillés de l'histoire, depuis Krishna, Jésus Christ, Le Bouddha, ou plus récemment avec Ramana Maharshi, Ma Annandamayi ou maintenant Amma qui accomplit quotidiennement ce genre de choses pour des pèlerins sincères qui viennent la rencontrer à la recherche de la Vérité.

Retourner vers « Pandore »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité